juan chingo
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2017

Onet. Victoire éclatante des grévistes du nettoyage des gares franciliennes

45 jours de grève et une victoire éclatante pour les grévistes de H.Reinier Onet ce vendredi 15 décembre ! Après une victoire judiciaire contre la SCNF,​ qui a été condamnée à payer les 9 salariés assignés, les 84 courageux et courageuses grévistes du nettoyage viennent de faire plier la direction avec qui ils vont signer un protocole d'accord de fin de grève cet après midi.

juan chingo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est une belle victoire aujourd’hui pour les 84 grévistes du nettoyage qui sont restés solidaires et unis depuis le 2 novembre. Ces salariés,​​ pour qui c’était la première grève, ont fait preuve d’une détermination, et d’un courage exemplaire parvenant à s’organiser, se réunir tous les matins en assemblée générale et prendre des décisions collectivement, à protéger leurs gares contre la répression dirigée par la police, Onet et la SNCF.

Cette semaine aura définitivement été sous le signe de la victoire pour les grévistes. Hier, les salariés ont appris qu’ils ont remporté le procès contre la SNCF qui avait convoqué 9 d’entre eux au tribunal pour occupation illégale des locaux. Ce jeudi 14 décembre au soir, les grévistes ont eu un nouveau rendez-vous de négociations avec H.Reinier Onet. Après plusieurs heures de discussions, la délégation de grévistes composée de différents représentants syndicaux (Sud​ Rail​, FO, CFDT) a réussi, sous le mandat de l’AG du matin, à obtenir​ la satisfaction des revendications.

La direction d’Onet a fini par leur accorder une prime de remise en état des gares qui équivaut à peu près​ à deux semaines​ de leur salaire. Par ailleurs,​ la direction s’est engagé à payer deux semaines de salaire correspondant au mois de novembre qui leur sera ensuite retiré au fur et à mesure​ par un étalement sur six mois. La direction s’engage également à annuler toutes sanctions à l’encontre des grévistes. Jusque là ils avaient déjà réussi à bloquer la clause de mobilité, la réduction des effectifs, ainsi que ​la prolongation des mandats des délégués syndicaux jusqu’aux prochaines élections, ainsi que ​de nouveaux droits avec l’intégration des salariés à une seule et même convention collective et le panier repas à la hauteur de 4 euros. Les salariés ont choisi de lâcher une revendication : l’augmentation de ​
la prime vacances ​de 50 ​à 70%. Une revendication mise de côté pour le moment que les salariés victorieux pourront chercher à arracher dans les mois à venir. Ce n’est donc que partie remise !

Pour annoncer la nouvelle de la victoire les salariés et leur​s​ soutien​s​ ont organisé ce vendredi après midi une conférence de presse. Forts de la médiatisation de leur conflit, plusieurs médias et organisations étaient présents : ​BFM​, France bleu, ​Fabien Dumas pour la Fédération S​ud ​R​ail,​ un représentant de la CFDT​ ainsi qu’Eric Coquerel de la France insoumise.

Pour suivre quotidiennement l'actualité , visitez le site www.revolutionpermanente.fr .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85