Les ONG travaillent chaque jour pour et avec les Haïtiens

Depuis le séisme du 12 janvier 2010, la situation sanitaire en Haïti, notamment dans la zone de Port-au-Prince, s’est considérablement dégradée. Aujourd'hui, un tiers de la population a besoin d'une assistance alimentaire de toute urgence. C’est pourquoi les associations humanitaires sont toujours présentes sur place et doivent poursuivre leurs actions.

Haïti est un des pays les plus pauvres. En effet, depuis dix ans, la situation sanitaire s’est dégradée dans le pays, notamment dans la région de Port-au-Prince, dans les zones touchées par le séisme de 2010 et l’ouragan Matthew, mais aussi dans les zones ayant accueilli les personnes déplacées.

Près de 2,6 millions de Haïtiens ont été touchés par au moins une crise que ce soit un séisme, un ouragan, la sécheresse, les déplacements de population, le choléra ou le paludisme. Ces chocs ont contribué à la dégradation des conditions de vie et des moyens de subsistance des populations les plus vulnérables.

Les ONG internationales toujours présentes dans le pays travaillent en collaboration étroite avec les Haïtiens afin que ces chocs successifs, combinés à la crise économique, politique et sociale, ne détériorent pas plus la situation.

Elles interviennent pour que les Haïtiens aient accès à des services de base en eau potable, hygiène et assainissement et qu’ils ne meurent pas de maladie ou de faim. Car, en raison des capacités limitées des institutions publiques à faire face à ces chocs, l’accès à ces services de base est cruellement insuffisant.

Aujourd’hui, après plusieurs mois de crise économique et politique, les familles les plus pauvres n’ont plus accès à la nourriture. Un tiers de la population haïtienne, soit plus de 3 millions et demi de personnes, a besoin d’une assistance alimentaire de toute urgence, et 2,6 millions de personnes sont menacées d’insécurité alimentaire aiguë.

Les ONG internationales se coordonnent et fournissent une aide essentielle pour la survie de toute une partie de la population. Le rôle des ONG internationales n’est pas de restaurer la démocratie, ou d’installer un gouvernement mais de travailler pour et avec les Haïtiens pour l’amélioration des conditions de vie.

Dans une perpétuelle adaptation aux besoins, en évaluant, en récoltant des informations et des données, et en recensant les projets, les ONG parviennent à avoir une vision bicéphale de l’aide à apporter : à la fois répondre aux urgences vitales et mettre en œuvre des activités de développement et de résilience. Bien loin des critiques d’absence de coordination et de prise en compte des vrais besoins des communautés, les ONG internationales effectuent chaque jour un travail pour la population.

C’est pourquoi les associations humanitaires sont toujours présentes sur place et doivent poursuivre leurs actions.

Elles doivent continuer à être le porte-parole des besoins humanitaires.

Aux côtés d’autres ONG, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a exprimé en novembre 2019 sa vive préoccupation face à l’ampleur de la crise alimentaire en cours en Haïti.

Pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL et ses partenaires, les Haïtiens ne sortiront de la crise que si cette assistance immédiate est accompagnée de la reconstruction et du développement de leurs moyens d’existence, ainsi que du renforcement du système de surveillance et d’alerte précoce en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle afin de mieux anticiper les crises futures.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.