jpche
Pardem
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2017

Le Monténégro entre dans l’OTAN

jpche
Pardem
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Monténégro est devenu, lundi 5 juin, le 29e membre de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique-Nord). C’est la plus petite des républiques de l'ex-Yougoslavie.

En 2015, l’annonce de l’adhésion de ce petit pays majoritairement slave et orthodoxe avait entraîné des manifestations organisées par l’opposition. Comme les négociations avec l’Union européenne, cette soumission à l’OTAN a été imposée par Milo Djukanovic, ancien premier ministre de 1991 à fin 2016, avant de passer la main à Dusko Markovic.

Lors d’une cérémonie au département d’Etat américain, Dusko Markovic et le ministre des affaires étrangères Srdjan Darmanovic ont remis au gouvernement américain et à « l’Alliance », les clés de ce petit pays de 620 000 habitants.

A Bruxelles, sur des images qui ont fait le régal des réseaux sociaux, M. Markovic s’est vu écarté de manière significative et sans ménagement par Donald Trump cherchant à se placer au premier rang pour la photo.

L’entrée du Monténégro, indépendant depuis 2006, favorisera « la stabilité dans l’ouest des Balkans », et « la paix et la sécurité internationale », a triomphé Jens Stoltenberg (secrétaire général de l’OTAN)…et peaufine la stratégie d’encerclement de la Russie… 

Le ministère monténégrin de la Défense assure que le pays versera annuellement 450 000 euros au budget de l'Alliance atlantique (soit 0,027 % du budget annuel de l'organisation), ce qui est très acceptable puisqu’il s'agit « d'investissements dans l'avenir du pays, […] notamment dans sa sécurité et modernisation ».

Quant aux exigences de l'OTAN (dépenses pour la défense de 2 % du PIB national), ce niveau sera atteint à l'horizon 2024. « Les moyens seront investis exclusivement dans le système de défense monténégrin », explique le ministère. En 2017, le budget de la défense de ce pays est de 45 millions d'euros.

Milan Knezevic, député de l'opposition confirme le montant de 70 millions d'euros par an : « Je répète aux citoyens du Monténégro. La seule réalité est que l'adhésion à l'Otan coûtera 2 % du PIB, soit 70 millions d'euros par an et c'est incontestable ». Selon lui, cette ponction impactera le budget d'autres ministères, dont celui du Travail, des Finances et de l'Enseignement. Rappelons qu’en 2017, les recettes de l'État sont évaluées à 1,551 milliard d'euros, et que les dépenses sont de 1,785 milliard d'euros.

L’OTAN et les USA contrôlent désormais tout le littoral nord de la Méditerranée, de Gibraltar à la frontière turco-syrienne. En fait, l’adhésion du Monténégro à « l’Alliance » est une provocation de plus contre Moscou et coûtera cher au peuple de ce pays.

Article sur : http://www.pardem.org/actualite/en-bref

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé