Karim Ndiaye
Directeur-fondateur d'Affaires Africaines, un think tank spécialisé dans l'étude des enjeux sécuritaires africains.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juil. 2022

Karim Ndiaye
Directeur-fondateur d'Affaires Africaines, un think tank spécialisé dans l'étude des enjeux sécuritaires africains.
Abonné·e de Mediapart

L'échec du système de santé sénégalais, un bref état des lieux

L'accumulation des scandales en milieux hospitaliers au Sénégal pose questions. Quel est l'état des lieux du système de santé ? Comment expliquer l'état du système ? Comment répondre à l'urgence ? Voici un court extrait de notre dernier article intitulé "Sécurité sanitaire au Sénégal, un échec ?"

Karim Ndiaye
Directeur-fondateur d'Affaires Africaines, un think tank spécialisé dans l'étude des enjeux sécuritaires africains.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au Sénégal, en un an, plusieurs incidents en milieux hospitaliers, ont coûté la vie à 19 nourrissons, à une femme enceinte de neuf mois et à son enfant. Sur ces 19 nourrissons, 18 sont morts asphyxiés ou calcinés lors de trois incendies de maternités, eux-mêmes causés par des courts-circuits. Dans chaque incendie, le témoignage des parents des victimes, suggère que les personnels soignants de garde étaient absents au moment des faits.

Le dernier des 19 nourrissons est également mort dû aux manquements du personnel soignant. En effet, alors que le nourrisson était encore vivant, une assistante infirmière l’a faussement déclaré mort. Il fut transféré à la morgue et privé de soins pendant plusieurs heures, ce qui a causé son décès.

Selon le témoignage de la famille d’Astou Sokhna, la femme enceinte en question, malgré les demandes d’assistance répétées de la jeune femme qui nécessitait une césarienne, celle-ci fut ignorée par le personnel soignant qui arguait qu’aucune opération n’était programmée. Elle fut délaissée pendant une vingtaine d’heures, avant de décéder. Son enfant n’a pas non plus survécu.

La multiplication des incidents entraînant la mort de femmes et d’enfants en milieux hospitaliers pousse à faire une introspection profonde du système de santé et l’élaboration de réformes ambitieuses. Mais avant cela, il convient d’identifier les dysfonctionnements du système de santé.

D’après les données du ministère de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS), l’un des facteurs expliquant la récurrence des manquements du personnel soignant est le manque criant en ressources humaine sur tout le territoire.

En effet, en 2019, le MSAS employait un total de 21 337 personnes réparties sur 232 métiers. Pour tout le Sénégal, l’on comptait 1 570 médecins généralistes, spécialistes et chirurgiens, (7.36 % des ressources humaines), un opticien (0,0046 %), deux orthophonistes (0.0093 %), vingt-deux ambulanciers (0.1 %), 8 132 infirmiers, sage-femmes, assistant(e)s infirmiers(ères) (38.1 %), 1 116 agents de santé communautaires (5.2 %), 255 pharmaciens, pharmaciens biologiste, pharmaciens toxicologues, préparateurs et vendeurs en pharmacie (1.2 %), et onze Laborantins (0.05 %).

Pour paraphraser, en 2019, le Sénégal disposait de moins d’un médecin pour 1 000 habitants (0,096 ‰) et de cinq sage-femmes pour 10 000 habitants. L’ensemble du corps médical quant à lui, représentait environ 0.68 professionnel pour 1 000 habitants. Les enfants, les femmes et les malades chroniques sont particulièrement touchés par cette insuffisance.

Par exemple, en 2019, il y avait 116 gynécologues, 2 581 infirmiers, 2 196 sage-femmes, 342 médecins généralistes et 103 pédiatres pour une population totale de 16 296 362 d’habitants constituée à 43 % (7 007 435) d’enfants âgés de 0 à 14 ans et à 51.2 % de femmes.

Sans surprises, au vu des ressources humaines disponibles, le nombre de lits d’hôpitaux est également largement insuffisant. Estimé à 0.3 lit pour 1000 habitants en 2008, cette donnée n’a malheureusement que très peu évoluée pour atteindre 11 641 lits fonctionnels plus d’une décennie plus tard, soit 0.7 lit pour 1 000 habitants en 2019.

La répartition des infrastructures médicales sur le territoire est également déplorable. En 2019, l’on dénombrait 40 Établissements Publics de Santé (EPS) de niveaux 1, 2 et 3 (hôpitaux publics, privés et centre médicaux interarmées) dont cinq non-hospitaliers sur tout le territoire. 40 % d’entre eux (14) étaient localisés dans la seule région de la capitale, Dakar.

Dans le même temps, la région de Kédougou n’avait pas d’EPS, et les régions de Kaolack, Fatick, Kaffrine, Kolda, Sédhiou et de Tambacounda n’en bénéficiaient que d’un par région. Si la région de Dakar abrite 23 % de la population (3 732 282), les sept autres régions mentionnées abritent 34.5 % (5 104 729) de la population sénégalaise, mais ne sont couvertes que par 17 % (six) des EPS du pays.

En-dehors des EPS, il existe plusieurs types de structures de santé au Sénégal, mises en place afin de répondre à ces disparités régionales, dont les hôpitaux privés, les Postes, Centres et Cases de Santé, et les sites communautaires. Ceux-ci représentent 9 655 établissements sur tout le territoire (sans compter les EPS).

Néanmoins, les EPS et les centres de santé, bien que minoritaires et mal répartis sur le territoire, employaient la quasi-totalité du personnel très qualifié, à savoir, les chirurgiens, les médecins généralistes et spécialisés et les techniciens supérieurs.

Et les données de la région de Kédougou suggèrent qu’il s’agit d’un désert médical. En outre, les données présentées par le dernier Plan National de Développement Sanitaire et Social (PNDSS) 2019-2028, concernant les structures sanitaires spécialisées dans la prise en charge des urgences, montrent qu’en 2018 :

  •  Seuls 76 % des EPS disposaient d’un service d’accueil des urgences (SAU).
  • Sur les 28 SAU existants, seuls 7 % répondaient aux normes minimalistes et aucun aux normes maximalistes ;
  • 61 % des centres de santé ne disposaient pas d’Unité d’Accueil des Urgences (UAU) ;
  • Seuls 39% des Centres de santé disposaient d’UAU aux normes ;
  • 67 % des blocs opératoires (16/24) mis en place dans les centres de santé étaient non fonctionnels (dont 59 % par faute d’équipements et de ressources humaines).

De plus, concernant la prévention anti-incendie, l’on constate qu’en 2019 le MSAS embauchait, 165 agents de sécurité, un technicien supérieur en génie électrique, un technicien en électromécanique et un ingénieur de maintenance, pour un total de 9 774 structures de santé sur tout le Sénégal. Ce constat désolant participe grandement à expliquer la récurrence des incendies causés par des courts-circuits observés ces dernières années.

Les conséquences du manque de personnel soignant sur la santé publique sont alarmantes. Par exemple, en 2021, 3.1 % des personnes âgées de 20 à 70 ans, correspondant à plusieurs centaines de milliers de personnes, étaient atteintes de diabète. Cette maladie est la septième cause de mortalité du pays. Néanmoins, la même année, il n’y avait que cinq (5) spécialistes diabétologues sur tout le territoire.

Le manque criant de ressources humaines a également fortement freiné la réduction du taux de mortalité infantile. En effet, bien que ce taux ait baissé de manière significative depuis l’indépendance (129 pour 1 000 en 1960), il reste aujourd’hui situé à 29 pour 1 000 naissances, une donnée extrêmement élevée qui signifie que pour chaque 1 000 naissance vivante, 29 nourrissons décèdent. Notons par ailleurs, que les troubles néonataux sont à ce jour les premières causes de mortalité au Sénégal.

 Les réformes doivent donc mêler éducation, formation, recrutement massif de personnels soignants de chaque catégorie socioprofessionnelle, une mise aux normes de chaque structure de santé et une meilleure répartition territoriale des structures de santé et des ressources humaines, une identification des potentiels faux praticiens et une meilleure collecte des données. Et c’est sans compter les besoins en production de médicaments et en recherche et développement.

Lien vers l'article : " Sécurité sanitaire, un échec? "

Karim N'diaye, Directeur et fondateur d'Affaires Africaines, un think tank spécialisé dans l'étude des enjeux sécuritaires africains.

Sources : 

Viviane Diatta, « Le destin tragique de Maïmouna Sow », Enquête Plus, 27 avril 2021, https://www.enqueteplus.com/content/incendie-l’hopital-magatte-lo-de-linguere-le-destin-tragique-de-maïmouna-sow ;

Fana Cisse, « Sénégal : la négligence et l’impunité ont calciné 18 bébés entre 2021 et 2022 », PressAfrik, 27 mai 2022  https://www.pressafrik.com/Senegal-la-negligence-et-l-impunite-ont-calcine-18-bebes-entre-2021-et-2022_a248502.html

« Nouveau drame dans un hôpital du Sénégal: onze bébés meurent dans un incendie, le ministre de la Santé limogé », Libération et Agence France Presse, 26 mai 2022, https://www.liberation.fr/international/afrique/nouveau-drame-dans-un-hopital-du-senegal-onze-bebes-meurent-dans-un-incendie-20220526_IXBKKAAZ4JFC7OMAUETRJ4RIN4/ 

« Affaire du bébé déclaré mort retrouvé vivant, l’assistante infirmière convoquée à la Police », APS, 09 mai 2022 https://www.seneplus.com/sante/affaire-du-bebe-declare-mort-retrouve-vivant-lassistante 

Aminata Sarr, « Bébés morts calcinés, affaire Astou Sokhna…: Négligence, le délit le mieux partagé », Seneweb, 26 mai 2022 https://www.seneweb.com/news/Sante/bebes-morts-calcines-affaire-astou-sokhn_n_379653.html ; Mame Fama Gueye, « Bébés morts à Tivaouane : Cheikh Diop libéré, Awa Diop et Coumba Mbabor gardées à vue », IGFM, 31 mai 2022, https://www.igfm.sn/bebes-morts-calcines-a-tivaouane-cheikh-diop-libere-awa-diop-et-coumba-mbabor-gardees-a-vue

Ousmane Wade, « Décès des 11 bébés à Tivaouane : L’électricien et son employeur sur le viseur du doyen des juges », Leral, 8 juin 2022, https://www.leral.net/Deces-des-11-bebes-a-Tivaouane-L-electricien-et-son-employeur-sur-le-viseur-du-doyen-des-juges_a332275.html

ministère de la Santé et de l’Action sociale, 2019, Annuaire Statistique Direction des Ressources Humaines 2019 , République du Sénégal, pp.32-53

Banque mondiale, Physiciens (pour 1 000 personnes) – Sénégal, (consulté le 9 juin 2022), https://data.worldbank.org/indicator/SH.MED.PHYS.ZS?locations=SN ; ministère de la Santé et de l’Action sociale, 2019, Annuaire Statistique Direction des Ressources Humaines 2019, République du Sénégal, pp.32-53

ministère de la santé et de l’Action sociale, 2019, Annuaire des statistiques sanitaires et sociales 2019, République du Sénégal,

Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, 2013, Enquête continue sur la prestation des services de soins de santé (ECPSS) du Sénégal, 2012-2013, ministère de la Santé et de l’Action Sociale, République du Sénégal, p.17, http://www.ansd.sn/ressources/rapports/Enquete-continue-prestation-sante_2012-2013.pdf ;

Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), 2020, Enquête Continue sur la Prestation des Services de Soins de Santé (ECPSS) 2018, ministère de la Santé et de l’Action Sociale, République du Sénégal, p.18, http://www.ansd.sn/ressources/rapports/SENEGAL%20DHS-SPA%202018.pdf

ministère de la Santé et de l’Action Social, Plan National de Développement Sanitaire et Social (PNDSS) 2019-2028, 2018, p.36

Banque mondiale, Prévalence du diabète (Pourcentage de la population âgé de 20 à 70 ans) – Sénégal (Consulté le 16 mai 2022)  https://data.worldbank.org/indicator/SH.STA.DIAB.ZS?locations=SN&most_recent_year_desc=true ;

Centers for disease control and prevention (CDC), Global Health – Senegal, 2019, CDC, https://www.cdc.gov/globalhealth/countries/senegal/default.htm ;

Institute for Health Metrics and Evolution, Senegal: Both sexes, all ages, 2019, deaths, University of Washington, (Consulté le 17 mai 2022 ) https://vizhub.healthdata.org/gbd-compare/

Banque mondiale, Taux de mortalité infantile (pour 1 000 naissances vivantes) – Sénégal, (Consulté le 17 mai 2022) https://data.worldbank.org/indicator/SP.DYN.IMRT.IN?locations=SN

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités