M.Péchenard et la présomption d'innocence

Suite aux propos tenus par le directeur général de la police nationale, M.Frédéric Péchenard, sur les antennes de France info vendredi 9 septembre, et mentionnant le cas d'un "individu auto-radicalisé" qui a essayé de poser une bombe dans un bataillon de chasseurs alpins

Suite aux propos tenus par le directeur général de la police nationale, M.Frédéric Péchenard, sur les antennes de France info vendredi 9 septembre, et mentionnant le cas d'un "individu auto-radicalisé" qui a essayé de poser une bombe dans un bataillon de chasseurs alpins, l'allusion à M. Adlène Hicheur est transparente et son comité de soutien tient à protester car ce n'est pas la première fois que M.Péchenard (et M.Squarcini) parle(nt) de ce dossier en cours d'instruction en public, qui plus est d'une manière qui s'apparente à de la désinformation car à notre connaissance M.Hicheur a toujours nié avoir manifesté l'intention de commettre le moindre attentat et il est certain, comme le savent, les services du ministre de l'intérieur, que contrairement à ce qu'affirme M. Péchenard il n'a jamais essayé, eu l'intention et encore moins les moyens de poser la moindre bombe dans un bataillon de chasseurs alpins. Comme par ailleurs de nombreux éléments concernant le dossier de M. Adlène Hicheur ont été divulgués à la presse et ont très largement porté atteinte à la présomption d'innocence, son comité de soutien dénonce ces affirmations qui exercent indirectement une pression sur la justice et menacent l'impartialité des débats. Un tel acharnement de l'appareil d'état sur un individu isolé est tout à fait incompréhensible, inadmissible et indigne de la République Française.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.