kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 18 sept. 2010

Niger : la faim et les moyens. Que sont devenus les otages français?

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est facile de lier l'expulsion de France des roms, maliens, nigériens et autres nègres en situation irrégulière et le retour en cette même France d'une vingtaine de salariés d 'Areva expatriés du Niger ainsi qu'à la prise d 'otage de 5 d 'entre eux par une organisation inconnue

Chacun expulse vers leur terre natale les éléments qui lui semblent dangereux.

Les sans-papiers de Paris et de Lyon pour trouble à l'ordre républicain qui exige que l'on soit encarté. Les expatriés d'Areva pour trouble à l'ordre économique qui veut que certains se gavent pendant que d 'autres crèvent de faim.

Car alors que les charters étaient encore dans les airs tombait cette nouvelle en provenance de l'ONU et de la FAO : " 47% de la population du Niger est en situation d"insécurité alimentaire" dont 86 % d'agriculteurs.

4 enfants meurent chaque jour de faim . Au Niger mais aussi au Mali et au Tchad.

10 millions de personnes sont menacées.

Notre bon Ministre des Affaires Etrangères, un certain Kouchner que l'on n'avait pas vu sur le terrain depuis des decennies, aussitôt alerté, dans une conférence de presse mémorable avoua qu'il ne savait rien, ni des ravisseurs ( le AQMI sans doute mais sans revendication) ni des retours la trouille au ventre des expatriés d' 'Areva, ni des malheurs de la population affamée.

Pourtant le désert a ceci de particulier -et le Bernard en question qui veut jouer au baroudeur devrait quand même le savoir- c est que rien ne s'y passe sans que tout le monde en soit tout de suite averti.Une bande véhiculée qui prend cinq toubabs en otage, ou tout simplement un véhicule tout-terrain dans le desert nigerien, malien, algérien est aussi visible qu'une verrue sur le nez de Madona. Alors quand on raconte que personne n'a rien vu..permettez moi de douter... ou alors de penser que les services de renseignements des gouvernements nigérien et malien aidés bien sur par les services français sont particlièrement mal faits car une voiture doit nécessairement pour se ravitailler en eau et en carburant passer par des points précis où tout se remarque et se commente. Dans tout le Sahara grand comme dix fois la France il y a 10 points obligés..disons 15 si on veut finasser. Hors de ces points de passage...le desert justement c 'est à dire le grand rien avec parfois des puits pour les peu de nomades qui voyagent encore en Chameaux.. plus connus eux aussi que les coureurs cyclistes.

Mais on ne sait rien. Un groupe d 'une vingtaine de personnes armées se déplacent au gré de ses désirs vraisemblablement en 4X4 dans ce grand billard bosselé de sables et personne ne voit rien !!

D'autant qu'ils se disent d'Al Quaïda!!! Qui, le répètera-t-on assez, n'est pas une organisation mais un drapeau que chacun peut brandir au fil de ses envies et besoins et que n'importe quel mafieu lève bien haut pour donner à ses vols et truanderies allure de revendication.

Mais parler de AQMI c est taire aussi les revendications d'habitants du desert, autrement plus discrets, eux, puisqu'ils sont du "cru", non qu'ils connaissent les "caches " possibles mais parce qu' ils ont l'avantage de mieux connaitre et de mieux faire taire, ce qu'aucun autre qu'eux, de passage, ne peut faire.
IL faudrait donc regarder de plus près du coté du Mouvement de libération des terres tamacheks ( touaregs) qui a déja, justement à propos d'Areva fait parler de lui alors qu'il s'opposait les armes àu poing au gouvernement de la Capitale.
Mais curieusement on n'en parle pas.

Comme on ne parle pas de cette tragédie annoncée de la mort de faim de plusieurs milliers d'adultes et d 'enfants.

Quand on dit que 86% des agriculteurs sont en situation de "insécurité alimentaire " cela ne choque personne qui pourrait logiquement penser que ce sont les agriculeurs qui vivraient cette situation en dernier.

Non, ce sont eux les premières et les plus exposées des victimes.
Car ce sont les derniers à recevoir les aides internationales

Aides qui tiennent le pays à bout de bras.Car les agriculteurs, peu formés peu soutenus, ne produisent à la moindre variation saisonnière- les variations climatiques montrerait-elle leur nez?- quasi plus rien

Comme si Areva et les milliards de dollars qu'elle tire des mines d' Uranium n'était pas capable sur place de s'attaquer au problème. C'est à dire de payer une redevance à la hauteur des besoins du pays tout en s 'asssurant que cette redevance soit effectivement consacrer à l'agriculture plus qu'à l'achat d 'appartement dans le VII arrondissement de Paris.

Tout en s'assurant que les "proprietaires " coutumiers du site qu'elle exploite ne sont pas lésés par les gouvernements en place.

Comme si exploiter de l'uranium au Niger c était la même chose que du charbon en France,où il y a des lois du travail, des syndicats, une police, des écoles et des hôpitaux.

Si la prise en compte et du droit coutumier et des conditions de développement de la région grève tant ses bénéfices que l'exploitation en devient pas rentable, que le Niger en revienne à ses brebis et à ses chameaux..et qu'Areva cherche ailleurs ce qu'elle n'a pas intéret à prendre ici, cela ne changera rien pour 99% de la population qui rappelons le, alors qu'Areva fait des bénéfices par milliards, continue, elle, à mourir de faim.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau