Vous le savez sans doute nos députés dans le cadre d 'un plu grande transparence viennent de voter une réforme de l'IRFM, L'IRFM , indemnité de représentation et de frais de mandat, s'élève à 6412 euros par mois. Son but: permettre aux députés de "faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l'Assemblée". Par exemple, payer le loyer d'une permanence, des fournitures, des frais de bouche lors des déplacements, etc. Virée sur un compte bancaire à part, elle s'ajoute à la rémunération du député -7100 euros bruts par mois- et à l'enveloppe de 9138 euros qui paye ses collaborateurs..

La cour des comptes ayant jeté un coup d 'œil sur ce que devenaient ces indemnités on s 'aperçut qu'il y avait bon nombre d' indélicats qui s'achetaient des appartements (6000 euros pendant 60 mois ) anciennement appelés permanence et autres joyeusetés d'autant que le Parlement européen vient d' estimer' que les élus français ont des pratiques clairement inacceptables". Bref ils se gavent et nous font honte. D'où la nécessité de réformer quelque peu le système.

Pendant deux ans l'assemblée s 'est penché sur le système et sa nécessaire réforme et que croyez vous qu'il arrivât?
Rien . Ou quasi . Certes quelques avancées,comme l'interdiction d 'acheter des biens immobiliers mais rien contre l' injustice, la gabegie, le gâchis moralement insoutenable et le contrôle nécessaire.

On me dira que de semblables propos servent au " tous pourris" qui n'appartient au vocabulaire républicain. Mais ce n'est pas un député qui fut indélicat, ce sont l'ensemble des députés qui se sont donnés, ici des bastons pour se faire battre, ce sont eux, collectivement qui mangent à tous les râteliers possibles, se votent des retraites et des indemnités mirobolantes, collectivement et c 'est collectivement qu'il; faudra bien un jour les mettre à la porte pour n'avoir pas dénoncer les pratiques que leur silence couve..

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.