Julius Pepperwood
Un Gentil._.Virus
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 déc. 2014

Une armée de fourmis

Julius Pepperwood
Un Gentil._.Virus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  • Diviser pour mieux régner •

Cette phrase vieille comme le monde que tout le monde connait, est une des règles principales qui explique comment contrôler les masses.

Nous sommes dans une époque moderne, où le progrès continuel devrait permettre à chacun de prospérer.

Pierre Rabhi écrit : « Comment se fait-il que l’humanité, en dépit de ressources planétaires suffisantes et de prouesses technologiques sans précédent, ne parvienne pas à faire en sorte que chaque être humain puisse se nourrir, se vêtir, s’abriter, se soigner, et développer les potentialités nécessaires à son accomplissement ? »

Malgré notre civilisation avancée et notre expérience, les inégalités entre les hommes sont toujours présentes.

Il en va de même pour l’aspect politique de notre vie.

Nous sommes inondés d’informations négatives, les médias relaient en boucle les sujets (volontairement ?) clivants. Nous passons des semaines et des semaines, années après années à nous diviser sur des non-sujets. 

Nous sommes formatés à la compétition. Et pourtant nous le savons, comme l’écrit Pierre Kropotkine, l’entraide est un facteur de l’évolution.

Nous serions tellement plus fort si, intelligemment, nous arrivions à construire avec nos désaccords. Evidemment nous n’avons pas le même point de vue sur tel ou tel sujet, l’un est contre ceci, l’autre est contre cela, un autre veut un mélange des deux. Très bien.

La priorité c’est notre impuissance politique.

Qui écrit les règles ? Qui gouverne ?

Mais pendant que les médias nous distraient, nous rendent raciste, oui petit rappel la haine de l’autre n’est pas un sentiment naturel, nous tournons en rond en rejetant nos peurs, notre mépris et notre colère sur différents groupes d’individus.

Nous subissons constamment la manipulation médiatique, il faut bien comprendre que je ne déteste pas tout les médias, mais il faut reconnaitre que les infos (choisies) sont toujours négatives, on pourrait nous parler des collaborations citoyennes, donner aux peuples de l’ambition, de l’empathie, de l’intelligence, au lieu de ça on nous divise, on cultive l’individualisme, l’inquiétude, et le conformisme.

  • Le conformisme •

Si on se place du point de vue du manipulateur, le conformisme une trouvaille géniale.

Par peur de ne pas être accepté des siens, un peu comme un enfant qui a peur d’être abandonné, si on sort du cercle de conformité, si par exemple on a des opinions différentes du groupe, ou si on apprécie quelqu’un que le groupe combat personne n’apprécie, et bien la plupart du temps on ose pas être soi et exprimer ce qu’on pense réellement. 

Arrêt sur images a relayé une étude américaine très intéressante dans laquelle un groupe de 4 adultes devaient répondre à une question de géométrie très très simple, à laquelle un enfant d’école primaire aurait pu répondre. 3 d’entres eux étaient des complices et ont répondu une énormité, l’opposé de la réponse évidente. Et bien, le 4ème sujet (qui était en fait le seul à être étudier) par peur de dire une bêtise, et pour ne pas sortir de ce cercle de conformité à répondu la même énormité que les autres.

De même, par conformisme je pense que certaines personnes deviennent racistes ou contre quelque chose pour ressembler et ne pas s’opposer à leur entourage, ou encore d’autres n’osent pas avouer ce qu’il pense en réalité. 

En découle également toute ces pseudos règles de vie pour « être comme tout le monde », pour être dans la normalité.

Et pour ceux qui malgré ça seraient des résistants au pouvoir, des criminels de la pensée comme le décrit très bien Orwell, les gouvernants ont besoin de la théorie de la théorie du complot.

  • La théorie de la théorie du complot •

C’est une manière de faire tout suite passer pour un paranoïaque toute personne qui dénoncerait un complot ou qui s’inquièterait d’un arrangement entre gouvernants. 

Pour empêcher tout débat constructif, ces personnes sont immédiatement rangées dans des mauvaises cases au yeux de la bien-pensance. Ils sont conspirationnistes, révisionnistes, complotistes, confusionniste voire même fasciste.

C’est une manière de médicalisé les gêneurs, et de faire peur aux autres évidemment. 

" Ne crois pas ce qu'il dit, si tu le crois tu es toi aussi un conspirationniste-complotiste-fasciste."

Cette façon de diaboliser, de décrédibilser, d'infantiliser afin d'empêcher tous débats, est vraiment faible et tout sauf constructif.

Qu’est ce qu’un complot ?

Une définition simple pourrait être : un arrangement secret entre un petit groupe de personne au profit de quelques uns.

Et bien oui, des complots qui tiennent de cette définition il y en a pleins. 

Ce n’est pas un gros mot, c’est devenu un mot gênant car à l’heure du numérique et de l’hyper connectivité, il est de plus en plus difficile pour les comploteurs de se cacher.

Par exemple, la création de le FED (Federal Reserve), banque centrale des Etats-Unis en 1913 est un magnifique exemple de complot.

Nous gagnerions tous, à mettre de coté nos différences, nos différents point de vue, nous gagnerions tellement à ne plus écouter tout les soirs les journaux qui appartiennent aux banques et aux marchands d’armes qui nous font détester l’autre et accepter la guerre.

Ma prochaine phrase pourrait par exemple être prise pour du complotisme.

Je pense que tout est voulu. La guerre, la pauvreté, la racisme. 

Les gouvernants ne craignent qu’une chose : qu’on devienne une armée de fourmis, un seul peuple allant dans la même direction, construisant ensemble et voulant reprendre son avenir en main.

Oublions les étiquettes, nous sommes tous Humains !

Ju._. 

Un Gentil._.Virus

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana