kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 5 août 2014

La drogue et le Mali

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

UN article de Kassim AROUNA

Après une mauvaise année 2013, du fait de la guerre, les affaires des trafiquants de drogue arabes, touaregs et autres ont bien repris. Outre le haschich, ils ont fait transiter plusieurs dizaines de tonnes de cocaïne pure entre Sahel et Sahara. Cette nébuleuse de la poudre blanche réunit autorités dévoyées et authentiques criminels : sécurocrates, politiciens et chefs communautaires corrompus ; djihadistes « repentis », hommes de main du MNLA et terroristes d’AQMI ou d’Al Mourabitoune. L’intérêt seul anime ces élites du crime, motivant selon les cas solidarités ou rivalités.

Un cas récent illustre notre propos. Des notabilités de Gao réclament avec passion la libération du narco-djihadiste Yoro ? Leur message est relayé jusqu’à Bamako ? La pieuvre agit.

Ceux qui tirent les ficelles en coulisse ne prennent pas même la précaution de se cacher. Nous les connaissons, admirons leurs vastes demeures, nous contentons de murmurer leurs noms. Un exemple parmi plusieurs : il est riche, incontournable dans son fief du Tilemsi, maître d’une armée privée et trône dans un palais à Gao. Les FAMA, les militaires de Serval et de la Minusma paraissent le respecter, comme Belmokhtar et AQMI avant eux. Côté pile, Hanoun Ould Ali, puissant chef communautaire, gendre d’un ancien ministre d’ATT, est une « autorité » et mène une vie de grand seigneur. Côté face, Hanoun apparaît en chef djihadiste intérimaire, mais surtout en parrain présumé d’un massif trafic de stupéfiants, notamment via Tin Essako. Depuis janvier 2013 le MNLA, autre acteur majeur de la drogue,  lui a coupé la route d’In Khalil et « volé » cette pépite à la communauté arabe. Jusqu’en 2013 les associés d’Hanoun étaient ses amis Baba Ould Cheikh, emprisonné depuis plus d’un an, ou Sultan Ould Badi, terroriste toujours actif.  Hanoun pour sa part est jusqu’à présent toujours « passé entre les gouttes », de même que les trafiquants dont-il demeure le plus proche, « l’honorable » Mohamed Ould Mataly, député de Bourem, et les gendres de celui-ci, Rougy et Cherif Ould Taher...

Politiquement, Hanoun, comme ses associés intimes, est séparatiste quand cela est bon pour ses affaires, loyaliste quand cela l’arrange. A quoi bon l’indépendance quand on a le pouvoir à Bamako comme à Gao ! Tiennent-il toujours Koulouba par la barbichette, comme sous ATT ? Pilotent-t-ils toujours nos grands dirigeants civils et militaires ? Quid du général Gamou et de ses officiers supérieurs ? Un chameau partagé au printemps 2013 aurait scellé une affaire conclue...sur le dos du Mali. Une de plus. L’été précédent, du temps où ils participaient de fait à l’administration de Gao par le MUJAO, Hanoun et Rougy avaient été à Alger négocier avec leurs grands partenaires sécurocrates locaux sur le dossier des « diplomates » algériens pris en otages à Gao par… leurs amis du MUJAO.

Autre cas emblématique de narcotrafiquants : les terroristes d’Al Mourabitoune justement, issus d’AQMI et du MUJAO. Ceux-ci s’intéressent à la drogue dure pour la raison suivante : prélevée comme un impôt aux trafiquants en échange de la sécurité des convois, elle sert à acheter des armes venant de Libye. Sur le territoire malien, ils la vendent à une population pauvre et désœuvrée mais elle devient gratuite pour les nouvelles recrues islamistes, très fidèles.

Le djihadiste Abou Qaqa, l’ancien chef du MUJAO dans la région d’Ansongo, Ménaka et Douentza, est devenu un homme incontournable du trafic de stupéfiants au sein du mouvement islamiste Al Mourabitoune. Il a su exploiter les amitiés de l’ancien leader Abou Bakr Al Misri avec les barons de la drogue arabes de Gao et Bamako, où tout se négocie. Abou Qaqa se repose sur les membres du MUJAO installés dans le nord-est du Mali pour acheminer la drogue à destination de la Libye, en longeant les frontières algériennes et nigériennes. 

Malgré l’effort des institutions nationales pour lutter contre la porosité des frontières, les djihadistes-trafiquants arrivent à passer à travers les mailles du filet. Ils transportent les ballots, très souvent sous l’emprise de stupéfiants, à en croire les témoignages d’agents des forces de sécurité qui en ont arrêtés quelques-uns. Des femmes sont également contraintes à servir de « mules » : un atout non négligeable pour éviter les fouilles.

L’association des trafiquants et des djihadistes ne s’arrête pas là. Les barons de la drogue arabes écoulent leur argent liquide dans des stations services, construites les unes à côté des autres… Les sociétés de location de voitures et de transport routier ne sont pas non plus étrangères à ces combines, au Mali comme au Niger. Al Mourabitoune a su y placer ses hommes. Toutes ces entreprises prospères disposent d’une licence commerciale, ce qui permet d’ouvrir des comptes dans les banques réputées de la région. Détenant des bureaux dans les pays voisins, le fractionnement des dépôts d’argent permet de réduire les soupçons de blanchiment. 

Pour contourner la loi islamique, ces criminels prétendent assurer uniquement le contrôle et la sécurisation des convois au Sahel. Dans les faits, ils participent réellement au commerce de la drogue. Non seulement les narco-djihadistes empoisonnent les Maliens et les Nigériens en négociant des ventes sur le chemin de la Libye, mais ce sont eux-mêmes de fervents consommateurs.

Kassim Arouna

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat