14 Juillet 2020: aux Invisibles de la France, aux Oublié-e-s de la République

Notre vieille France s’essouffle. Notre France de 2020 implore et urge, à travers les cris et les échos de ses minorités, au changement radical de notre vie politique et sociale.

Nous sortons d’une crise sanitaire qui nous a, malgré tout, aidé à mettre plein phare sur les inégalités sociales et les injustices en France.

Nous sortons d’un mouvement anti-raciste mondial qui est venu révéler, a celles et ceux qui ne le vivent pas, le racisme institutionnel et systémique, et rappeler l’oppression historique des personnes racisées en France.

Nous sortons du Mois des Fiertés durant lequel les personnes LGBTQI+ ont fait entendre leur voix, les droits qu’elles réclament, les injustices qu’elles subissent.

Nous sortons de la Convention citoyenne pour le climat, dont trois des mesures urgentes nécessaires à la préservation de notre environnement, notre planète, ont été balayées par le Président de la République.

Nous sortons d’une élection municipale au taux d’abstention inquiétant et révélateur.

Nous sortons d’un remaniement ministériel violent pour les femmes et les personnes victimes de violences sexistes et sexuelles.

Nous sommes désormais dirigées par ce nouveau gouvernement tout droit venu du Vieux Monde et dont chaque membre semble refléter la réfutation des changements dont nous avons tant besoin, les avancées sociales et politiques que nos minorités en France nous intiment à entendre, en matière d’écologie, de santé, d’éducation, de justice, de culture, de travail, d’alimentation, de représentation de nos citoyen.ne.s de l’Outre-Mer, d’égalité et de diversité.

Un gouvernement qui, tel qu’il nous apparait, refuserait de réaliser sa mission de représentation de chaque citoyen.ne, français.e, et non français.e, en somme.

 

Notre vieille France s’essouffle.
Notre France de 2020 implore et urge, à travers les cris et les échos de ses minorités, au changement radical de notre vie politique et sociale.


Si le mot radical peut effrayer, son étymologie est pourtant riche de sens : du latin médiéval radicalis, du latin classique radix, -icis, radical signifie racine.


Quelles sont les racines des maux de celles et ceux que la République, la France de 2020, invisibilise ?
Être radical dans notre projet politique français, cela demande à questionner l’origine politique des injustices que vivent nos minorités, des discriminations perpétuelles, historiques, auxquelles elles sont confrontées sous les carcans de notre République, et dont les gouvernements successifs n’ont eu que pour finalité de les ignorer parfois, silencer souvent, invisibiliser malgré tout.
La représentation et l’inclusion de la diversité au sein de nos institutions françaises doit être questionnée.

Le temps est venu de réaliser une introspection. De se tourner vers sa.son voisin.e, de l’écouter avec humilité, respect et empathie.
« La réalité de cette personne qui n’est pas moi, qui n’est pas blanche, pas homme, pas cis genre, pas hétérosexuelle, pas valide, pas socialement avantagée, pas avancée dans l’âge, qui n'est pas la norme sociale, qu’elle est-elle ? »
A quoi ressemble son quotidien, à quels services publics a-t-elle accès, à quels obstacles a-t-elle été confrontée, est-ce que l’Etat français la considère, répond à ses problématiques ?
Si non, quelles sont-elles et qu’est-ce que cette personne, qui n’est pas moi, attend de l’Etat, de quoi a-t-elle besoin pour se sentir incluse, respectée, considérée, et, in fine, citoyen.ne francais.e ?

 

En ce jour symbolique pour la République française, questionnons également la signification de nos emblèmes républicains.

Qui représentent-ils, quelle partie de notre histoire, quelle est leur étymologie, quel message renvoient-ils à chacun.e d’entre nous ?


En ce 14 Juillet j’en appelle à une réflexion commune, solidaire, humble, attentive, respectueuse.
J’en appelle à une introspection républicaine, si tant est que la République est la forme de régime politique qui survivra à cette année 2020 en France.
Laissons place à une politique plus radicalement inclusive, plus humaniste, plus empathique.

 

Julie Le Deaut, Française de Londres

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.