De la démographie et de l'étalement urbain à Brest.

Les derniers chiffres INSEE du recensement sur la période 2012-2017, valables donc à partir du 1er janvier 2020, sont sortis.

Ces chiffres font apparaître un gain de 3003 habitants sur la métropole, dont quelques 388 à Brest même (+0,1% par an), et surtout 896 à Guipavas, et 817 à Plouzané, qui concentrent donc 57% de l’augmentation globale de la métropole.

Pour la ville de Brest, l’augmentation de 0,1 % entre 2016 et 2017 permet de parler de stabilité relative et récente puisque ce chiffre, qui se situe dans la zone d’incertitude statistique, est loin de compenser la perte globale d’habitants qui a eu lieu durant la série 2007-2012. En 2007, la population de Brest était de 142 722 habitants, contre 140 064 aujourd’hui.

Le maire-président-candidat-mis-en-examen, François Cuillandre a immédiatement exprimé sa satisfaction devant ces chiffres, annonçant même une bétonisation à venir du foncier de la métropole. Il avance comme argument pour justifier cette bétonisation, non pas la hausse réelle d’habitants, très marquée sur Plouzané et Guipavas mais le « fait que le nombre d’habitants par logement a baissé, il faut impérativement construire pour conserver ou gagner de la population ».

J’avais déjà montré pourquoi cet indicateur, lorsqu’il était utilisé pour justifier les programmes immobiliers du centre de Brest, était non pertinent. En effet, Brest compte une très forte part de ménages de personnes seules (53 % des ménages en 2016), et la hausse de cette part est légère, et avec peu de marge de progression possible (on ne peut pas à nouveau diviser en deux un ménage de personne seule). De plus, le nombre de logements vacants sur Brest même est important : plus de 6 % en 2016, soit 5786 logements disponibles. Avec un gain de 388 habitants entre 2012 et 2017, on le voit, aucun programme de construction n’est nécessaire dans la ville-centre. En revanche, il faut se tourner vers la rénovation de l’existant.

Par contre, les communes de la métropole concernées par la hausse de population pourraient à première vue être confrontées à un problème foncier. Le Président semble avoir une vision simpliste des enjeux, on va voir que la réalité est plus complexe.

 Ainsi, avec ses 14 482 habitants annoncés en 2017, Guipavas confirme son importance dans le réseau urbain du Finistère, pratiquement équivalente à celle de Morlaix, qui est en déprise rapide. Avec un solde naturel assez limité de 0,2 % contre 0,3 pour la ville de Brest et 0,4 pour la France, on est bien sur un gain de population liée à de nouvelles installations de population.

En 2011, Guipavas comptait ainsi 5246 ménages, dont 23,8 % de personnes seules ; en 2016, 5920 ménages dont 27,6 % de personnes seules. La part de ménage de personnes seules a donc bien augmenté sur cette commune, comme le dit François Cuillandre. Du côté des logements, le taux de logements vacants est assez faible sur la commune avec 3,9% seulement en 2016 (contre 3,6 en 2011). Cependant, la commune a vu son nombre de logements augmenter de 747 logements entre 2011 et 2016. Concrètement, ce sont 243 logements vacants qui étaient disponibles en 2016 contre seulement 197 en 2011 !

La pression foncière est donc toute relative, et avec une très faible densité liée à sa très grande superficie, Guipavas ne doit pas tomber dans le piège posé par François Cuillandre de l’étalement urbain.

La réaction du Président socialiste de notre Métropole est d'ailleurs très inquiétante, dans une perspective de changement climatique et de pression sur les terres agricoles et la biodiversité. Face à ces enjeux et devant les données INSEE, il est urgent de revoir le PLU de la métropole afin de sanctuariser les espaces naturels et les zones agricoles.

 

Sources :

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4269674?geo=COM-29019

https://statistiques-locales.insee.fr/#c=report&chapter=compar&report=r01&selgeo1=com_courant.29019&selgeo2=fe.1

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/brest-continue-de-gagner-des-habitants-et-repasse-la-barre-des-140-000-30-12-2019-12469049.php

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.