Julian Colling
Journaliste indépendant basé en Russie depuis 2018, j'essaie de raconter dans Mediapart le plus grand pays du monde. Vagabonde parfois dans l'espace post-soviétique. Auparavant, j'ai travaillé en France pour l'AFP, France Info ou encore Le Parisien.
Pigiste Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2019

Soutien à la sociologue Carine Clément, interdite d'entrée en Russie

La chercheuse française, qui a vécu plus de vingt ans en Russie et a une fille de nationalité russe, devait participer à une conférence vendredi à Moscou. Elle vient d'être interdite d'entrée à la frontière aujourd'hui et se voit officiellement bannie du territoire russe pour 10 ans.

Julian Colling
Journaliste indépendant basé en Russie depuis 2018, j'essaie de raconter dans Mediapart le plus grand pays du monde. Vagabonde parfois dans l'espace post-soviétique. Auparavant, j'ai travaillé en France pour l'AFP, France Info ou encore Le Parisien.
Pigiste Mediapart
Carine Clément © FB

Le motif invoqué par le FSB : Carine Clément poserait un "problème de sécurité nationale" à la Russie. Une accusation évidemment délirante alors que la sociologue, qui a vécu plus de 20 ans en Russie, était l'une des invitées d'une table ronde au Centre culturel Voznessensky à Moscou vendredi. Son intervention devait porter sur le mouvement des "Gilets jaunes" en France, un thème que la chercheuse rentrée dans l'hexagone en 2017 et désormais associée à l'EHESS (Paris) étudie depuis un an. 

Une sanction d'autant plus brutale qu'une partie de la vie de Carine Clément est en Russie, sa fille étant citoyenne russe et son mari, le militant et responsable syndicaliste Andreï Demidov, vivant sur place. L'universitaire était arrivée dans le pays comme étudiante de thèse en 1994 après la chute de l'Union soviétique, et était restée vivre en Russie. Elle y passa plus de 20 ans, partageant plusieurs années la vie du député de centre-gauche à la Douma russe Oleg Cheïne

Elle fut membre du Centre Andrew Gagarine d’étude de la société civile et des droits de l’homme au sein de l'Université d'Etat de Saint-Pétersbourg. Un temps correspondante spéciale de L'Humanité, elle a aussi été pendant tout son parcours en Russie une militante de terrain infatigable, active sur le plan civique en Russie - dans un pays où cela peut être risqué -, tentant de fédérer les mouvements sociaux, que ce soit aux côtés de salariés en lutte ou dans des cortèges demandant plus de justice sociale. En 2004, elle créa l'Institut des actions collectives, un organisme de soutien aux mouvements associatifs.

Un engagement qu'elle avait déjà payé par une grosse frayeur en 2008, lorsqu'elle fut agressée dans la rue à Moscou par deux hommes, à l'aide d'une seringue, fort heureusement sans danger. C'était alors qu'elle se rendait, déjà, à une conférence en compagnie d'intellectuels de gauche. Elle fut victime de deux autres agressions et tentatives d'intimidation la même année.

De retour en France, Carine Clément était restée fidèle à ses engagements en continuant de pointer le manque de justice sociale en Russie et la politique libérale pilotée par Vladimir Poutine. Par exemple dans cet article paru dans le Monde Diplomatique, ou cet entretien accordé à Là-bas si j'y suis.

Comble de l'ironie, la sociologue venait de participer il y a quelques semaines à un (très bon) débat sur les manifestations moscovites de cet été en compagnie de l'universitaire Jean-Robert Raviot et du pour le moins russophile Jacques Sapir, sur le média... Sputnik France, financé par l'Etat russe !

Cette décision absurde des autorités et services russes ne fait donc que peu de sens - si ce n'est faire payer à la chercheuse son passé de militante associative de gauche en Russie et ses critiques du pouvoir (lire cette excellente d'analyse de ce que pourrait être le "poutinisme").

De nombreux commentaires sur le site du quotidien Kommersant qui a relayé l'affaire tendent à penser que le "ban" de 10 ans ne sera pas maintenu. Espérons-le. Mais cette interdiction d'entrée sur le territoire, sanction brutale et inique, doit être dénoncée.

Soutien total à Carine Clément. Certains de ses autres articles et travaux sont trouvables ici, ou encore ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart