Julie Le Goïc
Prof de Lettres-Histoire-Géo en lycée pro à Brest
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2013

Julie Le Goïc
Prof de Lettres-Histoire-Géo en lycée pro à Brest
Abonné·e de Mediapart

Te plantes-tu, Plantu ?

Julie Le Goïc
Prof de Lettres-Histoire-Géo en lycée pro à Brest
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comparaison n'est pas raison. Certes, mais quand même, y a des limites.

Limites que vient de franchir Plantu avec son dessin établissant un parallèle entre islamistes et syndicalistes protégeant leur droit (social) au repos hebdomadaire.

Plantu, 1er octobre 2013.

Déjà, soyons clairs, ce dessin remporte haut la main de prix du dessin de presse le plus "WTF" de l'année, tellement il est difficile d'y trouver un semblant de cohérence, de message ou même simplement de logique, à la première vision.

Ensuite, si on cherche malgré tout, parce qu'on est un peu têtu, à analyser ce que Plantu a voulu nous dire on passe assez vite du "WTF" au "ah merde, mais c'est vraiment sale, en fait".

Commençons donc par la partie droite (sans mauvaise référence politique…quoique…) du dessin. Nous avons donc un syndicaliste CGT, une salariée sans étiquette. Le premier est représenté comme un gros beauf, hurlant, la mine peu avenante, et on sent presque le Ricard qui émane de son haleine forcément chargée. La seconde, jeune femme en jupette, pomponnée pile comme on doit l'être pour aller vendre des tronçonneuses, semble toute fragile, étonnée genre "ah ben zut, qui c'est ce gros monsieur qui crie comme ça et pi qu'est-ce qui se passe, j'ai rien suivi". Paaaasssons sur le cliché sexiste qui veut que le syndicaliste soit forcément un mec, j'en aurais pour des heures. Oh, et puis non, tiens, restons un peu sur ce sujet. Pour bien marquer le caractère odieux du syndicaliste et sa violence insupportable à ses yeux, Plantu a choisi de sexuer ainsi ses personnages. Pour marquer sans doute à quel point le salarié est innocent, lui qui voulait juste aller bosser le dimanche en écrasant au passage les droits sociaux comme on marche dans du caca de chien ("ah tiens zut, mais qu'est-ce que ça faisait là, ça ?"), il choisit de le représenter sous une forme féminine, une victime, par essence. Faible, par essence. En jupette, par essence aussi sans doute.

Je suppose que je n'ai pas besoin de dire à quel point cette partie du dessin cumule donc une vision sexiste, et une totale incompréhension des rapports de force dans l'entreprise (il est où hein, le patronat qui veut supprimer le dimanche comme journée de repos hebdomadaire, profitant de la fragilité économique de ses employés ???).

Venons en donc à la partie gauche (dite partie "WTF", ce qui correspond plutôt bien finalement à ce qui se passe aujourd'hui dans le monde politique... ne suivez absolument pas mon regard vers Manuel Valls, il pourrait se sentir visé) : le père islamiste et sa gamine (voilée, forcément) qui est privée d'école. Délicatement appelée "Islamorama" cette vignette mélange donc direct comme ça, gratuitement, les musulmans et les islamistes. Notons que cette confusion - raciste- sent un peu le 20ème siècle hein, Plantu aurait été à la page, il aurait mis un Rom et l'aurait appelé Roumain. Ou l'inverse.

Qu'apporte donc la vignette "WTF" à la vignette "de droite" ? Et bien… euuuuh… j'aurais l'esprit mal tourné, je dirais que déjà, c'est l'occasion de rappeler tous ces vilains islamistes qui font rien qu'à nous coloniser nos filles et nos compagnes et qu'on oublie un peu ces derniers temps (salauds de Roms, tiens). Ensuite, elle permet un délicat regain de mépris des salariés, comparés donc à des enfants (des fois qu'on aie pas compris le message avec le personnage féminin, hein). Et enfin, elle permet d'accentuer le caractère forcément odieux du syndicaliste et sa violence supposée : bourreau de salarié, bourreau d'enfant, même combat. 

Conclusion ? Et bien, raciste, sexiste, réactionnaire et ultra-libéral, ce dessin remporte en fait haut la main le prix du dessin de presse le plus Sarkosyste de l'année !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
Interview d'E., 35 ans, éboueuse-rippeuse
E. travaille depuis trois ans dans une entreprise privée de la collecte de déchets. Dans cet entretien, elle nous présente son parcours, évoquant la solidarité aussi bien que les difficultés rencontrées à son poste : le manque de formation, la pression managériale, la surcharge de travail, les discriminations de genre, le gaspillage...
par lecteurfid
Billet de blog
Voilà ce qu’il va se passer avec vos achats du Black Friday
Vendredi, c’est le Black Friday, et vous allez être tenté d’acheter de nouveaux vêtements. Et on vous comprend : c’est difficile de résister à ce t-shirt bon marché qui vous fait de l'œil et qui est soudainement à - 70%. Avant de faire quelque chose que vous allez sûrement regretter, on doit vous dire ce qui risque de se passer avec votre t-shirt.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Publicité : l'industrialisation de la manipulation
On lit souvent que la pub « nous manipule », mais qu'est-ce que ça veut dire ? Le débat à ce sujet se réduit souvent à l'alternative entre liberté absolue ou déterminisme fatal. À la veille du Black Friday, un évènement reposant entièrement sur la pub pour exister, il faut analyser en détail les techniques de discours manipulatoire, leurs usages en publicité et leurs effets sociaux.
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Cédric Lépine