Tant que la corruption n'engendrait que des inégalités grandissantes l'Occident dans son ensemble s 'en contentait d'autant plus qu'il entretenait avec les nouveaux seigneurs - prédateurs en chef de leurs largesses et de leurs exploitations- les rapports les plus intimes. Bongo, Eyadema, Mobutu Moubarack, Ben Ali et plus récemment Ouattara  et tant d 'autres étaient les intimes de nos dirigeants. Ils partageaient bons repas, vacances au soleil, putes sélectionnées, rolleix, franc-maçonnerie, Ferrari, hôtels parisiens à Neuilly .et beaucoup beaucoup de pépètes placées comme il se doit dans des paradis fiscaux que par ailleurs ils déclaraient combattre mais dont jamais au grand jamais ils ne s 'aviseraient de toucher la moindre plume.

Mais la corruption engendre la corruption. Elle est métastasique. Elle touche par épidémie peu à peu toutes les couches de la Société et la rend de moins en moins performante; le clientélisme et la subordination remplaçant la compétence et l'appât du gain et de ses avantages matériels remplaçant ce qui peut être l'intérêt du faire, du créer ou le service commun.

Il faut avoir vu de simples bureaucrates, employés des services d'Etat vous déclarer une naissance ou un mort contre quelques euros, vous faire une carte d 'électeur, un juge du tribunal vous rédiger une convocation, vous condamner ou vous absoudre, avoir vu les flics  du haut au bas de l'échelle s'échanger et se partager les apports conséquents des amendes aléatoires contre tout ce qui roule, avoir vu des notaires vendre plusieurs fois le même bien, des ministres recevoir des pots de vin pour telles ou telles entorses à la réglementation de leur compétence...pour comprendre que dans un pays où tout s'achète et surtout les consciences la possibilité de sortir de l'étau de la nécessité et du sous-développement est quasi impossible.

Mais cette régression continuelle que connaît l'Afrique depuis deux décennies, masquée, en grande partie, sous l’œil d 'observateurs ignares et aveugles, par les taux de croissance ( ces fameux 5% de croissance général du Continent que l'on trouve sous les plumes les plus prestigieuses qui oublient toutefois qu'ils englobent l'Angola, l'Afrique du Sud, et le Mali dans une moyenne qui ne veut plus rien dire d'une part et qu'ils sont, ces chiffres, d'autre part, établis par des gens qui ,dans un état économique et moral complètement délabré, mettent les chiffres que l'on veut dans les cases ou les colonnes que l'on veut par ce qu'ils n'en ont rien à foutre et qu'ils doivent avant tout avoir suffisamment de cfa pour paraître ce qu'ils jugent devoir paraître....), régression pourtant  bien visible quand dans les hôpitaux on vous vend des médicaments à l'unité, que les enseignants peuvent rester plusieurs mois sans être payés et partant sans donner de cours, que le taux d 'alphabétisation diminue drastiquement, que la mortalité infantile augmentent et l'age moyen de vie diminue ( 37 ans en 2000 au Zimbabwe contre 57 quelques décennies auparavant)  drastiquement sur l'ensemble du continent, régression niée, masquée, évidente pourtant et qui prend aujourd'hui, au Mali, un visage nouveau.

Car le Mali n'est pas seulement un pays magnifique , un peuple magnifique, une histoire prestigieuse et des gloires actuelles dont je ne voudrais citer que mon ami Salif Keita et le très grand Hampâte Bâ, peulh de Bandiagara et du pays Dogon, le Mali est aussi le pays où le Pouvoir s'est construit comme une excroissance qui pompe vers lui toutes les richesses sans en distribuer aucune. Le Mali est aussi le pays où la structure même du Pouvoir a généré des famines, une agriculture rudimentaire et en faillite, un artisanat liquidé avec l'aide de la puissance prédatrice , la France, et crée une corruption métastasique sur un territoire difficile qui contrairement à la Cote d 'Ivoire ou au Togo si proches ne produit pas de lui-même et facilement des richesses, cacao, café, fruits, maïzena, bois qu'il ne faut plus que cueillir.

Aussi ce n'est pas un hasard si ce qui se passe actuellement se passe au Mali. Pays merveilleux et pays fragile, fragilisé par sa texture même, aride, et par son pouvoir, essentiellement wadien depuis les origines., avec un dictateur Traoré qui régna pendant 25 ans (68-91), pays classé parmi les plus pauvres du monde dont  l'IDH – Indicateur de Développement Humain- est en régression ( 0,43 en 2004 -0,35 en 2011) pays où avec le taux croissant d'analphabétisme croit l'absentéisme politique ( on estime que moins de 20% des habitants participent aux élections) soit aussi celui qui, mûr parmi les mûrs, tombe dans la corbeille de ceux qui n'ont que le désir de pouvoir et les moyens de ce pouvoir , les djihadistes, salafistes et autres chefs de guerre.

Il suffit de payer, et grande partie de ceux qui depuis des décennies ne sont que des achetés – pour tout, leur travail, leur vote-sont d'accord pour qu'on les achète, comme d 'habitude. Sont d''accord pour obéir aux principes et ordres de ces nouveaux maîtres. D'accord même, éventuellement, pour faire le coup de feu avec eux, s'affubler de quelques uniformes hétéroclites et ce d'autant plus que de vagues liens de parentalité vous lient avec les chefs, les leaders ceux qui détiennent le pouvoir et l'argent.

Un peuple corrompu est un peuple achetable. Un peuple sans éducation est un peuple soumis. Un peuple dont les plus courageux et les plus talentueux sont ailleurs, en France ou aux States, est un peuple fantôme qui, tôt ou tard ,devient la proie des prédateurs djihadistes qui en Afghanistan, en Somalie, au Soudan, sur les mêmes carences plantent les mêmes banderilles.

Ainsi le fruit des cécités et des voracités de l'Occident se paie t il aujourd'hui, comptant. Car c est bien parce que l'Occident a fermé les yeux sur les exactions des Traoré, des Wade, des Eyadema, des Bechir des Idriss etc.. et pire que fermé les yeux, profité des terreurs et des ignorances qu'ils imposaient à leur peuple, qu'aujourd'hui les djihadistes salafistes et autres avec des discours simplistes, des haines tenaces, et la morale des voleurs et des assassins, ( « le vol et le viol ne sont pas des fautes quand ils sont effectués pour le combat de Dieu ») tiennent et peuvent tenir le haut du pavé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.