Sur le 5 décembre

Le peuple de gauche se réveille en perspective du 5 décembre, et cherche à renaître de ses décombres, en montrant sa vitalité. De notre capacité à faire déborder ce mouvement dépendra notre capacité à ne pas en faire l'événement d'un clan, ni une opération de récupération

Le peuple de gauche se réveille en perspective du 5 décembre, et cherche à renaître de ses décombres, en montrant sa vitalité. De notre capacité à faire déborder ce mouvement dépendra notre capacité à ne pas en faire l'événement d'un clan, ni une opération de récupération.

Ce sont les classes moyennes et le prolétariat le plus protégé - et syndiqué -, mais aussi les étudiants qui prennent le relais d'un peuple exsangue et domestiqué par un an de répression féroce, sensiblement similaire aux dispositifs de domptage coloniaux.

Le risque est que cela produise un système de récupération qui cherche à faire oublier leur absence massive de mobilisation pendant cette période là. Une complicité de classe avec le pouvoir qu'il s'agit de faire oublier.

Ruffin joue ce rôle transition, d'entre deux entre les jaunes et les rouges verts. Intouchable en cela. Je comprends que ce soit le cas, pour ceux qui pensent que la solution serait en un changement politique qui préserve les structures de pouvoir que l'on connaît. Nous sommes à un point de vulnérabilité. J'espère que les étudiants et lycéens agiront avec la radicalité nécessaire pour rompre ce dispositif, et empêcher que peuple qui s'est élancé, ces longs mois, se trouve à nouveau spolié, et voit sa parole volée.

Pour imposer un tempo intenable aux classes qui sont habituées à récolter les fruits de ces mobilisations. Pour réintroduire de la sincérité là où le risque est la perpétuation et la récupération. Ce sont les seuls à avoir l'énergie pour résister.


Les gilets jaunes, qui représentent le peuple profond, sont épuisés, n'ont plus les moyens de se défendre des manœuvres qui viendraient. Loin des syndicats et de leurs cortèges. Sur notre chemin, très particulier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.