http://epessiot@homail.com

C'est aujourd'hui un anniversaire dont on parlera peu dans la presse française.

Celle de la mort, par assassinat, d 'un homme qui était plus qu'un homme, un symbole. Un homme qui, au pouvoir, avait, à l'instar de Mamadou Dia au Sénégal quelques décennies avant, engagé le pays, le Burkina Faso, vers la voie autonome, non alignée d 'un socialisme africain .

Sans se tromper de cible car, déclara-t-il lors de sa fameuse déclaration à l'ONU en 1984 " ceux qui exploitent l'Afrique, exploitent aussi l'Europe" et le combat n'est pas entre l'Occident et l'Afrique mais entre les exploiteurs et les exploités, les dominants et les dominés, ici , au Burkina comme en Europe et partout dans le monde.

Il entreprit une réforme agraire, engagea un combat contre illettrisme, l'hygiène, l'accès à l'eau, l'émancipation sociale, la vie démocratique... et mena avec l'aide des CDR - Cimoités de la Révolution- pendant 5 ans un combat autant contre les exploiteurs que leurs thuriféraires locaux que contre les féodaux qui en firent rapidement dans l'imaginaire populaire un Che Guevara noir.
Comme le Che il fut assassiné par les mêmes. Ceux qui veulent que rien ne change afin qu'ils continuent à tenir le monde à leurs bottes.

 

Hommage soit rendu à SANKARA en ce 15 Octobre.

Que tes assassins au nombre desquels Blaise Compaoré, actuel Président du Burkina Faso, est le principal suspect, soient punis ad vitam aeternam pour avoir d'autant d'années retardé l'avénement inéluctable d 'une Afrique Libre.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.