Paris-Dauphine se lance dans la mobilisation contre la réforme des retraites

Alors que la CFDT met fin à son engagement provisoire pour la défense des droits sociaux, la mobilisation contre la réforme des retraites commence à prendre à des endroits inattendus. C'est le cas à l'université Paris-Dauphine

Université du 16e arrondissement, Paris-Dauphine forme dans ses Masters les plus réputés des étudiant.e.s globalement privilégié.e.s à la finance, au marketing, à la gestion, aux mathématiques, aux sciences sociales, entre autres.

Beaucoup d'individus qui s’accommodent parfaitement du projet de réforme des retraites sont ainsi passés par cet établissement fondé en 1971 :  Arnaud Lagardère, Thierry et Yannick Bolloré, Olivier Blanchard qui est l'ancien économiste en chef du FMI ou encore Bernard Ramanantsoa, l'ancien directeur de HEC Paris.

Petite touche pour parfaire le tableau, Dauphine est actuellement engagée dans un projet de licence "développement durable" financée par la BNP Paribas, ce qui a provoqué de nombreuses contestations, au vu des activités extrêmement polluantes de la banque française.

Dans ces conditions, il semble que toute mobilisation politique visant a préserver des droits sociaux relève de l'anomalie statistique.

Mais ! Mais, mais, lundi 13 janvier, des chercheuses et chercheurs de l'université, ainsi que des grévistes de la RATP et de la SNCF ont tenu une conférence sur la réforme qui a fait salle comble.

Dans la foulée, une soixantaine d'étudiant.e.s se sont réuni.e.s pour décider de ce qu'ils et elles allaient collectivement faire pour participer à la mobilisation. Il a été acté que les étudiant.e.s dauphinois.e.s partiraient désormais groupé.e.s dans les manifestations et qu'une salle serait occupée au sein même de l'université, afin d'organiser la mobilisation au jour le jour.

Et puis une banderole géante a été déployée en bordure du périphérique.

Tout cela est le signe que la mobilisation peut prendre partout. Y compris sur des lieux de travail où certain.e.s se sentent isolé.e.s, entouré.e.s de collègues qui semblent condamnés à soutenir le gouvernement actuel jusqu'à la nuit des temps. Si ces personnes manquent d'information sur la réforme, qu'elles n'hésitent pas à contacter le collectif Dauphine mobilisé, qui dispose de ressources informatives riches et simples d'accès.

Tout cela est aussi le signe que la mobilisation continue, malgré le clair obscur médiatique depuis quelques jours. D'ailleurs, membres de l'éducation nationale et cheminots se rencontrent régulièrement pour reprendre collectivement du poil de la bête.

Continuons donc d'alimenter les caisses de grèves (notamment ici : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere) et à jeudi !

Banderole contre la réforme des retraites déployée sur la façade de l'université Paris-Dauphine Banderole contre la réforme des retraites déployée sur la façade de l'université Paris-Dauphine

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.