Le comité international de soutien à A.Hicheur a appris avec consternation que le 15 juillet 2016, Adlène Hicheur avait été expulsé (déporté) du Brésil sans préavis, sans motif avéré et sans aucune possibilité de recours. Il a été ramené contre son gré et sous escorte policière sur le territoire Français, ou il a été assigné à résidence avec obligation de pointer au commissariat local 3 fois par jour et interdiction de sortie entre 20h et 6h du matin. A l'issue de sa détention à Fresnes, A.Hicheur était devenu, grâce au soutien de nos collaborateurs Brésiliens, chercheur invité par le ministère de la science et de la technologie brésilien de 2013 à 2014, puis professeur à l'université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) depuis 2014. Au sein du groupe de l'UFRJ, Il participait (et participe toujours) à l'expérience  LHCb, sur le grand collisionneur à Hadrons du CERN (LHC). Il est l'auteur principal de plusieurs publications importantes de la collaboration, la dernière en date ayant été soumise fin juillet 2016. Son contrat venait d'être renouvelé par l'UFRJ. Le comité de soutien dénonce les conditions de l'expulsion de M.Hicheur ainsi que son assignation à résidence injustifiée, au mépris de toutes les règles de l'état de droit défendues  par le gouvernement Français et  son ministre de l'intérieur M. Bernard Cazeneuve.  

Sur les conditions de son expulsion, voir l'article publié par "The Wire"   (en Anglais)

pour en savoir plus sur les assignations à résidence et leurs conséquences voir cet article de HRW

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.