“Titcoins” ou quand des esprits créatifs rencontrent le capitalisme moderne

Chronique traduite en turc et publiée le27/06/14 sur uplifers.com

Je vais vous raconter une histoire.

Mon histoire parle de tout ce qu’on aime : le porno, l’argent, les blagues, les nouvelles technologies et les seins.

Et c’est une histoire vraie.

Il était une fois, un “site pour adultes” qui s’appelait Pornhub. Pornhub était à la recherche de son nouveau directeur de création. Pour trouver son Prince, il eut l’idée d’organiser un grand jeu concours d’idées géniales.

Un jeune homme qui s’appelait Javi Iñiguez de Onzoño répondit à l’appel et créa un gros buzz bien sexy. Voici comment il s’y prit.

Vu que les seins des femmes apparaissent comme la préoccupation majeure selon les statistiques de recherches sur Google, Javi le génie eut l’idée d’un concept simple qu’il appela “titcoins”. Littéralement, “titcoins”, ça veut dire “les pièces seins” – et on apprécie le petit jeu de mots avec “bitcoins”, un moyen de paiement sur Internet. Moins littéralement, ça veut dire que les seins des femmes viennent remplacer l’argent pour les achats sur Internet.

C’était déjà une façon officieuse de payer ses verres dans les bars mais Javi le génie en a fait un modèle économique. Les femmes qui le souhaitent pourraient alors obtenir des réductions si elles paient avec leur seins : elles prendraient en photo leurs seins avec leur webcam ou leur téléphone intelligent, la photo serait ensuite exposée dans la rubrique « amateur » du site porno pour que les visiteurs du site puissent les contempler et les comparer avec ceux des autres femmes qui ont fait de même.

Ceci n’est pas de la prostitution ordinaire, une manière d’exposer/louer son corps ou des parties de son corps pour de l’argent, non, c’est une idée géniale. C’est le moyen pour les femmes d’économiser de l’argent en reniant leur intégrité. Pour parler capitalisme moderne, c’est l’opportunité pour les femmes de capitaliser sur leurs atouts.

Et pour une bonne cause en plus puisqu’une partie des bénéfices serait reversée à la lutte contre le cancer du sein.

“L’argent ne pousse pas dans les arbres, il pousse sur les seins” conclut la voix off dans la vidéo de présentation de ce nouveau concept.

Voilà ce qu’il se passe quand les esprits créatifs rencontrent le capitalisme moderne avec la crise économique, sociale et sexuelle qui va avec. J’ai lu un commentaire d’un journaliste : “Une idée de maître : tout le monde parle de la marque sans avoir eu besoin de choquer, une performance quand on s’appelle Pornhub”. Oui, parce que ce n’est pas choquant. Une autre écrit : “Evidemment, ce projet ne deviendra jamais réalité, je n’ai pas à vous faire un dessin (sexisme, marchandage du corps, etc.)”. Elle voulait sûrement dire marchandisation du corps ce qui, en effet, avec le sexisme sont de vrais freins à la réalisation concrète d’idées de génie.

Quoi qu’il en soit, ceci n’était qu’un énorme coup marketing pour créer le buzz, un gros buzz bien viral grâce à l’idée de faire des seins des femmes la nouvelle monnaie.

Pornhub et Javi vécurent heureux depuis mais on sait pas encore comment tout ça finit.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.