Une femme, et quelle femme!, Première Ministre au Sénégal!!!

Nous sommes nombreux à avoir salué et nous être réjouis de l'élection de Macky Sall à la Présidence du Sénégal en remplacement d'un Président, Wade, dont le népotisme et la corruption étaient de plus en plus scandaleux.

Nous sommes nombreux à avoir salué et nous être réjouis de l'élection de Macky Sall à la Présidence du Sénégal en remplacement d'un Président, Wade, dont le népotisme et la corruption étaient de plus en plus scandaleux.

Nous nous sommes réjouis ensuite de la nomination d'un Ministre de l'environnement qui soit un homme de terrain dont les efforts et l'action étaient unanimement salués depuis longtemps .
Nous nous sommes réjouis ensuite qu'il ait fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités avec comme conséquence la mise sous enquête de son prédécesseur et de son fils, bref que le procès des Biens Mal Acquis soit mené par une instance nationale et non française ( comme c 'est le cas pour le Gabon, la Guinée Équatoriale et le Congo-Brazza ).
Réjouis enfin qu'il ait décidé de mener un procès reculé depuis une décennie, celui du Président tchadien, Hissene Habre, réfugié au Sénégal.
Certes nous avions émis , dés son élection, des doutes :Macky Sall est un libéral et il ne peut y avoir de solutions libérales au développement du Sénégal. Mais, grosso modo, l'élan démocratique qui s 'était manifesté lors de la campagne électorale, (bien différente des campagnes électorales africaines traditionnelles où l'argent coule à flot ainsi que les promesses et où les analyses et les programmes sont rigoureusement absents) , avait été une fort bonne et heureuse surprise avec la constitution de blocs de jeunes sans d'autres parrains que leurs convictions.
Un personnage était alors apparu à la tête de la campagne, une femme, Aminata Touré. Elle fut récompensée de son excellent travail par un poste de Ministre ..à la Justice, justement, en remplacement de Tidiane Sy, dans le Gouvernement dont M'Baye était Premier Ministre, c 'est à dire là où cela bouge le plus.

Jeune, une petite cinquantaine, belle, soucieuse de son apparence, c 'est aussi une tête qui a fait ses études supérieures à Dijon, à Aix et à Paris, décrochant des DEA d'économie et de management financier avant d'être nommé à l'ONU et de revenir militer et organiser au sein du Parti de Sall.

Militante dans l'âme, ancienne de la ligue communiste, n'ayant jamais caché son attirance pour la gauche, Aminata Touré qui entend certainement faire primer l'importance des réformes à accomplir dans le cadre d'un gouvernement qui reste un gouvernement de droite , est la divine surprise du Gouvernement de Sall : elle vient d 'être nommée, en remplacemen,t de M'Baye, premier Ministre.

Divine surprise .

Parce que, d 'abord, c 'est une femme. Si nous avions connu, en Afrique, des femmes Maires de grandes villes, ou Présidente d'organismes internationaux comme actuellement l'Union Africaine, les femmes ayant été premières ministres sont rarissimes ( la première ayant été Elisabeth Domitien sous le règne de Bokassa) surtout dans un pays aussi conséquent et important que le Sénégal ( il y eut des femmes premières ministres au Rwanda et au Burundi) et c 'est un signe qui ne saurait tromper.

Surtout quand ces femmes – à l'instar de Aminata Traoré au Mali qui fut Ministre de la Culture-ont ce type de parcours et d 'engagement.
Bref quelque chose est en train de changer en Afrique. Nous en sentions les prémisses. La reconduction systématique de dinosaures adoubés par la France et gestionnaires, à leur profit, des richesses nationales, redistribuant, pour assurer leur longévité, à des citoyens convertis en clientèle, est en train de s'effacer au bénéfice du surgissement d 'une classe moyenne, de haute formation et porteuses de nouvelles ambitions

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.