kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 23 juil. 2014

Afrique Centrale : les farces tragiques

Il n'y a pas de petits bénéfices politiques quand il s 'agit de violer la constitution et de se maintenir au pouvoir pour un troisième voire un quatrième mandat.

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n'y a pas de petits bénéfices politiques quand il s 'agit de violer la constitution et de se maintenir au pouvoir pour un troisième voire un quatrième mandat.
Les turbulences maliennes et centrafricaines viennent à point pour que des médiateurs s'imposent ou tentent de s'imposer en endossant les habits, trop longs, de dispensateurs d'harmonie et de paix, d'indispensable machiavel politique, d'incontournable leader.

Ainsi a -t-on vu Blaise Compaore faire pendant des mois des pieds et des mains en accueillant à Ouaga et les rebelles du MNLA et alliés et les autorités politiques de Bamako sans autre projet politique que de les faire se rencontrer et de permettre à quelques assassins et mafieux passibles de prison à vie ou ailleurs de la chaise électrique de se prélasser, en roulant les mécaniques, aux frais du peuple burkinabe, dans les meilleurs hôtels de la ville.
Ainsi en est -il actuellement et depuis une semaine à Brazza où Denis Sassou Nguesso qui a tant à se faire pardonner au regard des droits de l'Homme et de l'opposition essaie en invitant la Présidente de la RCA Madame Catherine Samba-Panza de faire qu'au moins ils se parlent, Sekela, Anti-balaka et gouvernement et pour le moins cessent les hostilités.

Mais voilà, si Madame Samba-Panza est bien droite dans ses bottes et ses prérogatives, il n'en est pas de même de la bande de zozos, -comment les appeler autrement- qui entendent représenter ce qui n'est pas présentable et encore représentable, c'est à dire des bandes éparses de brigands le plus souvent étrangers à la RCA en qui entendent par des propositions saugrenues, des absences remarquées au débat bien faire entendre qu'ils entendent, en déclarant cesser les hostilités, des prébendes politiques, des postes au gouvernement et des valises pleines de billets.

Ainsi l'un des chefs de bande, Dahmane qui se dit Général, a-t-il, en pleine séance déclaré qu'il demandait rien de moins que la partition du pays afin qu'au Nord les musulmans soient en sécurité. Se recommandant de Djotodia, réfugié au Bénin mais sans que celui-ci se soit prononcé.

Quant aux anti-balakas ils entendent surtout être reconnus comme milice et incorporer les troupes centrafricaines.

Nous sommes bien dans un théâtre grotesque et tragique, une farce pleine de sang qui ne demande qu'un JARRY pour être écrite et décrite.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat