kampungman
Oeuvrons pour la transition.
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2020

kampungman
Oeuvrons pour la transition.
Abonné·e de Mediapart

LETTRE A MACRON SUITE A VERBALISATION EN CONFINEMENT

Verbalisé abusivement dans les Pyrénées Orientales, ceci est mon courrier de contestation a E. Macron.

kampungman
Oeuvrons pour la transition.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le Président de la République

Palais de l'Elysée

55 rue du Faubourg Saint Honoré

75008 Paris

RE. Intervention abusive & absurde.

RE. Dossier No. 6315005528.

Monsieur le Président,

Je me permets de vous écrire suite à une situation particulièrement absurde et injuste que j'ai subi dans les Pyrénées Orientales, près de Prades, ou je réside.

Le 11 avril dernier, le gendarme No 00164429 m'a contrôlé alors que je me rendais au marché de Prades me fournir en denrées alimentaires. Cet homme m'a informé qu'il me verbaliserait sur la base d'un passeport non valide et d'une attestation manuscrite. Il se trouve que mon passeport est valide jusqu'en 2024, ainsi que l'attestation présentée à sa demande. Un simple gendarme a t-il le droit de décider que mon adresse est imprimée en caractères trop petits sur mon passeport? Dans ce cas, puis je être tenu responsable de ce fait alors que je n'ai pas fabriqué mon passeport et que celui ci m'a été délivré par l'Etat français?

Je vis dans un village dépourvu de tout commerce. Je suis donc contraint de me déplacer une fois par semaine afin de me procurer des denrées alimentaires. Mon frère Nicolas, qui réside à Enghien les Bains, a la chance d'être dans une commune très riche et de se faire livrer chez lui. A Joch, commune pauvre, nous sommes clairement victimes de discrimination sur ce plan.

Lors de ces très rares sorties, je porte un masque, des gants et décontamine mon véhicule avec un désinfectant puissant. Je suis seul dans mon véhicule, ce alors que j'assure les achats pour 3 personnes. Je conserve une distance de sécurité de 2m minimum. Je respecte scrupuleusement les mesures de prévention contre le Covid19. Par contre, les 5 gendarmes m'ayant controlé ces dernières semaines ne portaient pas de masque et ne respectaient pas la distance de sécurité.

Nous sommes donc dans une situation totalement absurde ou un gendarme ignorant de façon flagrante les mesures de prévention verbalise un citoyen qui les respecte scrupuleusement.

Peut être vais je paraitre “vieux jeu” mais il est pour moi fondamental que l'élite dirigeante, la fonction publique et les forces de l'ordre montrent l'exemple. Le comportement de ce gendarme n'encourage certainement pas les citoyens à respecter les règles, bien au contraire. Ne parlait on pas à une certaine époque de république exemplaire?

De plus, c'était mon cinquième controle de Gendarmerie (ils sont nombreux en zone rurale). Les quatre premiers fonctionnaires ont accepté les documents que je leur ai présenté mais pas le cinquième. Ou est la logique? Depuis 2014 les agents d'immigration de plusieurs pays ont tous accepté ce passeport.

Une petite disgression. On parle de 160,000 gendarmes controlant les citoyens durant cette période d'assignation à résidence. Visiblement nombre de ces militaires ne respectent pas les règles de prévention. Si 0.5% de ces gendarmes est positif au virus, cela fait 800 d'entre eux oeuvrant à la dissémination du virus, se trouvant debout au dessus des citoyens et leur envoyant des gouttelettes contaminées. C'est à mon humble avis extrêmement dangereux, contre-productif et pourrait être qualifié de mise en danger volontaire de la vie des citoyens par personne dépositaire de l'autorité publique.

Peut être ignorez vous la situation dans les zones rurales, ce que je peux comprendre ayant passé mon enfance dans la rue ou se trouve votre palais. Je vous prie cependant de faire demander à la hiérarchie locale de la Gendarmerie de former ses hommes, de s'assurer qu'ils respectent les règles de prevention et cessent de risquer de propager ce virus et de bien vouloir faire annuler cette contravention abusive sur les bases suivantes:

- J'ai toujours été au dela du respect des mesures de prévention, au contraire des gendarmes.

- Je ne puis me procurer des aliments dans une commune dépourvue de commerce. Manger est indispensable à tout être humain (demandez aux descendants de Louis XVI quelles sont les conséquences d'un peuple qui ne peut manger à sa faim). C'est un droit inaliénable. L'accès à l'eau est également un droit, reconnu par l'ONU. Cela n'a pas empêché le maire de Joch (d'obédience d'extrême droite) de nous faire couper l'eau durant 6 ans et 10 mois. Heureusement, il existe une instance en France, la Cour de Cassation, qui nous a donné raison. Heureusement, il existe une autre instance en France, le bureau d'aide juridictionnelle, qui permet à tout citoyen d'accéder à la justice, même la plus haute.

La loi républicaine est facilement et impunément bafouée dans notre territoire.

- Mon passeport et mon attestation, qui ont été acceptés par 4 gendarmes et refusés par un seul, sont valides. Je n'ai commis aucune infraction, ni sur le fond ni sur la forme.

- Le comportement du gendarme No 00164429 est clairement inacceptable, immoral, illégal, discriminatoire et préjudiciable à la stabilité sociale de notre département, lequel est No1 en terme de chômage (bien que Jean Castex, l'homme fort ici, ait 7 emplois, vous venez de lui offrir le septième) et No3 en terme de pauvreté. Ce gendarme touche une solde conséquente et garantie (provenant de nos impôts) tous les mois et se permet de tenter de voler 135€ à des citoyens pauvres (je suis au chômage depuis 2017, l'auto-entreprise précaire de mon épouse est à l'arrêt total depuis mi mars). Le mouvement des gilets jaunes était particulièrement virulent dans notre département, cherche t-il à créer un soulèvement de gilets rouges (couleur du sang)? Est ce la raison pour laquelle les gendarmes exhibent ces derniers jours des mitraillettes au lieu de masques?

Pour de nombreux citoyens pauvres des Pyrénées Orientales, pays rural de “derniers de cordée”, 135€ est une forte somme (30% du montant du RSA). Les multiples effondrements de la RN116, l'arrêt du tourisme, la destruction de l'agriculture, la fracture numérique toujours présente depuis M. Chirac et l'absence de trains depuis deux ans et demi ont déja eu un gigantesque impact sur notre économie locale. Les mois (ou années?) qui viennent vont être encore plus désastreux pour notre territoire. Il est ignoble de verbaliser abusivement des citoyens qui étaient déja en grande difficulté avant la crise du Covid19 et le seront encore plus a l'avenir. Pourrait on l'informer que ce sont les “petites gens”(soignants, chauffeurs, nettoyeurs, caissières) qui font tourner la France en ce moment et qu'elles méritent peut être un minimum de respect? Lui rappeler qu'il est payé par les citoyens pour les protéger?

- Enfin, je n'ai reçu aucun formulaire ni instructions du gouvernement français. N'ayant pas de poste de télévision je ne puis obtenir d'informations que de mes voisins. J'ai fait carrière dans 44 pays ou j'ai rempli de très nombreux formulaires de par ma profession. Tous m'étaient fournis par les diverses administrations. C'est la première fois, à 57 ans, qu'un gouvernement me demande de générer un formulaire! Faudra t-il également créer nos déclarations d'impôts à l'avenir? On nous avait déja imposé les numéros de téléphone payants pour les services publics, jusqu'ou cela ira t-il?

J'ai vécu longtemps à Taiwan ou j'ai rencontré mon épouse. Taiwan est cité mondialement comme exemple dans la lutte contre le Covid19. Quelques chiffres:

- 6 morts pour 24 millions d'habitants (France >24,300 pour 57 millions).

- Pas de confinement ni d'arrêt de l'économie (pour les 4 tigres asiatiques).

- Un taux de mortalité par million de 0.25 (France = 357!!!!!!!). (fin avril).

J'ai donc tendance à suivre les directives du gouvernement Taiwanais qui ont le mérite d'avoir fait leurs preuves et sauvé des milliers de vies. J'avoue avoir des difficultés à comprendre pourquoi la France est capable de construire des Airbus et des fusées Ariane mais pas de produire de simples masques ni de tests. Cela a pour moi un gout amer de nuage de Chernobyl et de scandale du sang contaminé (sans mentionner, plus près de nous, l'intoxication au monoxyde de carbone au Collège de Prades le 5 octobre 2017 dont ma fille fut l'une des 100 victimes). Pourquoi des citoyens meurent ils victimes de la gestion de l'état français? Nos amis taiwanais estiment qu'il est bien moins cher de produire des masques et des tests dès le début d'une épidémie (janvier en l'occurrence) que de stopper l'activité d'un pays. Sont ils naifs?

Je précise avoir conservé les reçus de mes achats et autres documents afin de pouvoir prouver la légalité de ma situation et être prêt à aller jusqu'à la Cour Européenne des Droits de l'Homme dans ma quête de justice et d'équité.

En vous remerciant par avance, je vous prie, Monsieur le Président, de bien vouloir agréer l'expression de mes salutations citoyennes.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart