jpd

jpd

Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2020

entrer dans le monde de la trans-espécité

Quitter ce vieux monde postmoderne qui se limite à la trans-genralité pour entrer dans celui de la trans-espécité

jpd

jpd

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A mes amis,

Cela fait plus de trente ans que le virus « genre » est sorti des éprouvettes des laboratoires universitaires américains, venu, dit-on,  d’Europe, par le biais de la « french théory ». Jusque-là on appelait sexe social les comportements et les fonctions qu’une société assignait au sexe biologique. Cela signifiait tout simplement qu’il n’y avait rien de « naturel » aux attributions que les unes et les autres devaient assumer dans un milieu et à une époque donnée et qu’il ne s’agissait là que d’un rapport de force en faveur de l’un des deux sexes au sein de la division sexuelle du travail. 

Pour toute personne persistant à se projeter dans un autre futur collectif et égalitaire il était alors évident qu’il fallait combattre, et si possible abolir, ce sexe social et non en changer, quand bien même l’appellerait-on autrement.

Transformer le « sexe social » en « genre » a pourtant permis un génial coup double : éradiquer à la fois le sexe et le social ne manquait pas de classe ! : se couler dans le moule d’un puritanisme renaissant regardant d’un sale œil la libération sexuelle des années 1970 et en même temps mettre au rencart tout ce qui pouvait suggérer la lutte des classes et un élan prolétarien. La fin d’une époque en somme, où se rejoignent postmodernes et thermidoriens de l’après-68.

Mais au bout d’un moment le post peut devenir lui aussi archaïque car c’est reculer que d’être stationnaire comme le chantaient les anarchistes d’avant la grande boucherie, ces crétins qui croyaient aux grands récits pouvant mener vers l’émancipation globale du genre humain ! La division du monde en particules élémentaires ne peut s’étendre à l’infini dans un monde fini.

Il est grand temps de ne pas en rester là.

On a le choix entre revenir en arrière et re-épouser un passé honni et ringard ou bien aller de l’avant en élargissant le possible vers de nouveaux horizons et de nouveaux espaces (surtout universitaires) à reconquérir. Cette deuxième possibilité est plus rock’n’roll et c’est celle que j’ai choisi.

Ce qui m’a mis la puce à l’oreille est ce regain d’intérêt pour les animaux auquel nous assistons. De simples compagnons ou d’éléments nutritionnels, ils sont devenus des autres nous-mêmes.

Une découverte capitale qui n’a eu d’équivalent dans l’Histoire que celle, par les Jésuites, de l’âme des Indiens et des Femmes. 

Bref, c’est un monde nouveau qui s’offre et j’ai décidé de m’y aventurer. Quitter ce vieux monde postmoderne qui se limite à la trans-genralité pour entrer dans celui de la trans-espécité qui sera très prochainement le dernier cri de la post postmodernité.

Passant diverses soirées crépusculaires avec quelques chats autour d’un verre, j’ai décidé d’en devenir moi-même un. Si vous me croisez dites vous bien que je ne suis plus cellui que vous croyez. Je suis Chat, c’est mon ressenti et ma volonté et c’est ce qui compte. Dorénavant appelez moi Minou. Ou Minet, selon le genre qu’il vous plaît de m’affubler.

Miaou

Jean-Pierre Duteuil -JPD, 5 juillet 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel