jpm2
chercheur de Vérité
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2013

Evolution du mix électrique allemand entre 2010 et 2012

jpm2
chercheur de Vérité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Le but de ce billet est de publier dans la sphère francophone quelques données sur la façon dont  notre voisin allemand produit son électricité... et sur la façon dont cette production évolue... très vite, en fait!

Tout le monde sait que l'Allemagne a commencé à "sortir du nucléaire", en fermant 8 premiers réacteurs (les plus anciens, les moins puissants) dès le lendemain de la catastrophe de Fukushima.

En France, beaucoup disent que ce choix est une erreur, qu'il va provoquer une hausse de la consommation de charbon et des maladies correspondantes... bref, que le remède est pire que le mal!

  On exposera ci-dessous quelques données qui montrent que ceci est faux: l'Allemagne sort du nucléaire sans émettre plus de CO2!

    Cela dit, il ne suffit pas de le dire... il faut le prouver.

Dans les données (au format excel) fournies par le Bundesministerium für Wirtschaft und Technologie ( ministère de l'économie et de la technologie), on peut trouver et extraire les données suivantes, c'est à dire les productions électriques allemandes pour les différentes filières sur les trois dernières années. Ces productions annuelles s'exprime en "térawattheure" (TWh), c'est à dire en milliards de "kilowattheures" (kWh) produits par an.   On trouve ainsi:

données détaillées par filière mix allemand 2010 2012 © 

Et après un petit travail sur Excel, on peut obtenir ceci:

 (je vous recommande "clic droit/afficher le graphique" pour le visualiser de manière correcte).

évolution du mix électrique allemand de 2010 à 2012 © jpm2 et Bundesministerium für Wirtschaft und technologie

Bilan des courses?

   De 2010 à 2012, c'est à dire après avoir fermé définitivement 8 réacteurs nucléaires, l'Allemagne:

   1) produit (évidemment) beaucoup moins d'électricité nucléaire: - 42 TWh (soit un peu plus de 5 TWh annuels par réacteur fermé)

   2) produit beaucoup plus d'énergies renouvelables: + 32 TWh

   3) consomme de moins en moins: - 16 TWh en deux ans, soit une économie correspondant à la production de trois (vieux) réacteurs!

   La hausse des renouvelables et les économies réalisées donnent une "souplesse" de 48 TWh... soit 6 TWh de plus que ce qui a été perdu par l'arrêt des 8 réacteurs nucléaires en 2011!

    Et du coup, l'Allemagne peut se permettre le luxe:

    4) d'exporter encore plus qu'avant la fermeture des 8 réacteurs (augmentation  des exportations de 4TWh en 2012, "après" , par rapport à 2010, "avant");

    5) de consommer, non seulement moins d'énergie nucléaire, mais aussi MOINS de ressources fossiles: -2 TWh au total et même -4,8 TWh pour ce qui la concerne directement, la différence étant liée à la hausse des exportations, c'est à dire "consommée pour autrui"... pour la France et sa pointe hivernale, entre autres! 

En bref :

NUCLEAIRE : FORTE BAISSE

RENOUVELABLES : FORTE HAUSSE

CONSOMMATION INTERIEURE : EN BAISSE (les économies d’énergie, ça marche!)

FOSSILES :  EN BAISSE (la baisse continuera de se poursuivre avec la poursuite de l'installation des ENR)

EXPORTATIONS : RECONSTITUEES (et même augmentées!) depuis la chute consécutive à la fermeture brutale des 8 premiers réacteurs.

      On peut comprendre que de tels chiffres attristent les inconditionnels de l'énergie nucléaire, fort nombreux en France... qui ressassent en permanence et à tort que la sortie du nucléaire par les allemands va provoquer une hausse TERRIBLE et DRAMATIQUE des rejets de CO2 réchauffant la planète.

  Eh bien: Non, il n'en est rien!

La baisse du nucléaire en Allemagne n’a pas provoqué une montée des fossiles, et encore moins une hausse de 40 TWh en deux ans, comme l’affirme par exemple faussement dan1 (un commentateur assidu sur Enerzine, ici ), qui écrit, sans la moindre justification:  "Entre 2010 et 2012, on note d'ailleurs une baisse de 38,8 TWh du nucléaire (de 133,4 à 94,6 TWh) et une augmentation de 40,9 TWh du FOSSILE."

    Cette augmentation... est juste le fruit de l'imagination de ce monsieur!

    Complément le 17.03.2012

    Après poursuite de l'échange sur Enerzine, il se trouve que Dan1 tirait ses informations de données mises en lignes par l'ENTSOE (European Network of Transmission System Operators for Electricity) (réseau européen d'opérateurs de réseaux électriques). Un mail a été écrit au responsable de la collecte des données pour l'Allemagne... le monsieur a répondu d'une manière assez floue, en évoquant des "raisons statistiques" (A comparison with previous figures may be limited for statistical reasons related to renewable energies feed-in like direct marketing), ce qui est fort surprenant: la mesure d'une production n'est pas faite par échantillonnage! Et une "erreur" de 40 TWh, correspondant à la production annuelle de 8 réacteurs nucléaires, c'est tout sauf une erreur "statistique"!

     Mais Dan1 et sicetaitsimple, les deux forumeurs à l'origine de l'échange, sont restés vigilants... et ont constaté une correction rapide (dans les 48 heures!) , et fort "violente",  des chiffres publiés par cet organisme. Je reproduis ici les observations de Dan1:

A chaud
Après vérification, voilà ce que donnent les modifications pour 2012 :

Production :

   Avant = 571,3 TWh ; après = 570,8 TWh (- 0,5 TWh)

   Hydro , nucléaire et pompage = inchangés

   Fossile : avant = 386,1 TWh ; après = 346,6 TWh (- 39,5 TWh)

      dont lignite : avant = 138,3 TWh ; après = 142,9 TWh (+ 4,6 TWh)

   EnR : avant = 68 TWh ; après = 106,2 TWh (+ 38,2 TWh)

      dont éolien : avant = 17,2 TWh ; après = 46 TWh (+ 28,8 TWh)

Solde des échanges : avant = 23,2 TWh ; après = 23,1 TWh (- 0,1 TWh)

Consommation : avant = 540,2 TWh ; après = 539,9 TWh (- 0,3 TWh)

L'ENTSO-E avait publié des données visiblement assez approximatives.

Qui est le responsable ?

Dans le doute, le stagiaire a été viré !

Bref, le mail de "sicetaitsimple" a "provoqué":

      1) une correction à la baisse de 40 TWh (environ) des chiffres de la production fossile;

     2) une correction à la hausse d'environ 40 TWh des chiffres de la production d'origine renouvelable, qui augmente du coup, "d'un coup de crayon", de plus de 50%! Au sein de la production ENR, la production éolienne... triple! d'un coup de crayon, passant de 17 à 46 TWh... ça, c'est de la correction!

    "Comble de l'étrange", la double erreur (erreur extrêmement importante en volume, par ailleurs: il ne peut en aucun cas s'agir d'une incertitude statistique!) correspond très exactement à la baisse de la production nucléaire en Allemagne consécutive à l'arrêt des 8 premiers réacteurs nucléaires!

    Alors, "erreur", ou manipulation des chiffres?

    Chacun est libre de son opinion!

l'échange sur Enerzine "qui a permis la découverte du pot aux roses" se trouve ici.

      sources:

     http://www.ise.fraunhofer.de/en/downloads-englisch/pdf-files-englisch/news/electricity-production-from-solar-and-wind-in-germany-in-2012.pdf

mix allemand 2012:

http://www.solar-is-future.de/uploads/pics/strommix_brd_01.jpg

mix allemand 2011:

http://flaschenpost.piratenpartei.de/files/2012/10/aap1.jpg

mix allemand 2010:

http://www.mp.haw-hamburg.de/pers/Kaspar-Sickermann/kgs/AEE_Strommix-Deutschland-2010_feb11.jpg

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Afrique
Les affaires offshore de l’ancien gouverneur du Katanga
Riche homme d’affaires et gouverneur de la province minière du Katanga de 2007 à 2015, Moïse Katumbi a poursuivi son business minier, alimenté en partie par des contrats publics, en le logeant dans de discrètes sociétés « offshore ».
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran