juhhe
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2014

Les amiantés du Tripode répondent à Jean-Marc Ayrault

juhhe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi 28 février, M. Jean-Marc Ayrault inaugurait le tram-train à Nantes.

La veille, à l'occasion du 9ème anniversaire de la destruction du Tripode, les personnels contaminés par l'amiante, appuyés de collègues solidaires, avaient réaffirmé ensemble, à l'arrêt Tripode du Busway, leur demande de reconnaissance du Tripode en site amianté.

Banderole lors de la manifestation du 27 février 2014 © 

L'Intersyndicale avait également demandé une entrevue au Premier Ministre ou à son Cabinet. Elle s'est heurtée à un refus, y compris de la part du responsable du dossier au Cabinet de M. Jean-Marc Ayrault, qui refuse tout contact depuis juin 2012.

C'est donc avec une très grande surprise que l'Intersyndicale a appris par les journalistes que :

- M. Ayrault s'était exprimé sur le dossier Tripode ;

- Son cabinet avait rendu publique, sans en informer l'Intersyndicale, une réponse à la demande des ministres MM. Moscovici et Cazeneuve de classer le Tripode en site amianté.

L'Intersyndicale demande donc que soit organisée au plus vite une réunion avec les services du Premier Ministre, ou ceux des Ministres destinataires du courrier.

Elle a pris contact avec les fédérations syndicales qui la soutiennent pour accélérer ce processus.

En attendant cette concertation qui aurait dû être organisée préalablement, l'intersyndicale a réalisé une première analyse non exhaustive du texte du Premier Ministre. Voici la réponse de M. Ayrault aux demandes des amiantés du Tripode le 28 février 2014

Manifestation sur le lieu de l'ex-Tripode le 27 février 2014 © 

Premiers éléments d'analyse des réponses de M. Jean-Marc Ayrault :

 - M. le Premier Ministre se déclare "bouleversé par les drames humains lié au développement des différentes maladies professionnelles liées à l'amiante... qui ont frappé certains des personnels ayant exercé leur activité dans ce bâtiment".

Nous regrettons que cette compassion exprimée ne concerne pas l'ensemble des agents du Tripode qui vivent sous la menace permanente de pathologies liées à l'amiante et d'une durée de vie écourtée. C'est cette situation, bien réelle, qui justifie l'accès de tous les agents à une cessation d'activité anticipée, que permettrait le classement du Tripode en site amianté.

- M. le Premier Ministre reprend ensuite la demande d'une facilitation de la reconnaissance des maladies professionnelles et de "l'imputabilité au service des maladies liées à l'amiante..." déjà exprimée en décembre 2009 par les Ministres M. Woerth et Mme Lagarde.

Nous attendons avec beaucoup d'intérêt de savoir quelles conséquences concrètes va avoir cet engagement renouvelé et reformulé. Concernera-t-il aussi nos collègues atteints de maladies hors tableau comme le cancer des ovaires ou du larynx, reconnus par l'organisation mondiale de la santé (OMS) et l'ANSES en juillet 2013 comme étant liés à l'amiante ? Cette question est posée très directement depuis plus d'un an pour une de nos collègues dont le dossier est toujours bloqué malgré un avis favorable de la commission de réforme.


- Le Premier Ministre "demande qu'une disposition législative soit prise pour que les fonctionnaires et agents publics ayant développé une maladie professionnelle reconnue en lien avec l'amiante puissent, comme les salariés, avoir accès à l'allocation de cessation anticipée des travailleurs victimes de l'amiante (ACATA)."

C'est une disposition générale qui a été maintes fois réclamée par les associations de défense des victimes de l'amiante et les fédérations de fonctionnaires. Ce serait une avancée mais nous souhaiterions savoir quel sera le cheminement législatif que prendrait cette mesure : intégration dans un collectif budgétaire, discussion à l'automne 2014 dans le Projet de Loi concernant la Sécurité Sociale (PLSS) pour 2015, autre voie ? Quel serait l'horizon d'application de la mesure ? 2014 ? 2015 ?


- Le Premier Ministre demande aux Ministres de Bercy de "définir les mesures permettant d'apporter le meilleur accompagnement aux personnels ayant exercé leur activité sur le site du Tripode." Et il poursuit sur la "mise en oeuvre exemplaire dans le suivi médical et post-professionnel...".

Nous demanderons que le contenu concret de ces points soit précisé dans les rencontres immédiates que l'Intersyndicale et ses fédérations réclament.


- Le Premier Ministre "est favorable à ce que vous (les Ministres de Bercy) preniez, en votre qualité d'autorité d'emploi, les mesures appropriées... en faveur notamment de ceux des personnels encore en activité ayant subi... une exposition à l'amiante de type intermédiaire."

Pour définir le champ d'application de ces "mesures appropriées" qui, pour nous, doivent bénéficier à tous les agents contaminés du Tripode, nous réclamons une négociation rapide qui permette de donner du sens au texte du Premier Ministre.

 En 2012, l'intersyndicale et le député-maire Jean-Marc Ayrault réclamaient ensemble le classement du Tripode en site amianté pour permettre à tous les agents contaminés encore vivants et actifs de bénéficier de pré-retraite amiante à leur demande.

En 2014, nous maintenons cette exigence.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu