Le sang des autres, et le nôtre

Le 13 novembre 2015, le sang du peuple français a coulé. Avant le 13 Novembre, le peuple français laissait François Hollande faire son petit chef de guerre, petit coq français qui gonfle ses plumes pour se faire plus important qu'il n'est réellement, pour « en placer une » sur la scène internationale, arracher un lambeau d'attention médiatique, et tenter de monnayer ce lambeau avec quelques ventes d'armes, toujours bonnes pour lutter contre le chômage frappant nombre de nos compatriotes.

Le 13 novembre 2015, le sang du peuple français a coulé. Avant le 13 Novembre, le peuple français laissait François Hollande faire son petit chef de guerre, petit coq français qui gonfle ses plumes pour se faire plus important qu'il n'est réellement, pour « en placer une » sur la scène internationale, arracher un lambeau d'attention médiatique, et tenter de monnayer ce lambeau avec quelques ventes d'armes, toujours bonnes pour lutter contre le chômage frappant nombre de nos compatriotes.

     Le peuple français a été mou (comme son dirigeant), un peu lâche et égoïste, aussi: il a essayé d'oublier que ceux qui achètent des armes s'en servent le plus souvent, et tuent, répandent la mort avec... le marchand d'armes étant et restant responsable de l'efficacité des armes qu'il a délivrées. 

     Le peuple français a considéré que vendre des armes à l'étranger était un bénéfice commercial pour lui. 

  Les bénéfices pour nous, le sang des autres.

    Le peuple français a fait, depuis Sarkozy et encore plus sous Hollande, un pas de plus vers l'égoïsme immonde: il a considéré qu'utiliser lui-même ses propres armes dans des opérations militaires douteuses ( des attaques dans un territoire étranger, justifiées par... "la légitime défense".. préventive! Attaquer avant même d'être attaqué!) était une bonne chose: il faut bien faire la démonstration, la preuve marketing de l'efficacité de nos armes! Quelle meilleure démonstration de leur efficacité que de les utiliser soi-même en conditions réelles... donc en tuant, en versant le sang d'ennemis qu'on s'est choisis?

Le peuple français a versé, depuis 2011, le sang de nombreuses nations: lybiens, irakiens, maliens, syriens.

     Le peuple français a ramassé l'argent des armes vendues grâce au sang versé.

      Les ventes d'armes françaises ont explosé.

  Le 13 novembre 2015, le sang du peuple français a coulé.

   Le peuple français comprendra-t-il que quand on attaque militairement autrui, autrui peut se sentir légitime d'attaquer à son tour?

  Le peuple français comprendra-t-il que quand on verse le sang des autres pour faire du business, on manque de légitimité pour exiger que ces mêmes autres ne versent pas le nôtre?

      Peut-être qu'après le 13 Novembre, le peuple français comprendra que faire de l'argent avec le sang des autres n'est pas anodin... ni sans risques.

 

   Billet initialement publié sous forme de commentaire dans ce fil.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.