kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 7 févr. 2015

Burkina: la société civile se cabre et manifeste

Déclaration d'organisations de la société civile sur la situation nationale: Compatriotes burkinabé de l’intérieur et de l’extérieur du pays ;Trois mois après l’insurrection populaire qui a mis fin, sous l’admiration des peuples d’Afrique et d’ailleurs, à la dérive monarchique du régime de Blaise COMPAORE et de son CDP, la transition politique mise en place par un consensus inédit entre les forces vives de la nation est menacée.

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déclaration d'organisations de la société civile sur la situation nationale:
Compatriotes burkinabé de l’intérieur et de l’extérieur du pays ;
Trois mois après l’insurrection populaire qui a mis fin, sous l’admiration des peuples d’Afrique et d’ailleurs, à la dérive monarchique du régime de Blaise COMPAORE et de son CDP, la transition politique mise en place par un consensus inédit entre les forces vives de la nation est menacée.

En effet, ce jour mercredi 4 février 2015 des évènements très graves ont marqué la situation nationale. Des mouvements d’humeur, des revendications et des remous d’éléments du régiment de sécurité présidentiel (RSP) ont empêché la tenue de l’hebdomadaire Conseil des ministres. Le Premier ministre aurait également passé de longues heures au Palais du Mogho Naba à Ouagadougou. Des négociations seraient en cours autour de revendications corporatistes et relatives à l’abrogation de décisions de nominations et de remise en cause de reformes en vue dans le RSP. Des informations concordantes rapportées par la presse nationale et internationale indiquent un précédent en décembre avec une interruption du dernier Conseil des ministres de l’année 2014 et des revendications et ultimatum lancés aux autorités exécutives de la Transition.

Ces évènements coïncident curieusement avec un activisme important de l’ancien parti au pouvoir qui annonce un agenda politique chargé dans les semaines à venir et la publication d’information, ce jour même, annonçant l’éventualité de la candidature du Général Gilbert Diendéré, aperçu ce matin au Palais de Kosyam et chez le Mogho Naba, à l’élection présidentielle de 2015 pour le compte du CDP.
A l’analyse, ces évènements constituent de façon très claire, des tentatives de remise en cause du consensus national cimenté dans la Charte de la Transition, de sabordage de la transition démocratique en cours, de liquidation des espoirs et attentes politiques et sociales de la formidable insurrection populaire d’Octobre 2014, et de retour à un passé révolu et à une direction militaire, militariste et anti-démocratique du pays. Ces manœuvres constituent des intimidations et des chantages faits au peuple, des tentatives de prise en otage de la transition de la part des forces du passé, ces forces là même qui ont conduit le pays au bord du gouffre. Assurément la contre-révolution est en œuvre. La clémence sans doute trop rapide mais surtout l’impunité qui règne encore nourrissent les illusions de retour aux ténèbres.

Au regard de cette situation, nous, organisations signataires de la présente déclaration :

- Dénonçons les forces réactionnaires, les entreprises mafieuses et malfaisantes ainsi que les rêveries du passé ;

- Condamnons avec la plus haute énergie patriotique, les manœuvres réactionnaires et anti-démocratiques, les intimidations militaires, les atteintes à la transition politique et démocratique ainsi que le viol du sacrifice des martyrs de l’insurrection ;

- Condamnons le chantage, la tentative de coup de force, d’intimidation et de prise en otage du processus démocratique ;

- Appelons l’ensemble des forces sociales et politiques, la jeunesse militante et patriote en particulier, à se mobiliser pour faire barrage au retour au passé dépassé et balayé par le peuple insurgé ;

- Exigeons des institutions et autorités de la transition d’ancrer fermement leur action aux exigences de la Charte de la Transition et de la Constitution, au service de la réalisation des attentes et aspirations de l’insurrection populaire pour un renouveau démocratique du Burkina Faso ;

- Demandons à tous les acteurs civils et militaires de se démarquer des magouilles et autres manipulations visant la liquidation de la transition politique et démocratique ;

- Lançons un appel à la vigilance à l’ensemble des forces vives de la nation ;
- Mettons en garde les éléments militaires complotistes, leurs parrains militaires et civils qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur du pays ;

- Réclamons la mise en chantier urgent des réformes politiques et sociales attendues du peuple ;

- Exigeons, conformément à la recommandation du collège des sages dès 1999, la dissolution du RSP, condition indispensable d’un renouveau démocratique du pays ;

- Appelons les autorités de la transition à prendre des sanctions fermes et exemplaires contre les auteurs de ses actes antidémocratiques et attentatoires à la sureté nationale et à la sécurité des institutions ;

- Appelons la communauté internationale, en particulier le groupe de contact pour le suivi de la Transition, à prendre toutes leurs responsabilités ;

- Demandons au peuple à se tenir prêt pour les actions imminentes requises en vue de la défense de la démocratie, de la liberté et des attentes et aspirations de l’insurrection d’Octobre.

Les manipulations, les intimidations et la contre-révolution ne passeront pas !

La patrie ou la mort nous vaincrons

Fait à Ouagadougou le 04 février 2015

Ont signé les organisations de la société civile ci-après :

BALAI CITOYEN
CAR
CEDEV
CGD
CNDPPH
FAR
FEPDHA
FOCAL
FRC
Institut FREE Afrik
Le Repère 
Le Tocsin
MBDC
MBEJUS
Mouvement Afrikamba
Mouvement Brassard noir
SYMEB
Réseau Barké
Terre à vie

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette