Mineurs isolés et rigueur journalistique (non).

Ce samedi 21 juillet 2018, dans un long article en page Bretagne du Télégramme, Jean-Luc Padellec revient sur la neutralisation de l'agresseur d'une personne âgée par une jeune femme et des mineurs isolés, Place de la Liberté à Brest.

Le journaliste a choisi pour son récit un angle assez surprenant : en effet, après une introduction qui parle d' "ironie du sort" pour qualifier le geste courageux des jeunes mineurs isolés, il termine son article par un passage douteux sur l'impuissance de la police et des élus face à ce qu'il appelle "les travers délinquants"... des mineurs isolés, avant de conclure sur les mots repris au Front National de "Brestois pur souche" pour qualifier l'agresseur.

On ne peut qu'être troublés par la tonalité de cet article et surtout par le réemploi de termes frontistes. Il est à espérer que c'est là une maladresse du journaliste et de la rédaction du Télégramme, trop empressés à exciter une fois de plus le sentiment d'insécurité des Brestois, au détriment cette fois encore, et malgré leur acte courageux, de l'image des mineurs isolés, qui ont plus besoin de la protection d'un État défaillant que d'être à nouveau "montrés du doigt" par la PQR.

Le Télégramme du 21 juillet 2018 (pdf, 1 B)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.