LGT Jean Renoir, grève, occupation ... le rectorat bouge une oreille

Le lundi 24 mars 2014 restera comme une date mémorable de l'hsitoire de la Cité scolaire Jean Renoir. face au silence du rectorat, les enseignants massivement en grève ,ont commencé la journée par un piquet de grève, suivi d'un barrage rendant impossible l'accès à la Cité scolaire, sauf pour les collégiens. 

Déterminés, ils ont ensuite occupé une bonne partie de la matinée, avec les lélèves, le bâtiment de l'administration, à grand renfort de bruits et de musique. Le proviseur s'est finalement résolu à téléphoner au secrétariat général du rectorat de Créteil pour l'informer de la situation. Les enseignants grèvistes, occupant de fait le couloir menant à son bureau, ont interpellé le proviseur: une longue discussion animée a débouché sur le constat maintenant répété, le silence du rectorat. 

L'assemblée générale, réunie en fin de matinée, a longuement discuté des modalités de la poursuite de l'action. Entre temps, la maire de Bondy, s'est entretenue au téléphone avec la rectrice de Créteil qui ne semblait pas très bien informée des revendications des personnels. L'assemblée générale a voté une série de décisions (voir post précédent: 3ème communiqué de presse). 

Il a fallu attendre la fin de l'après-midi, aux environs de 17 h 00, pour que le rectorat bouge une oreille: il a enfin téléphoné au proviseur pour lui demander une remontée des prévisions des classes de 1ère pour l'année prochaine ! Tiens, les classes prévues par le rectorat à 35 élèves ne seraient plus au programme ? Il y aurait finalement plus d'élèves passant en 1ère générales que vers les séries technologiques ? Pourtant, depuis, presque un mois, les enszignanats ne disent pas autre chose: limiter les effectifs des classes de série technologique à 24; créer une classe de 1ère S en plus. Que d'énergie et d'efforts faut-il dépenser pour qu'enfin le rectorat bouge une oreille !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.