kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 11 nov. 2014

Du franc CFA et de l'euro

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis, dans les années 70, les analyses de Pierre Jalée et de Samir Amin, beaucoup d'eaux ont coulé sous le pont du neo-colonialisme rendant évidente chaque jour la justesse de leur vision des choses. Beauoup d'analyses sont venues parachever et parfaire le tableau dressé. Un point est resté cependant, comme le loch ness et l'arlésienne, souvent évoqué, toujours pourfendu, mais toujours oublié, celui de l'incidence dans le développement et l'essor des économies africaines de leur rattachement, pour les ex-colonies françaises, à l' Euro sous la forme d'un Franc CFA à parité fixe.

C'est tout l'intérêt de l'article de Sanou Mbaye, intellectuel, politologue et économiste sénégalais, ancien haut fonctionnaire à la Banque Africaine de Développement ( BAD), dans "le Monde Diplomatique" de Novembre.

Sanou Mbaye appartient à cette frange d 'intellectuel africain critique dont la pensée s'est nourri pendant longtemps au Panfricanisme, aussi lui revenait -il de parler, avant les autres, et mieux que les autres , de cette première avancée panafricaine qu'est le fait de partager, du moins pour les dix pays de l'ancien empire français, une monnaie unique.

Les critiques contre cet "anachronisme" sont partout sévères.
Nous ne les partageons pas.

A commencer par le constat d'une Afrique en plein boom surfant sur un taux de croissance de 4% - mais dans un autre de ses articles, et à la suite de beaucoup de commentateurs, il va jusqu'a parler de 7% - croissance qui dit-il "semble délaisser la zone franc".

Ce sont des chiffres en trompe-l'oeil. S'il est vrai que l'Angola a des taux de croissance vertigineux - plus de 12 %- et que le Nigéria et l'Afrique du Sud et les producteurs de pétrrole ont des taux de croissance de 6 à 7 % cela n'est pas vrai pour la plupart des pays et au contraire pour beaucoup comme le Mali, la Cote d 'Ivoire, la RCA , la RDC, le Burkina et beauccoup d 'autres les taux de croissance sont en récession, et plus faible en tout cas que le taux de croissance démographique ( évalué à 3 % ) . En d 'autre terme, la pauvreté progresse, une classe moyenne a du mal à se constituer, et les infrastructures sociales ont plus tendance à s 'effondrer qu'à se fortifier alors que paralellement le taux d'analphatisme est en hausse. Parler dans ces conditions d'un taux de croissance qui laisse augurer des lendemains merveilleux est une erreur de jugement grave d'une part mais attribuer une différence de croissance au fait d'être ou non dans la zone franc n'a pas de sens. Pas de sens non plus le fait de penser que les conflits qui ont ensanglanté et ensanglantent encore aujourd'hui l'Afrique soient liés d'une façon ou d'une autre "au maintien du franc CFA". Que dire du Nigéria, de la Sierra Leone et du Liberia qui étaient, il y a peu,des terres de massacres et de sang? Que dire du Rwanda, de la RDC, du Kenya et du Soudan pour ne pas parler de la RDC et de Boko-Haram ?

Cependant, il est vrai que la parité oblige les pays d'Afrique et l'Europe a pratiquer une politique monétaire commune qui, ne leur est pas toujours favorable. Il y aurait tout intérêt, c'est certain, aujourd'hui, en France et en Afrique, à dévaluer : cela ne se peut, c 'est regretable mais on ne peut avancer sans que l'on puisse dire que cette politique favorise les grands groupes français comme le suggère Sanou Mbaye.

Enfin critiquer la politique de l'AFD ( Agence Française de Développement) et dénoncer les prêts consentis au Sénégal pour la construction de la route d 'accès à Diammiadio est juste. Mais nous savons tous que l'AFD développe depuis longtemps une politique souvent imbécile et stérile sans que cela soit lié a la présence d'une zone euro mais plutôt à la pregnance des oripeaux de la françafrique.

De même la critique des taux d'intérêt demandé aux Etats n'est pas liè à l'usage de l'euro.

Bref on ne voit pas pourquoi," l'abolition de la convertibilté du franc CFA soit nécessaire au décollage économique "...

En d' autres termes nous ne sommes pas convaincus et tout nous porte à croire que l'économie africaine étant une économie externalisée elle ait tout intérêt à avoir, dans ses échanges, une monnaie forte même si elle doit en payer le prix par une rigidité souvent difficile

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours