MONDIALISATION POST-COLONIALE A LA REUNION

Mon soutien aux amis qui s'opposent à l'hégémonie du groupe antillais GBH (Groupe Bernard Hayot) sur la grande distribution à la Réunion avec le rachat du groupe Vendemia. GBH qui détient déjà sur notre île de grosses enseignes devient ainsi une grave menace pour nous tous . Communiqué ci-dessous publié par l'association ADECALOM et appel à signer la pétition:https://bit.ly/2yzApcH

                                                                         Communiqué de presse
                                                          Rachat Vindemia par GBH (Groupe Bernard Hayot) :


Il n’est pas trop tard pour agir
Nous prenons acte de la décision scandaleuse et humiliante pour les Réunionnais de l’Autorité de la Concurrence d’accorder le 26 mai 2020 au groupe GBH l’autorisation d’acquérir les actifs de Vindemia. Même si cette décision ne nous surprend pas, au regard de la gestion opaque et manifestement partisane dans ce dossier, nous ne pouvions pas imaginer une instance dite indépendante traiter une affaire d’une telle importance avec autant de mépris et de désinvolture.
Par cette décision, l’ADLC autorise un groupe à détenir sur La Réunion, 40% de parts de marché dans le domaine alimentaire et 60% dans le secteur élargi à de nombreux secteurs de consommation courante. Avec le groupe Leclerc, c’est à terme, 70% des parts de marché alimentaire qui seront détenus par deux entités.
Par cette décision, l’ADLC légitime une position dominante d’un groupe dans le domaine de la distribution ; ce qui est contraire au Droit de la concurrence en France ;
Par cette décision, l’ADLC laisse toute possibilité au groupe GBH dès l’opération terminée le soin de peser sur la politique des prix et de les augmenter comme il l’a fait aux Antilles
Par cette décision, l’ADLC compromet à terme toute stratégie réunionnaise de production locale dans les domaines de l’agriculture de diversification et de la transformation notamment ;
Par cette décision, l’ADLC rejoint toutes les stratégies visant à placer notre territoire réunionnais dans une position de soumis et d’esclave économique sous la domination de groupes locaux ou extérieurs.
Alors, qu’à aucun moment l’avenir des salariés de Vindémia n’était menacé, il était possible de discuter des autres possibilités de reprise qui existent et qui auraient permis de construire un nouveau modèle de distribution à La Réunion.
Nous ne pouvons pas accepter cette décision en l’état. Après plusieurs interpellations auprès du président de la République, de son ministre de l’Economie, ainsi qu’auprès des élus réunionnais, nous réitérons notre demande auprès du président de la République pour qu’il exerce son droit d’évocation sur ce dossier et qu’il permette l’élaboration d’une alternative à la solution humiliante pour les Réunionnais proposée par GBH et validée par l’ADLC.
Il n’est pas trop tard pour signer pétition contre le rachat de Vindemia   https://bit.ly/2yzApcH
Il n’est pas trop tard pour que le président de la République dise non à l’ADLC
Il n’est pas trop tard pour ester en justice
Nous nous réservons en dernier ressort la possibilité de saisir le Conseil d’Etat qui devra dire le Droit sur cette entorse manifeste à la liberté de la concurrence ?

ADECALOM (Association contre la Domination Économique et pour la défense des Citoyens Attachés aux Libertés Outre-Mer)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.