Le CIO de Bondy menacé de fermeture

Emboîtant le pas à de nombreux départements depuis 2012, le Conseil départemental du 93 a décidé de ne plus financer les 9 Centres d'information et d'orientation (CIO) sur les 17 CIO que compte le département. La carte cible donnée par le Ministère ne prévoit plus que 10 CIO... Le Rectorat annoncera ses « arbitrages » le 12 janvier 2017.

Carte des CIO. En bleu: CIO d'Etat; en vert: CIO départementaux Carte des CIO. En bleu: CIO d'Etat; en vert: CIO départementaux
Depuis la rentrée des vancances d'autonme, la nouvelle se répand dans les collèges et les lycées de communes de Bondy et de d'une fermeture programmée du CIO de Bondy en septembre 2017. Il serait regroupé avec celui de Clichy-sous-Bois.

Alors que les candidats à  la primaire de la "Belle alliance" rôdent leurs discours et se lancent dans de grandes envolées sur la défense des services publics, certains élus socialistes n'hésitent pas à en réduire le périmètre. 

Depuis 2012, on assiste à une véritable épidémie de fermetures de CIO. Du Nord au Rhône, en passant par le Val d'Oise ou Paris, des conseils départementaux annoncent qu’ils ne fianceront plus les Centres d’Information et d’orientation. Arguant des baisses de dotations, réelles, de l’État, les collectivités territoriales, historiquement chargées du financement de près d’un CIO sur deux, ont décidé de se débarrasser de cette mission : l’orientation est partie prenante, pour elles, de l’Éducation nationale. Actant ce désengagement, le Ministère a établi, dès février 2015, une « carte cible » des CIO qui aboutit à une étatisation forcée mais au prix de nombreuses fermtures de CIO.

Depuis le 1er septembre 2016, le Conseil départemental s'est désengagé du financement de ces CIO : c'est le Rectorat qui, de manière transitoire et "pour finir l'année scolaire", reverse au Conseil départemental l'argent nécessaire pour payer les charges.

C'est dans ce contexte que la fermture du CIO de Bondy est annoncée et derait être actée par le recorat de Créteil le 12 janvier 2017 prochain.

L'argument budégatire avancé par le Conseil départemental du  93 semble peu sérieux. Interrogé par les conseillers d'orientation-psychologues en poste à Bondy, il n'a pas été capable de préciser le coût du CIO, puis a avancé la somme de 2500 euros par an. Sa décision est d'auatnt plus étonnate que le département est propriétaire des murs du CIO !

Pourtant la demande des usagers existe ! En 2016, 965 entretiens conseils, 440 entretiens parents ont été pratiqués par le CIO de Bondy soit 43% de son activité en faveur des parents et élèves auxquels il faut ajouter 61 entretiens avec les équipes éducatives toujours dans ce même local.  Alors que les procéèdures comme APB sont particilèrement compexex, la proximité du CIO de Bondy avec les établissemennts scolaires est essentielle. Sur Bondy, la cité scolaire Jean Renoir scolarise près de 2000 élèves, auxquels s'ajoutent 5 collèges et 2 LP. 

Pour les parents et les enseignants, la décision du Conseil départemental menace ainsi directement un service public de proximité indispensable pour la réussite des élèves.

Les parents d'élèves se sont rapidement mobilisés. Les représentants des parents d’élèves FCPE du lycée-collège Jean Renoir, des collèges Brossolette, Jean Zay et Henri Sellier de Bondy, des collèges Tabarly et Anatole France de Les Pavillons-Sous-Bois ont adressé des courriers au Conseil départemental, au ministère de l'Education natonale et aux élus, comme le sénateur Gilbert Roger. Le mercredi 15 décembre, ils ont participé avec des professeurs à un rassemblement devant la mairie de Bondy. Ils envisagent dès la rentrée de janvier de durcir leurs actions.

 

La municipalité de Bondy soutient l'action des parents. Le 9 décembre, la maire de Bondy, Mme Thomassin, a adressé un courrier à la minsitre de l'Eucation nationale dans lequel elle s'insurge contre un nouveau recul des services publics..

Les enseignants commeçent aux aussi à se mobiliser. Forts d'une pétition receuillant plusieurs centaines de signatures de parents et d'enseignants, ils ont demandé une audience par courrier au Rectorat de Créteil et au  Conseil départemental. Ils ont déposé un préavis de grève et annoncent vouloir organiser une manifestation avec les parents et les élèves en direction du rectorat de Créteil.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.