Une nouvelle ère

La société en ce début de 21e siècle connaît une véritable mutation. Les réseaux numériques, l’interconnexion des Hommes et l'usage des technologies numériques ont changé la société. Cette transformation va continuer et le monde politique, les citoyens, les médias, sont aujourd'hui dépassés par ce changement. Il est urgent de proposer un nouveau modèle, économique et politique.

La défiance est totale. Qui croire ? Que croire quand les scandales s'enchainent les uns après les autres et qu’aucune perspective valable n'est proposée ?

Le 11 septembre 2001 a probablement été le commencement. Les médias (radio, télévision, presse) se sont emparés du sujet pour maintenir (plus ou moins volontairement) un climat de peur permanent. Dans le même temps le monde entier obtient un accès Internet, le monde entier peut publier des informations, contredire les médias, échanger. On est noyé sous l'information.

 En France le non respect du référendum sur le traité constitutionnel européen porte le coup fatal à la démocratie. La séparation des élus et du peuple est prononcé. C'est le début du rejet du système. La théorie du complot se diffuse sur la toile, comme les idées de l'extrême droite qui profite de la situation pour s’afficher "antisystème".

De l'autre coté du web des lanceurs d'alertes et des communautés (Wikileaks arrive en 2006) bousculent l'ordre établi, mettent en place des collectifs citoyens.

On découvre l'impensable. Les USA surveillent le monde entier, pratique la torture, se mettent en guerre utilisant de faux prétextes. Les programmes Echelon, Prism, XKeyScore sont dévoilés : des budgets pharaoniques employés à surveiller tout le monde, à des fins commerciales, la lutte contre le terrorisme n’étant qu’un prétexte.

Le monde de l'argent montre d’avantage son vrai visage. Des montants démesurés circulent, le décalage avec la réalité, le quotidien des citoyens est abyssal. C'est l'enchainement, tout éclate. Les dépenses inacceptables, le train de vie des élus : Dati, Woerth (Bettencourt), Sarkozy, Cahuzac, en France le monde politique n'est entendu qu'à travers des scandales, mais se permet de donner des leçons de rigueur, montant les citoyens les uns contre les autres, affirmant qu’aucune alternative n’est possible.

Même si elle est visée par une quantité d'affaires impressionnantes, c'est l'extrême droite qui tire un bénéfice substantiel de la situation. Le FN est porté par des chaines de télévision réactionnaires qui occupent le temps de cerveau disponible des téléspectateurs avec des paroles racistes et xénophobes exacerbées, décomplexées.

Les idées, le discours qui choquait dans les années 1980 devient un message passant en boucle sur les chaines d'informations, dans les JT et les débats politiques des chaines généralistes.

Maintenir la peur, choquer le téléspectateur pour l'empêcher de réfléchir, pour le maintenir devant l'écran c'est le populisme industriel dénoncé par Bernard Stiegler (Ars Industrialis) ce que Pierre Bourdieu avait décrit en 1996 sur la télévision.

La télévision (que nous pouvons appeler télécratie) ne propose qu'un modèle : le consumérisme du 20e siècle, la compétition, le capitalisme, la bêtise, l’abrutissement. Tout nos désirs sont dirigés vers des marchandises.

L'emploi disparait. Le chômage ne pourra plus se résorber. L'automatisation, le numérique, vont remplacer la plupart des taches effectués par des employés aujourd’hui. Il n’y aura plus d’emploi. Il est temps de proposer un autre modèle.

Toute la question est de savoir comment la transition va s'effectuer, à droite comme à gauche on propose des solutions d'un autre temps. Ce système utilise un marketing puissant, prônant un individualisme qui empêche tout regroupement et donc tout soulèvement.

La colère et la haine gagne le citoyen qui le plus souvent ne voit que le vote FN comme solution. La misère intellectuelle que distille la télévision empêche toute élévation de l'esprit, de l'espoir et fait perdre tout repère politique. Gauche ? Droite ? Trahison !Tous pourris ! Scande un FN pourtant pris dans de multiples affaires, comme "l'UMPS"  qu'il dénonce tant.

Seuls certains déconnectés de la télévision gardent espoir. La presse en ligne devance la presse papier. Les citoyens veulent donner leur avis, réagir, construire. C'est une remise en cause totale des hiérarchies, des délégations.

Aujourd'hui nous voyons des élus travailler uniquement pour préserver ce système, leurs privilèges. A défaut de proposer un projet politique, ils détournent l'attention sur des boucs émissaires. Etrangers, chômeurs, militants syndicaux, etc.

La politique est devenue une profession, ceux qui n'ont jamais travaillé dans une entreprise se permettent de créer des lois pour les salariés, sans les consulter, mais écrivant à la lettre ce que dicte le patronnât.

La déconnexion est totale, scandaleuse. L'abstention est et sera majoritaire dans les urnes. 

L'élection de François Hollande à été une autre trahison mortelle pour les citoyens. Apres la montée du Front National, la politique du gouvernement Sarkozy, certains s'étaient résignés à voter François Hollande. 5 ans plus tard, ils ont obtenu un programme d'extrême droite. Casse du code du travail, mépris des réfugiés, répression des manifestations, attaque de militants syndicaux, le gouvernement n'à de socialiste que le nom.

On s'attaque aux faibles quand les riches fraudent le fisc, paradent, détournent l'argent, exploitent et méprisent les salariés.

Aucune remise en cause de la (non) répartition des richesses, aucune prise en compte de l'avis du peuple, tout passe en 49.3, sans vote, et ce gouvernement pense être encore "légitime".

Consommer sans modération, travailler sans limite et se divertir avec de la téléréalité ? C’est tout ce qu’on nous propose aujourd’hui.

 Une nouvelle ère doit voir le jour, une société émancipatrice, participative, une remise à plat des hiérarchies, une économie contributive, sont des pistes à travailler. A suivre : Le projet d'expérimentation territoriale à  Plaine Commune.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.