Un peu d'ordre! Quand même!...

Amis terriens bonsoir! Amis humains bon courage...

Chaque jour un peu plus ce monde m'anime d'une pensée anti désespoir. En effet, si je prenais la vie au premier degré, considérant alors que l'humanité court à sa perte,  alors je me serais fait hara-kiri.

Mais le Samouraï qui est en moi considère que notre espèce n'est pas foutue tant je croise au quotidien des gens de valeur, des hommes et des femmes qui réfléchissent, qui pensent, non pour eux même mais pour les autres. Et oui, je vous l'assure, dans mon entourage un peu restreint il est vrai, je croise des personnes profondément humaines, en quête de l'autre, loin de tous les stéréotypes nauséabonds qui entretiennent la méfiance et le non respect de son prochain.

Valls, homme politique en pleine fleur de l'âge, qui retourne sa veste plus vite que son ombre, tantôt la censure...tantôt la censure, en fonction du vent, loin de tous les principes fondamentaux de notre République, ça tourne tellement vite qu'on en perd sa boussole. Ne connaissant pas l'individu personnellement, je mets cela sur le compte de son inexpérience et de sa soif non maîtrisée de vouloir aller plus vite que son ombre gagner le sommet du Hollandisme.

Biensur, ce n'est que mon opinion.

Les médias, c'est un peu comme la météo, on en prend connaissance le matin et cela va alimenter notre journée, donner un petit tempo avec des thèmes de discussions, variables selon les humeurs de qui aura passé telle commande auprès de tel prestataire de diffusion des informations bien choisies et sélectionnées pour orienter l'humeur de nos concitoyens.

Et oui, la désinformation de masse, c'est l'humeur de la populace, qui rame, qui rame au quotidien pour faire ses courses au hard discount! 

Inutile de vous dire que nos chers décideurs ont oublié depuis longtemps combien coûte une baguette et surtout où est la boulangerie la plus proche.

Ce sont ces mêmes gens qui veulent nous interdire de penser et de diffuser une pensée bonne ou mauvaise, peu importe, l'important c'est de débattre et de pouvoir faire connaître sereinement son désaccord. Quand-même! Monsieur Valls avec tout le respect que je vous dois en tant qu'homme, égal de mon espèce, et respect de votre fonction, et bien j'ai quand même le droit de faire savoir librement mon désaccord tant que la forme n'agresse pas l'intégrité de l'autre, l'intégrité...

J'ai le droit dans un pays libre de dire ce que je veux et j'ai le droit d'être contredit, argumenté, débattu mais pas d'être interdit. Je peux être condamné pour injure, mensonge, diffamation ou Negationisme. Il ne s'agit pas d'un crime ou d'un délit que de ne pas être d'accord avec ce qui n'est pas démontré. Que certains penseurs qui s'expriment foutent le bordel, c'est une chose, de les interdire parce qu'ils foutent le bordel c'est une autre chose, bien grave si l'arbitraire expéditif muselle les vérités ou pas qui dérangent ou pas.

Que tous les non croyants s'abstiennent de stigmatiser les croyants, c'est la moindre des choses. Dans un monde libre, le respect des croyances, c'est une base. A l'inverse, les pratiquants d'une religion se doivent, et à fortiori dans une république laïque d'exercer leur culte dans le respect de l'autre, et sans outrance. Car qui s'affiche avant comme appartenant à une communauté s'expose par défaut à une discrimination.

En 1948, à Paris, après la Deuxième Guerre Mondiale, une cinquantaine d'états signaient la Déclaratioon Universelle des Droits de l'Homme. Ce texte, accessible au programme d'histoire de tout nos congénères et en ligne sur de nombreux sites et dans toutes les langues du monde, ce texte est violé au quotidien et dès notre pallier! L'article 1er du texte et le préambule suffisent à donner le ton d'un projet humain qui à ce jour n'aboutit pas. La querelle est permanente et l'individualisme comme les enjeux de pouvoir et d'argent ne font que pourrir l'homme par l'homme.

Alors, que si tout le monde se calmait, respirait tranquillement, regardait le monde comme les philosophes( pas BHL), comme des humanistes, comme des gens qui pouvaient et devaient aider les vulnérables, alors....

On préfère se faire cassé les couilles par les pirouettes de Hollandes ou de DSK dont tout le monde se fout, par les propos fascisants d'un Copé qui chaque jour en perd un peu plus ses cheveux, par les aboiements non sexy de Marine Le Pen, par les arrivistes professionnels de Europe Écologie Les Verts,  par la télé réalité et les sarcasmes des joueurs de foot professionnels, j'en passe...Pendant que le monde rame de plus en plus et jusqu'à se foutre sur la gueule.

Une bonne nouvelle quand même, le troisième plan cancer est lancé, et ça veut dire que du pognon va être débloqué pour s'occuper encore un peu mieux des malades dans notre pays...Comme quoi?...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.