kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 4 févr. 2015

le scandale comestible

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un scandale comestible

Métaphoriquement le scandale, est ce qui ne passe pas, ce que l'on arrive pas à accepter, ingurgiter, avaler. Pourtant il y en a de fort comestibles.

Je ne parle pas de ces scandales lointains qui ne vous affectent directement guère. Comme le refus des USA de voir se publier un rapport de l'ONU sur les conséquences de son emploi de bombes à uranium appauvri en Irak pendant les années de guerre, ni des centaines de morts hebdomadaires au cœur de l'Afrique où bandits de grands chemins et dictateurs sans entraves taillent dans le corps vif du Congo et de la République centrafricaine, ni de Boko Haram et du Mali qui continuent jours après jours leur œuvre de mort, ni des résolutions de l'ONU dont Israël se moque, ni.. non, je vous parle de ce qui touche tout un chacun, tous les jours. Il s 'agit de santé et de coût.
Il y a belle lurette que les sonnettes tintent : France, ta santé fout le camp!

Désertification sanitaire des zones rurales, non accès aux soins de base d 'une partie de plus en plus importante de la population, le système de santé de la France que le monde nous enviait est en train de partir en quenouille.

Comment ne pas voir à l'origine du mal cette idée farfelue qui allait à l'encontre des principes fondateurs de créer un secteur nouveau , non A non B , qui, conventionné, autoriserait cependant les dépassement d'honoraires.?

A l’origine le système, qui marche remarquablement bien, est un système où les trois principes républicains s'articulent et se complètent. Liberté- je choisis mon médecin qui choisit son acte et sa rémunération, égalité, de tous devant les soins, fraternité, ce sont les cotisations sociales attachées aux revenus qui consolident l'ensemble.

Puis il a fallu qu'on ajuste à la marge ce bel ensemble pour que tout peu à peu se déglingue. L'arrivée des dépassements d' horaires marqua en effet une rupture dans la chaîne vertueuse. Les médecins ne pratiquaient plus les mêmes honoraires ; ils pouvaient varier du simple au quadruple, Cela valait surtout pour la chirurgie, l'obstétrique et l"orthopédie sans que l'on comprenne pourquoi tel médecin exigeait d être payé plus que son collègue et voisin.
Au prétexte, a-t-on dit qu'il importait pour les médecins de s'équiper et de ne pas rater les avancées techniques mais rien n'empêchait les services de santé de consentir des prêts avantageux pour faciliter l'accès aux machines sans avoir à en passer par les actes.

Cela se compliqua quand une étude de l'Igass, en 2005, rélèva que les dépassements atteignaient deux milliards d 'euros c 'est à dire quasi 10% des remboursement Sécurité Sociale et qu'une partie, non négligeable se faisait " sous le manteau", de la main à la main.

Mais cela tourne au drame quand les Mutuelles comprirent qu'elles avaient là un champ de prospection commerciale et décidèrent de l'investir. Les Mutuelles en remboursant les dépassements d'honoraires les avalisent comme pratique, les banalisent et dépensent 50 % de leur budget à ce seul secteur.

Remboursé, le patient ne dit rien. Jusqu'au jour où sa facture de Mutuelle apparaît. Douze % d’augmentation en un an en 2012 pour les personnes de plus de 60 ans et plus de 7 milliards de frais de fonctionnement des Mutuelles pour les gérer ( bénéfices d dissimulés) .
De l'avis de tous les spécialistes et en particulier de André Nutte, Président de l'Institut de vieille sanitaire, cour des comptes de la Santé " Il s 'agit d'un obstacle à l'accès aux soins, et un déni par rapport aux principes fondateurs de la Sécurité Sociale ".

Car il est clair que les Mutuelles en instituant un contrat entre patient ( client)- médecin- et Elles vont tout droit vers un bonus - malus de la santé contredisant encore un peu plus les principes fépublicains.
Alors que d'un autre coté les généralistes qui verront leurs taches s'alourdir par la gestion des pathologies lourdes seront rejetés hors dépassement. Ils gagnent déjà, en moyenne, moins de 30% que les spécialistes pour des études égales. Pourquoi choisiraient -ils de s'installer dans ce désert ruraux dans lesquels nous vivons?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart