Réponse à Juliette KEATING-Enfants pour tous

Bonsoir Madame,

au risque de vous décevoir, je suis absolument contre votre argumentation sommaire, partisane et dangeureuse sur un sujet sociétal si prenant dans l'opinion.

Avant d'avancer, je tiens à prévenir que ceux qui seraient tentés de répondre à mes propos en me cataloguant vulgairement de réactionnaire sans autre forme d'argumentaire, qu'ils s'abstiennent et se contentent de réfléchir...

Vos propos militants pour une cause qui peut s'entendre ne peuvent justifier pour l'instant un changement quant à l'existence d'un enfant humain.

De mon point de vue, on ne peut satisfaire un désir d'enfant pour un couple homosexuel comme une lubie, comme si un beau matin ces couples devaient avoir un nouveau droit contre physiologique, celui d'obtenir un enfant parce que la société moderne et scientifique, grâce à une possibilité médicalement assistée, leur offrait un cadeau, comme par enchantement.

En effet, avoir un enfant signifie devenir parent, en assumer les droits et les devoirs, ce qui est à la portée de tout adulte en théorie et ce indépendamment du genre du couple de parent. Mais, vous sous évaluez la suite de l'histoire et du développement de l'enfant en question. Dans le développement de celui ci, depuis longtemps les psychologues nous ont appris l'importance de l'identification au sexe de chacun des deux parents. Savoir que papa est un homme avec ses poils, sa grosse voix et son zizi et que maman est une femme avec sa douceur maternante, ses larmes et sa zezette, je m'excuse mais c'est une Lapalissade du processus de développement psychique des enfants, qui se fait par différentes étapes dont certaines plus ou moins difficiles pour l'être en évolution et pour les parents eux-mêmes. Ce point est à ce jour incontestable, solide du point de vue de la psychologie et de la psychopathologie.

Et cela nous ramène à une autre évidence, anatomiquement et physiologiquement, un homme et une femme sont différents. C'est comme ca, c'est la nature, c'est génétiquement determiné et je ne crois pas qu'il faille s'imaginer changer cela. Par suite logique, et appuyée par les étapes de développement de l'enfant, bien décrites par de nombreux auteurs, ces différences sont nécessaires à l'évolution harmonieuse du développement de l'enfant.

A ce jour, au contraire de ce que vous avancez, il n'existe aucune donnée fiable pour affirmer que les humains élevés par des couples de même sexe sont en sécurité psychique. Toutes les informations disponibles à ce sujet sont biaisées fortement car provenant d'associations militantes, chargées de subjectivité et potentiellement de déni, et ne sont aucunement le fruit de travaux méthodiques et rigoureux.

Alors, sur ce point, je pense que la prudence est de mise et si le CCNE est saisi de la question, c'est justement parce qu'il y a des risques à ne pas prendre concernant l'humanité, tout ce qui est possible n'est pas forcément souhaitable.

Par ailleurs, je trouve que l'argument de justifier le droit à la parentalité et/ou à la PMA au couple homosexuel parce que les hétérosexuels eux mêmes sont parfois en situation d'échec éducatif, cet argument ne tient pas la route, il est démagogique. Si mon voisin fait des conneries, je ne suis pas obligé de le suivre. Pour la PMA, vous ne savez peut- être pas que les mères seules qui ont bénéficié ou pas d'une PMA, un certain nombre sont en difficulté.

On élève un enfant parce que le couple le veut, pas parce qu'il peut en avoir un. C'est là toute la difficulté. L'enfant n'est pas une possession, il est un être évolutif et très largement dépendant des repères qui l'entourent.

Enfin, sur la gestation pour autrui, vos propos me hérissent, et encore plus dans le monde merdique dans lequel nous vivons. Le bidon d'une femme, plus exactement l'utérus d'une femme n'est pas un site hébergeur pour l'enfant d'autres personnes. Cette possibilité, même si elle se pratique et elle se marchande dans bon nombre de pays développés ou pas, est une transgression majeure pour l'espèce humaine. C'est la porte ouverte à la regression pour certaines femmes qui seraient tentées ou obligées et c'est indéniable de marchander leur utérus pour satisfaire le prétendu besoin d'autres humains. Ce point est absolument contraire aux Droits de l'Homme. C'est un profond danger pour l'humanité.

Sans compter les risques liés à la grossesse d'une femme qui ne serait même pas la mère à venir pour l'enfant à naître. Pour moi, la gestation pour autrui, c'est une bêtise monstrueuse. Alors s'il vous plait, ne la comparez surtout pas au don d'organe qui s'associe à d'autres bienfaits pour la santé des personnes.

Voilà.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.