Royaume-Uni:Brexit, une ouverture pour la diaspora africaine ?

What will Brexit really mean for Africans? En juin 2016, 51,9% des Britanniques font le choix de quitter l'UE, déclenchant ainsi le processus du Brexit. Les statistiques d’après le référendum publiés par Lord Aschcroft montrent que 73 % des populations Afro Caribéennes ont voté pour "Leave" (Brexit).

Jeudi 15 novembre, Theresa May, Première Ministre Britannique, annonce la conclusion de son plan temporaire pour la sortie du Royaume-Uni au sein de l'UE. Mais, bien avant cette annonce à la presse, certains membres de son gouvernement Conservateur crie au "scandale" et indique que le "Plan May" ne respecte pas la volonté exprimée au référendum. De son coté, l' opposition Travailliste conclut au "chaos".Les démissions se succèdent ! Y compris celui du ministre en charge des négociations avec l'UE....Aussitôt, la livre sterling a replongé de près de 2%, les Unionistes Irlandais rejettent les termes de cet accord temporaire jugés contraires à la stabilité et au future de l’Irlande du Nord, lesquels resurgiraient la menace d'un rétablissement d'une frontière physique entre les deux Irlande, alors que celle-ci est devenue quasiment invisible depuis 1998. 

Fragilisée, Theresa May se veut stable et invulnérable pour satisfaire à la volonté de la majorité des Britanniques qui ont opté pour Brexit, notamment 73 % des British Afro-Caribéens.

En janvier 2013, David Cameron,  joue son va-tout : il promet, s'il est réélu en 2015, il organisera un référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne. Promesse électorale tenue: Réélu, David Cameron passe en action: "Le référendum aura lieu entre 2015 et fin 2017". Coup de surprise ! Le 24 juin 2016, David Cameron "Remain" partisan du Royaume-Uni au sein de l'UE défait, annonce qu’il quitterait 10 Downing Street d’ici à octobre pour laisser la direction du Royaume-Uni à un autre Premier ministre avec mission d’engager les négociations de sortie de l’Union européenne.« Je pense que le pays a besoin d’un nouveau leader », a t-il déclaré.

Désignée Première Ministre par ses pairs du gouvernement Conservateur,Theresa May insiste "Brexit means Brexit". Elle promet de faire suivre les demandes de la majorité des British: "Take back control of our borders”, "British jobs for British people"...c’étaient des slogans récurrents de la campagne pro-Brexit. Par conséquent, les British Afro-Caribéens crient au victoire. Dans un article publié par New African Magazine au lendemain du Brexit "Les quelques 1.8 million populations Afro-Caribéennes vivant en Angleterre et au Pays de Galles sont assez nombreuses d’être repérées, mais assez petites de subir d'abus..." .  A cela s'ajoutent des lois anti-immigration votées depuis 2002 particulièrement destinées à réduire l'immigration hors de l'Union Européenne dans un pays où la démographie d'origine Africaine s’accroît rapidement. En 2011, lors des récents recensements de la population, 1,8 % de la population de l'Angleterre et du Pays de Galles étaient d'origine Africaine notamment du Nigeria, Ghana, Somalie, Zimbabwe...

Qu'est-ce que propose Theresa May pour sauvegarder des intérêts des Afro-British ?

 La plupart des Afro-British soulignent que le Royaume-Uni a longtemps été considéré par eux comme une terre pro-immigration, et les opportunités qui y sont offertes sont assez rares ailleurs dans le reste de l'UE. La plupart ont avancé des raisons de discrimination à l'emploi, au favoritisme que jouit certains nouvels arrivants, notamment ceux de l' Europe de l'Est, au détriment des Afro-Caribéens nés ou grandit au Royaume-Uni...Est-il vrai que Brexit représente donc une aubaine pour la diaspora africaine du Royaume-Uni ? Dans une serie d'interviews realisee par BBC (Britain's African migrants who backed Brexit), les personnes interviewées pensent que le Royaume-Uni reste préférable aux autres 27 membres de l'UE. 

Sur le plan extérieur, bien que Theresa May a lors de sa tournée Africaine au Nigeria, Afrique du Sud et au Kenya, indiqué de la volonté de son gouvernement a établir  un nouveau partenariat avec l'Afrique, la question de l'immigration reste toujours une préoccupation sur le plan interne. Des experts et défenseurs de droits des immigrés  ne cessent d'inviter le gouvernement à alléger son arsenal répressif contre des demandeurs d'asile ou des réfugiés en voie d'union avec leurs familles.

Il est utile de rappeler que les Africains qui ont voté  "Leave" pensent à tort ou à raison que le Royaume-Uni va réduire à long terme le flot des immigrants de l'Europe de l'Est, favorables sur le marché d'emplois contrairement aux "noirs" . 

Pendant ce temps, la tache s'annonce rude pour Theresa May . A Bruxelles, le négociateur européen pour le Brexit, Michel Barnier, a présenté  l’ébauche du Plan Brexit à la presse. Un sommet spécial Brexit est prévu le 25 novembre. Mais, le "Plan May" qui ne pas du tout précis

Theresa May © UE Theresa May © UE

sur la relation entre le Royaume-Uni et l'UE sur la zone libre échange, circulation des personnes et biens, frontières entre Belfast et Dublin, a moins de chance d’être accepté par le Parlement.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.