Sans Foi Ni Loi

Suite à une crise politique en Outre-mer, l’ex-directrice de la scène nationale de la Martinique, limogée fin 2012 contre l’avis de l’Etat, Préfet et Ministre de la culture, n’a toujours pas reçu ses indemnités de licenciement.

Suite à une crise politique en Outre-mer, l’ex-directrice de la scène nationale de la Martinique, limogée fin 2012 contre l’avis de l’Etat, Préfet et Ministre de la culture, n’a toujours pas reçu ses indemnités de licenciement.

2013, Le conseil de Prud’hommes Fort-de-France condamne la scène nationale pour licenciement abusif.

2014, la cour d’Appel de la Martinique confirme le licenciement. 10 jours plus tard, le jugement est modifié(?), le ministère de la culture, une des deux tutelles, est considéré comme responsable du contrat de travail de la directrice.

2016, la Cour de Cassation de Paris casse l’arrêt de la cour d’appel. Le licenciement abusif est confirmé.

2017, la scène nationale de la Martinique refuse les conclusions de la Cour de cassation, l’affaire est repartie devant la cour d’Appel de Basse-Terre. !!

En cette fin de quinquennat, les courriers des trois ministres femmes de la culture, plusieurs soutiens qui refusent la non-application de la Loi, restent sans suite. L’administration ne gère pas le dossier, les engagements ne sont pas respectés, les droits sont bafoués. Blacklistée, doublement discriminée, l’ex-directrice se trouve frappée par la démission et l’irresponsabilité de l’Etat dans ces territoires éloignés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.