Mali : en pleine guerre le Premier démissionne.

Le Premier Ministre vient de présenter sa démission au Président par interim de la République pour une querelle ( devenue «  manque de respect » )  avec son Ministre des Finances qui aurait refusé d'avaliser un dossier d 'achat de gré à gré de 55 véhicules de luxe. Il  s'agit de 12 véhicules pour la Présidence, 22 pour la Primature, et de 21 pour le mission  Dialogue et reconcilation dont comme l'arlésienne on parle beaucoup mais que l'on n'a a encore jamais vu.La valeur unitaire des véhicules varie entre 85,7 millions (Toyota Land Cruiser VDJ 200 VX),  et 23,2millions (Toyota Hillux DC). Soit entre 100.000 ( sic) et 40.000 euros

 Selon des sources proches de certains concessionnaires, ce marché est «trop gros pour être attribué de gré à gré». De plus, ils estiment qu’il n’existe aucune urgence qui pourrait justifier un marché par entente directe et que l’Etat y gagnerait, au point de vue prix, s’il passait par un Avis d’appel d’offres.

A quelques mois des éléctions – Juillet- il est à prévoir que les attributaires, comme il est de tradition en Afrique, partiraient avec leur véhicule ou dans le meilleur des cas les rachetraient à des prix défiant toute concurerence .

 «Si les véhicules étaient destinés à l’armée, on pourrait comprendre le caractère urgent et l’entente directe. Mais, de cette façon là, ce n’est pas clair du tout. » C'est en ces termes que le Ministre Tiènan Coulibaly aurait refusé d'avaliser l'opération. Il  aurait bien expliqué au Chef du gouvernement qu’aujourd’hui l’administration malienne avait d’autres besoins, qui n’étaient pas forcément la dotation en véhicules de luxe de certains cadres de la Présidence et de la Primature. Il a par ailleurs clairement dit au Premier Ministre ne pas disposer de ligne budgétaire pour acheter, durant cette période, des véhicules pour les deux institutions.

 Consterné par cette réponse, le Premier ministre a donc saisi le ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé du Budget, Marimpa Samoura, afin de monter le dossier. Celui-ci, en conflit avec le ministre Coulibaly, et pour satisfaire le Premier Ministre, à l’insu de son ministre de tutelle, donna suite, mais le dossier, à la signature, fut une nouvelle fois refusé par le Ministre .

 «Je ne signerai jamais 2, 2 milliards CFA (30 millions d 'euros) pour acheter des véhicules pour l’administration à Bamako ; il y a d’autres urgences», a-t-il répété au Chef du gouvernement. La tension est très vive entre les deux hommes. Ce n’est pas la première fois que le ministre des Finances rejette des instructions venant du Chef du gouvernement, au nom de la rigueur budgétaire. Ce qui a fortement contribué à détériorer leur rapport. Sommé de trancher le Président, aprés avoir ce week end reçu les impétrants, fermes sur leurs décisions a finalement, aux dernières nouvelles ,accepté la démission de son Premier Ministre qui rappelons le venait  d'être nommé aprés que son prédécesseur a été démissisonné par Sanogo.

A son actif ce vieux renard de la politique a peu de choses sinon apparemment d 'avoir ramené au calme des  unités de policiers qui avaient pris les armes contre leurs collègues accusés d'avoir reçu des primes qui leur avait été refusées. On devait déplorer un mort et deux blessés. Pendant ce temps les exactions de l'armée malienne continuent à Gao où de nombreux civils se plaignent d 'avoir été pillé et torturé.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.