Julius Pepperwood
Un Gentil._.Virus
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2015

Julius Pepperwood
Un Gentil._.Virus
Abonné·e de Mediapart

Pam pa nam

Julius Pepperwood
Un Gentil._.Virus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pam Pa nam

Vendredi 13 novembre 2015, peu avant 22h, le monde a les yeux braqués sur Paris.

La capitale de la France, mon pays, vient d’être victime d’une série d’attentats. 

Les plus meurtriers à ce jour.

8 terroristes divisés a priori en 3 équipes armés de fusils d’assauts et de gilets explosifs ont tués 129 personnes et fait 352 blessés.

Ils s’en sont pris à plusieurs terrasses de café et principalement à la salle de spectacle du Bataclan qui accueillait un concert ce soir-là.

Je n’ose imaginé la panique, la détresse et l’effroi qu’ont pu vivre les personnes présentes dans les lieux ciblés.

Une des trois équipe avait pour cible les abords du stade de France… 

Par « chance », il semblerait que le dysfonctionnement de leur gilets explosifs a permis d’éviter le pire, parce que 3 kamikazes faisant exploser leur gilets au milieu d’une foule de supporter pendant qu’ils rentrent dans le stade, je n’imagine même pas le carnage.

Le pays entier est touché, nous sommes 10 mois après les attentats contre Charlie Hebdo, mais ce soir c’est tout le monde qui est visé, tout le monde qui est atteint, un sentiment d’empathie général envahi le pays, nous aurions tous pu être à la place des pauvres victimes. Nous ne sommes plus dans le règlement de compte ou la vengeance contre un journal. Aussi horrible et inacceptable que fût l’attaque contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015, ce soir ce n’est plus la liberté d’expression qui est touchée, menacée, ce soir c’est tout les français. 

Si nous étions tous Charlie, à descendre dans les rues, nous rassemblés, solidaires, à voir défiler les chefs d’états de la planète main dans la main, à penser fièrement que le crayon vaincra le fusil, cette fois c’est different.

Ce week-end quelque chose a changé.

Les ennemis ont marqué un point car la peur nous a envahi.

Le peuple français a été frappé et durement touché. Nous voilà partagé entre horreur, parfois haine et surtout incompréhension.

D’abord comment est-ce possible ?

Comment l’Humain est-il capable de cela ?

Bon sang mais l’Homme n’a t’il vraiment que l’intelligence d’être bête ?

Certains penseront que c’est la religion, d’autres l’ouverture des frontières, ou encore la faute d’une géopolitique non sans conséquences. 

Probablement les trois, quoique à force de bombarder des territoires en s’érigeant Gendarme du monde, à vouloir prétendument instaurer la ‘démocratie’ à ceux qui vivent l’horreur à coup de missiles, forcément nous créons des régions instables, des réfugiés, des morts, des monstres… 

Il faut bien avouer que nous récoltons ce que nous semons.

Mais le peuple français n’a rien semé lui. Nous sommes encore et toujours d’une telle impuissance politique que nous subissons comme d’habitude les conséquences de causes voulues et crées par nos « représentants ».

La grande et belle communauté internationale fait la guerre pour la paix…

L’année 2015 est pour la France l’année record en ce qui concerne la vente d’armes !

Leurs guerres, nos morts.

Nous pouvons passer des heures à discuter de ce qu’il faudrait faire pour lutter contre le terrorisme, pour la sécurité des français, pour empêcher que ce genre d’atrocité ne se reproduise, mais nous ne changerons rien tant que nous ne seront pas dans un semblant de démocratie.

Depuis des décennies, nos élites qui « savent mieux que nous » font la guerre dans différents pays dans un intérêt qu’eux seul connaissent et le peuple lui, se fait assassiner aux terrasses de café ou en allant voir un concert.

Il faut que ça cesse !

La psychose est dans tout les esprits maintenant. Nous sommes fort, nous allons nous relever, mais nous redoutons la prochaine attaque. Au Vieux Port, à La Part Dieu, à Roissy ?

Ce qu’il s’est passé est très grave, et très dur. Tant pour les personnes présentes que pour toute la population, car nous connaissons tous quelqu’un ou quelqu’un qui connait quelqu’un qui était là-bas. Et quand bien même, ça aurait pu arriver dans notre ville à tous, ça aurait pu être nous !

C’est ce trouble sentiment qui penche entre psychose et empathie.

Si nous cédons à la peur, nous auront terminés le travail, ils auront presque gagné.

Ne cédons surtout pas au jeu politique et encore moins aux amalgames.

Nous valons mieux que ça.

Il nous faudra être fort pour nous relever, mais nous y arriverons.

La France est grande de part le monde pour une raison, son peuple !

18 Novembre 2015

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.