jsherpin
Ingénieur de développement informatique - Co-Secrétaire régional d'Europe Écologie - Les Verts Centre.
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2016

jsherpin
Ingénieur de développement informatique - Co-Secrétaire régional d'Europe Écologie - Les Verts Centre.
Abonné·e de Mediapart

Fin de l'omerta : maintenant, on parle

Gros titres ce matin, après une co-enquête de Mediapart et France Inter : Baupin mis en cause dans des affaires de harcèlements, dont certaines peuvent sûrement être qualifiées de tentative de viol, si ce n'est même de viol. Légitimement, aux diverses lectures, chacun-e est en droit de se demander pourquoi le parti EELV n'a pas réagi.

jsherpin
Ingénieur de développement informatique - Co-Secrétaire régional d'Europe Écologie - Les Verts Centre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Oui, je savais, pas tout, pas complètement. Autour d'un bon verre de vin, en soirées amicales, tour à tour, des camarades, pour certaines des amies, parlaient, se confiaient et je blêmissais, et je savais que ça tomberait un jour, il fallait que cela tombe, mais comment, que faire, mon silence me rendait coupable. Soutenir ? Parler ?

En 2013, pour le congrès EELV de l'époque, je signais une contribution sur la base d'un texte. Je ne savais pas qui étaient mes co-signataires, on était venu me chercher. Quelques jours plus tard, un ami militant du Nord me lança cette apostrophe : "mais comment peux-tu signer avec un violeur ?". Lui savait, moi pas. Je trouvais la phrase violente, relevant peut-être de rumeurs exagérées, on ne peut concevoir l'inconcevable, surtout dans un parti féministe, moderne, égalitaire. J'étais en colère qu'on m'adresse cette accusation. Je ne savais pas, lui si. Cependant, je m'inquiétais, me renseignais en douce, de ci, de là et la "rumeur" ne semblait plus en être une, mais aucun nom ne m'était donné, aucune preuve.

Au hasard de la sortie de son livre, Manuel de survie à destination des femmes en politique, je me rendais dans une librairie rejoindre Sandrine Rousseau, où nous nous retrouvions à boire un verre en présence de militant-es et d'élu-es surtout socialistes. Rapidement, la conversation déviait depuis le féminisme, les réactions machistes, jusqu'à DSK. Sandrine me fit remarquer que le PS n'avait pas le monopole de cette honte, nous aussi, elle en savait quelque chose. Interloqué, je faisais le rapport. Sandrine était la première qui me mettait sur une piste.

Lors du Conseil fédéral de mai 2015, Dominique Trichet-Allaire, responsable de la commission féminisme chez EELV, monte à la tribune. Devant la stupeur générale, elle dénonce, sans donner de nom, devant la Secrétaire nationale de l'époque. Assis à côté de Gérôme, nous nous regardons, blancs comme des linges, je m'enfonce dans mon siège, comme si j'étais coupable, en fait je me sentais coupable.

Petit à petit, à force de parler, je découvrais que des personnes de mon entourage étaient victimes. Elen, avec qui j'avais picolé, ri, auprès de qui je me suis souvent confié tant au niveau de doutes politiques que personnels, m'annonçait qu'elle aussi. Annie, avec qui nous bossons au sein de la Conférence des régions, le regroupement des Secrétaire régionaux, que j'ai découverte et appréciée au fil des années, me disait qu'elle aussi. Chaque fois je cherchais que faire.

Alors, en marge du dernier Conseil fédéral d'EELV, dans un café du 11ème, Patricia et Maryse avaient l'air grave quand, quittant un groupe de personnes, je les rejoignais. "Elles vont le faire", me disent-elles. Tournant la tête vers le groupe de copines, je vois Elen, Sandrine, Dominique, Annie discuter dehors, heureuses de parler entre elles, comme presque... libérées. Je m'inquiète : des preuves sont-elles là, comment vont-elles le faire, sont-elles juridiquement conseillées. Et là, je me rends compte de la difficulté de la victime, et là je décide que je soutiendrai, parce que je m'étais trop tu, perdu devant l'incapacité à affronter les faits, à savoir comment les résoudre.

Aidées par les journalistes qui viennent de remplir un acte militant d'information et d'aide pour toutes les victimes, elles ont été accompagnées, mais surtout, elles ont voulu parler, violenter leur pudeur, leur gène, le danger du jugement d'autrui, le tombereau de saloperies qui se diraient sur les réseaux sociaux, et qui se disent en ce moment. En faisant cela, non seulement, elles aident chaque victime dans un processus de reconstruction, mais également les personnes paumées, les ami-es démuni-es qui apprennent qu'un ou une proche a vécu telle choc. Et, je l'espère, elles vont faire prendre conscience à Denis qu'il est malade, et que cela se traite, et cette phrase n'est pas méprisante.

Notre parti doit faire corps, on pourrait dire qu'il s'agit d'une affaire personnelle. Non, elle fut collective, dans nos gênes, nos silences. Si nous assumons collectivement, peut-être aiderons-nous d'autres partis à faire le même travail, car, j'en suis sûr, d'autres silences doivent exister, ailleurs.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez