L'ère contemporaine et le triomphe de la dualité : l'exemple de l'artiste Tom Connan

Plus encore que la génération Y, la génération Z se caractérise par un certain nombre de traits : hédonisme, quête existentielle, multiplicité des projets de vie, individualisme revendiqué. Une figure encore assez méconnue nous permettra de mettre en exergue ce phénomène de dédoublement des identités : l'artiste français Tom Connan, qui s'illustre tant dans la pop électro que dans le roman noir.

Un article du Monde précisait récemment qu'il était aujourd'hui plus cool d'être un hipster pâtissier qu'un cadre sup' de La Défense.article

Cette situation est tellement évidente chez les jeunes de ma génération - je précise que je suis née en 1996 - qu'il m'étonne encore qu'elle soit présentée comme une découverte dans la presse nationale. Oui, la jeunesse d'aujourd'hui n'as pas envie de passer sa vie à se lever à 7h et à rentrer à 20h chez soi après avoir passé toute une journée à faire des tableaux Excel... fût-ce pour un salaire confortable. Ce que les générations précédentes ont parfois du mal à comprendre, c'est que le critère de la valeur monétaire est devenu, si ce n'est un luxe, du moins quelque chose de secondaire. Posez la question à n'importe quel échantillon dans cette catégorie d'âges : tout le monde rêve de devenir ou YouTuber, ou créateur d'applications pour smartphones, ou vidéaste, ou styliste, mais surtout pas contrôleur de gestion, juriste ni DRH. C'est peut-être un tort, mais c'est ainsi. On ne veut pas, selon l'expression consacrée, "passer sa vie à la gagner". Et vous savez quoi ? Je trouve que c'est une très bonne nouvelle !

Un exemple rencontré au hasard d'un post Facebook a récemment attiré mon attention : celui de l'artiste français Tom Connan (né en 1995fiche d'autorité), qui illustre à mon sens le vrai bouleversement que cette génération rencontre. Un bouleversement qui ne se limite pas à une activité importante sur les réseaux sociaux (comme on le dit trop souvent), ou à une façon de se comporter en public, non ; un bouleversement qui modifie radicalement le monde qui vient, tant en ce qui concerne le marché du travail qu'en ce qui concerne la famille, le rapport à l'Etat, la sexualité, la politique, etc. 

Prenons donc cet exemple, qui nous aidera à conforter notre thèse. Ancien d'HEC, Tom Connan a publié un livre absolument incendiaire sur sa propre école qu'il compare à un véritable camp nazividéo - certes de façon satirique mais avec une insistance crasse. Le Bondy blogarticle avait rapporté les propos de l'auteur qui s'exprimait à l'époque sous pseudonyme (révélé depuis) :

"En arrivant à HEC, j’ai ressenti dès le départ un mal-être violent. Normalement, t’es censé habiter sur le campus. Je l’ai fait au début, mais peu de temps… Je ne suis pas le seul, une minorité d’étudiants refuse ce système. C’est un entre-soi désagréable. L’idée, c’est de faire un campus à l’Américaine. Sauf qu’à HEC, tout le monde étudie le management, c’est déjà beaucoup moins excitant. C’est dans les Yvelines, à Jouy-en-Josas. J’ai rien contre cet endroit, mais c’est le trou du cul du monde. T’as un café à 20 minutes à pieds, c’est loin de tout. Y’a des assos, mais tout fonctionne dans une ambiance un peu consanguine."

L'auteur confirme son analyse dans une interview publiée dans L'Obsarticle quelques semaines plus tard :

"Mon sentiment est loin d’être isolé. J’ai reçu pas mal de messages de gens qui avaient eu la même forme d’expérience, l’impression d’un endoctrinement qui a provoqué leur départ. Personne n’ose le dire, c’est un secret de polichinelle, mais tout le monde s’y ennuie et fait autre chose après. Pour d’autres, c’est une échappée, ils font ça pour le diplôme."

Le clash - courtois mais réel - aura lieu un peu plus tard sur Public Sénat face à l'illustre Jean-Michel Blanquer, qui à l'époque dirigeait encore l'ESSEC, avant de devenir Ministre de l'Education.vidéo 

Enfin, c'est dans une web émission - exclusivement regardée par des 13-20 ans ou quelque chose comme ça - qu'il pousse l'analyse le plus loin, en expliquant son mal-être quasi physique sur le campus, dû à un esprit de corps étouffant.vidéo

Deux choses sont à mon sens particulièrement notables : premièrement, le fait que l'auteur, à peine diplômé, choisisse de se griller auprès de son école (où il étudiait encore) - témoignant un mépris pour l'institution impensable il y a encore dix ans ; et deuxièmement, le fait de se lancer, au même moment, dans une sorte de carrière littéraire, ou tout du moins dans un projet d'écriture assez ambitieux - le livre étant un roman satirique de 300 pages truffé d'analyses sociologiques et phénoménologiques (parfois drôles mais souvent très denses). Ce qui rappelle deux traits de caractère spécifiques à cette (ma) génération : le mépris radical des formes traditionnelles d'autorité, et la quête hédonisto-existentielle. 

L'exemple pourrait sembler potache s'il n'était pas, en réalité, beaucoup plus profond. Après quelques recherches sur internet, j'ai pu facilement découvrir que le même Tom Connan était aussi interprète de musique pop-électro, ses clips ayant cumulé plusieurs centaines de milliers de vues à l'heure où j'écris ce billet : www.youtube.com/tomconnan

Sur une même chaîne YouTube, on se retrouve à pouvoir regarder, selon l'envie, des clips de musique et des interviews sur la crise du capitalisme... What the fuck ?! L'ensemble est parfois bien étrange, mais qu'importe ? La cohérence n'est pas à rechercher dans le public visé - qui n'est pas du tout le même selon le cas - mais dans le geste esthétique radical consistant à multiplier les formes d'expression pour essayer de trouver un sens au chaos du monde contemporain. 

Cette dualité, cette multiplicité même des identités, c'est à mon sens la caractéristique fondamentale de cette génération qui est en réalité le mode de vie qui va progressivement s'imposer : mélange entre égotisme parfois extrême (à en juger par les multiples posts Instagram de l'intéressé presque tous centrés sur sa plastique...) et quête obstinée de vérité (les références à Hegel et à Badiou dans son livre "Le Camp" sont tellement intempestives qu'elles confinent à l'obsession). 

Last but not least, le personnage de Tom Connan achève cette construction existentielle dans un registre classiquement relégué au domaine privé : la sexualité. En effet, les références pansexuelles et homosexuelles sont légion tant dans son livre sur HEC que dans les messages subliminaux (qui manquent parfois cruellement de délicatesse) postés sur les réseaux sociaux. Il est d'ailleurs amusant de voir que le livre est presque systématiquement présenté comme étant une critique des écoles de commerce alors qu'il est composé à 50% de scènes érotiques et pornographiques parfois très violentes. Ce trash assumé est pour autant pleinement intégré à une analyse des plus érudites sur l'idéologie du capitalisme et sur celle des écoles de commerce, ce qui renforce, encore une fois, ma thèse de la dualité : il est aujourd'hui de plus en plus courant de mêler pur divertissement et recherche de vérité dans un même objet. La génération Z pousse cette forme très loin en faisant se rencontrer l'idéologie du temps et le spectacle - la politique et le divertissement - la philosophie et l'art. Qui aurait pu croire il y a dix ans encore que l'on pourrait passer de Marx à Lady Gaga aussi facilement ? C'est désormais acté, et sans doute pour un certain moment. 

J.G.

Références :

Bondy blog:

http://www.bondyblog.fr/201606170001/nathan-comons-letudiant-dhec-qui-dezingue-le-capitalisme/#.WW6h14TyiM8

L'Obs:

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20160628.OBS3522/les-ecoles-de-commerce-dispensent-un-savoir-bizarre.html

Public Sénat:

https://www.youtube.com/watch?v=0C5YrI28jWY

Eclypsia:

https://www.youtube.com/watch?v=JzwnjMoQGaw

France Culture:

https://www.youtube.com/watch?v=DTYbNxf8h9Y

France in London:

http://www.franceinlondon.com/en-Article-1275-Le-Camp--a-prestigious-French-school-featuring-sex-drugs-and-capitalism-Culture--Le-Camp-HEC.html

 Publikart:

http://publikart.net/tom-connan-deja-110-000-vues-de-clip-you-didnt-give-them-a-chance/

ElectroWow:

http://www.electrowow.net/2017/02/interview-questions-and-answers-with-tom-connan.html

Bande-annonce du livre:

https://www.youtube.com/watch?v=hL_p0gXCoEk

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.