kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 3 nov. 2014

Confusions à Ouaga

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le moins qu'on puisse dire est qu'il règne une confusion certaine à Ouagadougou après le départ précipité de l'ancien chef de l’État, Blaise Campaoré.

Deux militaires revendiquent la direction de l’État, Kouamé Lugué qui est intervenu dimanche devant les caméras éteintes de la Télévision nationale et Isaac Zida d'autre part et du coté civil la Présidente en titre d'un parti de l'opposition le PDC ( Parti pour le développement et le changement) Saran Sérémé.

Les organisations internationales dont l'Union africaine déclarent par ailleurs que la transition doit être civile sous peine de sanctions et les ambassades - dont la France et les USA- font savoir également avec force qu'on ne saurait tolérer un coup d 'État militaire.

Cette unanimité de façade relevant, elle aussi de la confusion : dans l'histoire récente de l'Afrique les militaires n'ont pas toujours joué un rôle négatif.
Certes il y eut récemment le capitaine Sanogo au Mali et Dadis Camara en Guinée, jeunes militaires ambitieux ne cherchant que leur intérêt propre dans une institution gangrenée par les trafics, sombres crétins au demeurant dont la première décision fut, pour l'un, Sanogo, de se déclarer général et d'exiger ensuite, limogé, de se voir attribuer la retraite de président, pour l'autre de se présenter à des élections, et de faire assassiner par sa garde plus de cent personnes qui manifestaient contre sa candidature.

Mais il y a aussi une tradition militaire progressiste. La tradition de Rawlings qui par deux fois, au Ghana, pris le pouvoir pour le remettre après avoir organisé des élections le plus démocratiquement possible . Au Niger le 18 février 2010 alors que Tandja essaie de se maintenir au pouvoir en changeant les termes de la constitution, un coup d 'État intervient, l'emprisonne, et met en place un Conseil Suprême pour la restauration de la démocratie ( CSRD) sous la Présidence de Djibo Salou, chef d 'escadron .Un an après des élections libres et transparentes, de l'avis de nombreux observateurs, ont lieu qui donnent le pouvoir à Mahamadou Issoufou. Djibo Salou rentre dans sa caserne.

N'oublions pas qu'au Burkina, Sankara fait partie de ces jeunes militaires qui prirent le pouvoir pour en faire autre chose qu'un moyen de puiser dans les caisses de l’État ;
N'oublions pas non plus qu'après Tandja, Wade et Campaoré qui essayèrent, en vain, de changer la constitution afin de se faire ré-élire, de nombreux chefs d’État, actuellement, en Afrique sont sur cette même voie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : Construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées