Cahuzac: la goutte d'eau, l'iceberg et la botte de foin

Fabrice Arfi et Médiapart ont battus la tempête médiatique, et la batteront encore. J-M Apathie persiste et signe. Le Président et le premier Ministre sont dégoutés. La France est dégoutée. Les lecteurs de Médiapart s'en doutaient, et les gens ayant pour goût la Justice, l'espérait.

Mais comme le dit Fabrice: "Un aveu et après"?

Outre le questionnement que la Justice devra éclairée, il y a un après.
Un après pour nos institutions, le gouvernement en place, le Parti Solférien, le PS et la gauche, la démocratie, les Invisibles, abstentionistes et autres.

Le seul point positif de cette affaire, c'est qu'elle met tous les citoyens sur le même pied d'égalité: Comment ne plus se faire flouer, à qui faire confiance?

Mais oui après, car tout ceci nous fait poser des questions. De la plus conciliante à la plus revancharde.

Pourquoi les médias se sont acharnés contre Médiapart, ou ont laissé planer le doute et la consistance journalistique de Fabrice Arfi?
Pourquoi les erreurs se multiplient venant des médias: phrases déformées par l'AFP, informations tronquées de journalistes et partisannes venant d'éditorialistes?

Le fait d'avoir transferé son argent à Singapour, n'es-ce pas une démarche normale pour toutes les entreprises qui partent à la conquête de ce marché? Sous entendus: Es-ce que toutes les entreprises françaises situées à Singapoure n'ont pas fait de blanchiment d'argent, pour avoir tardé comme dis Fabrice Arfi, à  obtenir une "licence bancaire"?

Qui a des actifs dans Reyl?
600 000€ euros en 15 ans de détention de ce compte(?) ça fait 3333 euros déposé chaque mois sur cette durée...C'est très sage mine de rien.
Cet aveux peut-il couvrir d'autre gens?

Cet aveux est celui d'une personne qui porte une atteinte morale à ses proches, mais combien ne passeraient pas à l'aveux pour complicité avec ses proches?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.