kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

7 Éditions

Billet de blog 24 mai 2015

Mali, l'eau du bain

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La mémoire est volatile et l'on ne retient du passé qu'il soit lointain ou proche que ce que l'on veut bien retenir. Gommer et souligner sont les deux actions qui simultanément écrivent le présent et nous sert d 'analyse .
C 'est bien ce qui se passe avec le Président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta ( IBK) qui devient soudain un Père Ubu ridicule, concoctant des accords avec le mal et profitant de sa situation pour s' en mettre plein des poches . Ce qu'il est et nous le savions. Mais était le seul,en 2013, capable de désamorcer la grenade Sanogo, son adversaire, Cissé, ayant choisi de l'attaquer frontalement. Quant au reste c 'est à dire la corruption généralisée de tous les services et en particulier de l'armée, personne de crédible était décidé a affronter le monstre./ IBK n'était pas le plus mauvaise carte à jouer d'autant que la campagne électorale qui se déroula dans les pires conditions reçut l'aval d'un aréopage international de surveillants et de juges.

Nous ne répéterons jamais assez que la France n'avait, en intervenant au Mali, rien à protéger ni défendre sinon montrer aux yeux du monde africain et sa compétence et sa détermination à ne pas voir les troupes et groupes djihadistes s'étendre et gagner Bamako d'où il auraient fait peser sur le Niger une véritable menace.

Il aurait fallu alors, IBK dans les bottes de la Présidence et sachant ce que nous sachions, que nous le laissions définir une non-politique à l'image de la non-politique développée par le Quai d 'Orsay. La non- analyse française sur les groupes qui se disent relever de l'Azawad, la compréhension que nous devions en avoir et les soutiens que nous devrions éventuellement leur apporter, car c 'est bien cela mener une politique étrangère, on permit au problème de Kidal de se développer de faire métastases, l'armée malienne se montrant et incapable de faire face et incapable de se taire, accroissant les mécontentements alors que par ailleurs les katibas djihadistes ouvraient grand leur porte et leur soutien. D'où l'échec des accords d 'Alger . Revers cruel tant pour IBK que pour la France. Le premier devant de surcroît faire face aux juges français, la France ayant de l'autre coté perdu la crédibilité acquise par son soutien armée.
Il y a beau jeu aujourd'hui de lancer tomates et choux pourris sur le guignol IBK se plaçant en tête de cortège de la manifestation de "je suis charlie" alors que dans le même temps il s'offrait sur les crédit F MI, un avion Boeing et discutait ristournes avec Tomi, bandit corse.
Le problème est bien, et les compétences ne manquent pas en France, de défini;r une ligne politique, de réfléchir à ce qu'est l’État en Afrique et ce que sont les familles ou tribus , ce qui les défini, et leurs relations avec le pouvoir.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe