Juan Branco
Politique et pouvoirs
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2018

Juan Branco
Politique et pouvoirs
Abonné·e de Mediapart

Delahousse et Macron: les soubassements d'un entretien

Nouvelle anecdote sur la macronie et les rapports incestueux qu'elle entretient avec les médias. Vous vous souvenez de l'entretien ahurissant de Delahousse avec Macron ? Découvrez comme il est intervenu.

Juan Branco
Politique et pouvoirs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'entretien que donna Emmanuel Macron à Delahousse, le fut littéralement, donné.
Quelques semaines auparavant, fin novembre 2017, une polémique la suppression de postes dans les équipes d'Envoyé spécial et de Complément d'enquête enflammait France Télévisions. Contrairement à ce qui avait été pensé, elles n'avaient pas été demandées par l’Élysée. Ce qu'il s'est passé est en fait encore plus laid. Reprenons.
Au départ de l'affaire, l'Elysée impose à Delphine Ernotte 50 millions d'euros de coupes budgétaires. Rappelons que le climat n'est pas au beau fixe. Michel Field, directeur de l'information, est contesté. Pujadas s'est fait virer le jour de l'intronisation de Macron.

50 millions d'euros, sur un budget de, 2,7 milliards d'euros, ce n'est pas grand chose, mais c'est justement mesquin. Alors Delphine Ernotte, présidente de France Télévision, décide elle aussi de s'amuser. Et laisse entendre qu'elle va arrêter l'émission de Delahousse. 


Or il se trouve que Delahousse est amiénois, a été au même lycée que Macron, et qu'ils sont devenus copains. Delahousse, après s'être vu confirmer les intentions de la direction intervient auprès de l'Elysée, qui exige à Ernotte de maintenir et de trouver ailleurs ses économies.

Là, les versions divergent, mais c'est assez drôle. A la direction de l'information, on prétends que les équipes d'Ernotte (Sitbon Gomez), manquant d'expérience, auraient dans la précipitation monté un plan de réductions sans réaliser ce qu'ils faisaient.


D'autres affirment que c'était volontaire de la part d'Ernotte pour envoyer un signal à l'Elysée. En tous cas, la direction annonce des coupes dans l'investigation. Alors que Delahousse, respire, branle bas de combat à France Télévisions: AGs, communiqués, tout le monde panique.

Il faut dire que Michel Field est détesté et que l'on a réussi à faire passer Pujadas pour un martyr de l'information. L'Elysée est furieux. On tenterait de les faire passer pour des censeurs, alors qu'ils disent n'y être pour rien. Ernotte sent le vent du boulet passer.


Motion de défiance, négociations en haut lieu. Tout le monde comprend qu'ils n'y a rien à gagner. Cash et Complément d'enquête sont finalement sauvés et les coupes budgétaires décalées d'un an. Delahousse, lui, voit sa case confirmée.
Or Macron ne compte pas pardonner. Vous vous souvenez de sa déclaration, "l'audiovisuel public français est une honte" ? Devinez quoi, c'est le 5 décembre, dans la foulée. Mais personne alors ne relève, car personne ne sait ce qu'il s'est joué avec Delahousse.

C'est ce qui va permettre d'ailleurs à ce dernier d'organiser un ultime pied de nez - une véritable provocation - à l'égard de Field et d'Ernotte, qui va contribuer au départ du premier quelques mois plus tard. Afin de montrer qui est le boss, devinez ce que l'on fait ? 

Un entretien-fleuve de 45 minutes à la veille de noël, lors duquel Emmanuel Macron est littéralement enguirlandé par Delahousse, tout sourire, à l'Elysée. Ernotte est contrainte, humiliée, d'y assister à distance, et sans mot dire, de le programmer.

Là où on avaient été accordés 10 minutes sur le climat, Ernotte voit arriver un long panégyrique à la gloire de la banalité du chef de l'Etat, et comprend qu'elle est coincée. Macron et Delahousse sont très contents, jusqu'à ce que le lendemain, la presse les étrille littéralement.
Voilà comment se fait l'information en France. Voilà en quel respect l'on tient les contribuables et le service public. Et voilà pourquoi l'on a le droit à de telles médiocrités. Parfois, non pas seulement pour manipuler, mais aussi pour régler des comptes, provoquer et s'amuser.
https://twitter.com/anatolium/status/1070138692382195712

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
Interview d'E., 35 ans, éboueuse-rippeuse
E. travaille depuis trois ans dans une entreprise privée de la collecte de déchets. Dans cet entretien, elle nous présente son parcours, évoquant la solidarité aussi bien que les difficultés rencontrées à son poste : le manque de formation, la pression managériale, la surcharge de travail, les discriminations de genre, le gaspillage...
par Jeanne Guien
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Publicité : l'industrialisation de la manipulation
On lit souvent que la pub « nous manipule », mais qu'est-ce que ça veut dire ? Le débat à ce sujet se réduit souvent à l'alternative entre liberté absolue ou déterminisme fatal. À la veille du Black Friday, un évènement reposant entièrement sur la pub pour exister, il faut analyser en détail les techniques de discours manipulatoire, leurs usages en publicité et leurs effets sociaux.
par Résistance Agression Pub
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis