kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 7 sept. 2014

En réponse à Bayart. Du national libéralisme

Il est vrai que la disparition des modes de production et d 'être produisent toute une phraséologie qu'il serait bien téméraire d'appeler idéologie qui tendent toutes à voiler la réalité, vantant et folklorisant les charmes de ce qui vient de mourir et d'être tué pour mieux ne pas voir, dissimuler, les auteurs du crime.

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est vrai que la disparition des modes de production et d 'être produisent toute une phraséologie qu'il serait bien téméraire d'appeler idéologie qui tendent toutes à voiler la réalité, vantant et folklorisant les charmes de ce qui vient de mourir et d'être tué pour mieux ne pas voir, dissimuler, les auteurs du crime.

La France des 365 fromages est née avec le chemin de fer outil de désenclavement mais surtout d'universalisation du monde et d'unification et création du marché national.

La choix pour l'Arabie Saoudite du chameau et du palmier comme emblème national se fait au moment même où la société se sédentarise c 'est à dire quand le chameau n'a plus qu'une valeur symbolique .
De même la globalisation conduit à l'effervescence de concepts pour le moins obscurs comme ces " parcs naturels " dont tout écologique se fait volontiers le défenseur sans voir qu'il manie là un oxymore quasi parfait.

Mais peut-on pousser le raisonnement encore plus loin et voir dans les États-nations considérés comme défendant en dernier ressort leurs entreprises et citoyens contre la normalisation en marche des tenants de la globalisation universalisation, les outils et les enfants de cette globalisation ?

"L'Etat-nation n'est pas la victime de la globalisation, il en est l'enfant" . C'est ce qu'affirme Bayart dans un récent entretien de haute tenue stylistique ici même avec Géraldine Delacroix.
Bayart est certes un politologue du tout premier cercle dont les travaux sur l'Afrique font autorité. Comme Lordon , économiste, il manie une langue alerte et volontiers iconoclaste qui fait mouche et explore souvent des territoires en friche n'hésitant jamais à jeter, avec délectation, pavés dans la mare de nos habitudes.

Tel est bien ici l'intention car l'Etat-nation est bien vécu et décrit à travers mille combats comme étant ce qui nous protège d'un tsunami libéral . Que ce soit du bœuf aux hormones, de l'utilisation des OGM, des " avantages acquis par les luttes syndicales " c 'est à dire, retraite, salaire, représentation syndicale, congés payés, assurance maladie ..., il semble bien que cela soit l’État qui empêche le capital financier de dicter sa loi .

.Le capital rappelle Lordon .. logique générale et groupe social . est une puissance... ( qui) poursuit son élan affirmatif tant qu'elle ne rencontre pas une puissance plus forte et opposée" . Ajoutant " sans douter que le capital n'ait autre chose en vue que la mise en coupe réglée de la société toute entière soit une tyrannie sans doute douce, sucrée à la consommation et au divertissement, mais une tyrannie quand même.

Et, précise-t-il dans cet article du "Le Monde Diplomatique" de septembre, c 'est bien là la raison d'être de la gauche que de s'opposer à cette volonté de puissance du capital ( ce que Poulantzas appelait "l'hégémonie"), en ce sens " la gauche ne peut mourir" même si "les trois petits cochons" ( Hollande, Moscovici, Sapin) ne sont que des démissionnaires et des collaborateurs .

Mais réarmer la gauche, ne plus la mettre au service du capital c 'est à dire ne plus faire de l'état l'outil qui permet à l 'imperium de s'implanter et de dominer, comme le dit Bayart c'est aussi développer une politique toujours possible , une vision, une stratégie et une tactique qui, toujours d 'après Lordon, demande, exige une " densité politique, d'interactions concrètes, de débats, de réunions, d'actions organisées dont on voit mal que, reposant sur une communauté de langue, elle ne trouve son lieu privilégié dans l'espace national" .Et, pour enfoncer le clou, il poursuit plus loin, " il n'y a que les postures d'universitaires, inconscients de la particularité de leur position sociale pour ignorer à ce point les conditions concrètes de l'action concrète... et pour renvoyer d'un mouvement de mépris tout ce qui s 'élabore dans l'espace national soit, en passant,la quasi totalité des luttes effectives .

Car il y a luttes, effectivement, relayées ou non par l’État, le gouvernements et sa représentation bruxelloise, relayées ou non par les syndicats, les associations, les partis, les groupes autonomes qui tous agissent dans un cadre national.

On peut également répondre que les luttes ne signent pas la victoire et que la rue et les syndicats n'ont plus les forces nécessaires pour faire plier un gouvernement qui n'aura pas tort de dire et redire pour sa défense qu'il n'y peut rien que tout est dans l' Europe ou dans une mondialisation applaudie par l'Europe contre laquelle il ne peut rien.
Mais la réponse sera celle justement que donnait Hollande quand lors de la campagne on lui parlait de la faible marge de manoeuvre laissé aux forces nationales que l'Europe bouge justement y compris en Allemagne et que les mouvements nationaux peuvent s'etendre plus radidement que l'on en le pense.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours