Karim Khelfaoui
Médecin généraliste
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2017

Les voies de la colère

Quelle présidentielle hors norme... Personne ne savait comment elle se finirait et cette campagne a eu le mérite de mettre en lumière et de faire tomber les masques de tous. J'ai cru que cette fois les français sauraient qui ne pas choisir. Quel réveil, quelle douche froide. Après l'ivresse de l'espoir, la gueule de bois.

Karim Khelfaoui
Médecin généraliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Peuple de France, qu'as tu fais ?

Tu avais là l'opportunité de tourner la page, de marquer à nouveau l'histoire en faisant irruption pour chasser tes maîtres de pacotilles. Tu aurais pu te refonder en recomposant les institutions auxquels tu te soumets, tu aurais pu créer une république de justice sociale, de solidarité et de bienveillance. Tu aurais pu, pour te donner les moyens de préparer l'avenir, désobéir aux règles les plus absurdes de l'Union Européenne et lancer le mouvement de refondation de cette dictature technocratique. Tu aurais enfin pu prendre le virage de l'écologie pour donner à l'écosystème et tes enfants une chance de vivre. Au lieu de ça, tu m'offres un choix lugubre : l'extrême haineux ou l'extrême individualisme.

Le pire est de savoir que c'est le second qui nourrit le premier et que cette situation est inextricable. Quand bien même on ferait une fois de plus barrage, le niveau de la haine ne ferait que monter jusqu'à finir par nous submerger. Voilà ce que tu viens de t'offrir pour l'avenir à l'heure où plus que jamais il fallait que l'on sorte par le haut de cette histoire. Aujourd'hui, les bien pensants hurlent déjà contre ceux qui oseraient penser à s'abstenir contre le mal sans jamais nous dire où il prend racine. Ils oublient de nous dire que l'autre choix revient à nourrir la précarité, les inégalités sociales, l'isolement des individus, le chantage au chômage et au déclassement, le ressenti, la peur de l'autre, la haine de l'autre. Si le mal ne triomphe pas cette fois, il reviendra plus fort.

Certains lecteurs doivent déjà s'agiter sur leurs fauteuils à l'idée que je répugne à voter inutile. Détendez-vous les pudiques gazelles républicaines, j'irai voter, contre, comme beaucoup d'autres. Ma seule motivation est de ne pas culpabiliser si le mal passe. Qu'ils doivent bien se marrer, là-haut dans leurs tours d'ivoire, à l'idée qu'ils ont vendu un président potentiel comme on vend une lessive. Ils nous vendent le révolutionnaire des riches comme le nouveau Kennedy. Ils se frottent déjà les mains, pensant avoir forcément gagner avec le chantage au barrage, sans réaliser que le candidat lessive est sans doute celui qui a le plus de chances de perdre. Quand j'irai voter, il n'y aura aucune adhésion, aucun enthousiasme, comme lorsqu'on prescrit un remède dont on sait qu'au mieux il ne fait que retarder le mal au prix d'affaiblir plus encore le patient. Beaucoup d'autres ne feront pas le même choix que moi. Qu'on ne compte pas sur moi pour les blâmer ou leur faire la morale car il n'y a plus de bon choix.

Peuple de France, tu nous en as privé.

Sans doute n'en avais-tu pas assez soupé ces vingts dernières années. Si tu cèdes aujourd'hui alors nous n'aurons plus rien à nous dire. Si tu décides de prolonger la mascarade, peut-être que les prochaines années réveilleront, enfin, ta colère légitime contre une domination légale qui nous conduit droit au désastre. Là sera le moment critique où il ne faudra pas te perdre. Là sera le moment de ne pas te tromper d'ennemi et tu entendras enfin peut-être la clameur en ton sein qui crie résistance. Tout le long tu nous trouveras, pour te rappeler que la colère n'emprunte pas nécessairement la voie de la haine. Ta colère, tu peux aussi la transformer en insoumission. C'est ce que nous as rappelé Jean-Luc Mélenchon et nous ne l'en remercierons jamais assez. Les mots qu'il a trouvé nous ont rappelé notre force, le dernier scrutin nous as rappelé notre nombre et prépares-toi car désormais tu nous trouveras sur ton chemin pour te parler, pour te rappeler qu'une autre voie est possible.

Peuple de France, nous voilà !

Un insoumis

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre