Nantes, voyage au bout de l’ennui d’une gauche fantomatique

Lettre ouverte à Jean Marc A, à Johanna R (ma Maire)

Très chère Johanna (c’est le seul épithète qui m’est venu à l’esprit)

 

Plus d’un an désormais que tu fais partie du paysage nantais et pour un peu, si tu n’avais pas lancé récemment ta énième campagne d’auto promotion (« un an au service des nantais ») à grand renforts d’une communication aussi coûteuse qu’insipide, on ne se serait même pas aperçu que tu avais été élue…

 

Car à regarder d’un peu plus près cette ville longtemps appelée « la belle endormie » et qui risque de se voir réattribuer ce sobriquet si tu continues à la chloroformer ainsi, nous avons en effet, mis bien du temps à nous apercevoir que le blanc Jean Marc s’en est allé, un jour, goûter la soupe acide de Matignon.

 

Son ombre plane encore et à l’ombre des grands chênes…il ne pousse rien

 Nous voilà donc au deuxième remplaçant, depuis son départ, aux commandes d’une ville que j’ai tant aimée et qu’aujourd’hui je ne supporte plus.

Car à trop vouloir jouer les jeunettes, elle a, comme bien d’autres métropoles, perdu son âme, son côté rock’n roll, son peuple… elle est devenue cette vieille femme qui a passé trop de temps chez son chirurgien esthétique et qui finit, en rajeunissant, par ne plus ressembler à personne.

 

Force est de constater que l’attrait des parisiens pour cette pluvieuse et grise cité reste, à mes yeux (j’y habite), une énigme…

 

Pourtant on nous consulte….qu’est-ce que tu peux nous consulter d’ailleurs, à croire que l’on te manque dès que tu ne nous entends plus... !

Besoin sans doute de te rassurer…

 Tous les deux ou trois mois tu nous demandes notre avis sur des sujets qui ne fâchent pas… Du coup, l’exercice qui consiste à émettre une opinion sur la qualité de la politique de ton équipe relève de l’exploit que je ne me risquerais pas de tenter car en fait, nous nantais, nous n’en voyons pas grand-chose…en fait, comme Monsieur Jourdain, tu fais du Hollande sans le savoir, ça doit être ça le talent.

 Et pourtant tu en fais des choses pour communiquer, être vue (reconnue ?), tu en as passé des coups de pinceaux, épilé des rues à la pelleteuse et fait sortir de terre de jolis quartiers en béton ciré avec plein de belles plantes vertes…ingrats que nous sommes !

 

Là, vient de débuter le « Voyage à Nantes »….. sorte de raout culturo-branchouille qui fait désormais partie du paysage, qui déjà s’essouffle et qui n’est qu’une cruelle allégorie de ce qui se passe dans ta ville : tout y est à deux vitesses. Mais ça j’y reviendrais plus bas.

 

Car il faut avant tout te reconnaitre cette grande qualité du dialogue, cet héritage de l’échange permanent avec la population, la démocratie participative….ces petits riens qui font la gauche…car de la philosophie de gauche, l’écoute est bien tout ce qu’il reste à l’équipe que tu as constituée : écouter les gens des semaines durant, nous parler de ta voix douce et nous dire que des trucs chouettes….une longue berceuse que tu nous chanteras sans doute jusqu’au prochain scrutin.

 

On te sent soucieuse de connaitre notre avis sur des grands sujets de fond ; ta précédente campagne n’a pas échappé à cette règle : 8 mois de consultation (que de consultations, décidément, tu serais médecin généraliste, tu aurais les inspecteurs de la CPAM aux fesses !!) pour nous demander notre avis sur ce qu’on devrait faire de la Loire !! Comment la traverser….pourquoi ne pas reconstruire un pont transbordeur (un truc de ouf !) ? Faire du ski nautique dessus ? : « cool ! » ouvrir tout plein de guinguettes et des chemins pour faire de la bicyclette dessus…que de sujets qui effectivement préoccupent tes nouveaux administrés du centre-ville élargi….ceux que de telles préoccupations empêchent de dormir car à part la compatibilité de leur coque de portable avec le nouvel I-Phone 9 ou le choix de « l’archi » qui va réaliser les 400 000 € de travaux nécessaires pour rendre leur bouge de 200 m2 habitables…ils n’ont pas beaucoup de soucis il faut le reconnaitre.

 

Et avec quelle com’ !!! Mazette ! Une campagne d’affichage à faire rougir de jalousie Ikéa, du facebook n’en veux-tu - n’en voilà, de la réunion sous chapiteau, en appartement (avec dégustation de tofu et cupcakes) et tout ça pour la bonne cause : On sent la militante, la guerrière qui s’attaque aux injustices et aux grandes causes, la passionaria qui prend les sujets de fond à bras le corps…pour mieux durer et se faire réélire.

Et tu en défends des positions : « Le terrorisme, c’est méchant ! » « L’insécurité c’est stressant pour les gens ! » « La maladie, c’est bien du malheur ! » « La Loire, c’est plein d’eau et on ne peut pas la traverser vite quand on est trop nombreux : y’a pas assez de ponts ! Il faut faire quelque chose… »

Aung San Suu Kyi n’a qu’à bien se tenir ! On a senti que tu prenais la pleine mesure de tes fonctions,

Tu as désormais cette patte qui fait les grands maires : faire du vieux avec du neuf, de la com, du bruit, du buzz…. avec du vide.

 

Faire croire aussi que, parce qu’une ville est belle, elle est forcément agréable.

 

Alors on nous bassine avec cet éléphant mécanique qui est devenu le seul emblème de ta cité, ce pachyderme que la populace regarde passer tous les dimanches parce qu’elle n’a pas le moyens d’offrir à ses moutards le tour de manège à 8€ à bord du carrousel de Jules Vernes ; on nous abreuve de deux ou trois grands messes de type « panen and circences » une fois tous les 2 ans, c’est bon pour le prolo qui n’a pas le réseau pour approcher les structures culturelles de qualité…squattées qu’elles sont par un réseau qui s’est octroyé déjà bien d’autres conforts.

Et pour enrober le tout, on nous flatte la croupe pour nous faire croire que les gens se damneraient pour vivre à moins d’une heure de l’atlantique, que c’est une chance d’habiter Nantes…?

 Coquine va...

Et que dire de ce VOYAGE A NANTES ?

Que tout le monde sera servi !

 

Pour les uns :

  • Les petits repas mystère, à 30€ par personnes, servis dans des cachettes connues d’une poignée de gens triés par leurs fonctions au sein du paysage local, le tout mitonné par des chefs étoilés. Ne rêve pas plébéien ! si même par miracle tu avais eu les moyens de te l’offrir, tu ne disposes pas du carnet de contacts nécessaire à l’obtention du précieux sésame qui te donneras le lieu de rendez-vous… «on ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille»
  • les petites croisières sur la Loire à 30 balles également histoire de cultiver l’entre soi en admirant le fleuve une coupette à la main
  • « La cantine de l’île ou la canette de coca est aussi chère qu’à la Baule 

10€ par ci, 15 par là….30€ et au final….un demi smic à deux. Forcément, ça trie.

Et pour les autres :

  • le droit de faire cuire une chipo à peine fraîche sur des barbecues royalement mis à dispo en sirotant une kro (en même temps, c’est là que c’est le plus sympa)
  • la possibilité de suivre une ligne verte dans la ville qui vous mène tout droit vers les portes de l’ennui tout en passant devant des œuvres qui n’en ont parfois que le nom.

Populaire dis-tu ?

Mais ça, ça plait à ces nouveaux électeurs dont tu ne te méfies pas assez…

Depuis quelques temps, en effet, il semble que tu aies eu besoin de rappeler les grandes voix à la rescousse : le vent du boulet t’a quelque peu contrarié le brushing lors de la dernière échéance électorale et il s’en est fallu de peu pour que Nantes sente plus le bleu que la rose dans certains cantons lors des départementales….

 Du coup, à Solfé, ils ont sorti l’artillerie lourde : visite de courtoisie de Christine TAUBIRA (la caution de gauche) accompagnée du mentor JM Ayrault (la caution « tradition nantaise qui fleure bon le berlingot») et, pour sa grande tournée de spectacle pyrotechnico-calinothérapique, tu as eu l’honneur de boire le thé avec  «copine Najate » particulièrement bankable en ce moment….car elle aussi, elle est bien courageuse.

 Mais n’aies pas peur : tous ces braves gens sont là, te soutiennent et courent à côté de toi, comme on court à côté d’un enfant qui apprend à faire du vélo et à qui on va prochainement enlever les roulettes.

Ils devraient t’aider à récupérer un peu des petits bouts de points qu’inexorablement, à chaque élection, la gauche perd à NANTES…il faut dire qu’ils se sentent un peu responsable aussi.

 

Mais 2017 arrive à grands pas et le bleu progresse ce qui t’obliges encore à sortir ton arme fatale : communiquer sur le BIEN VIVRE A NANTES…ce bastion dont la perte serait lourde de sens.

 

La faute à qui ? Tas d’ingrats de nantais !!

 La faute à ces nouveaux que tu accueilles à bras ouverts, les poches remplies de la vente de leur bien dans le 15ème arrondissement de la capitale, qui viennent s’offrir la douceur de vivre et qui, pour cela, n’hésitent pas à faire flamber les prix, investissent à une vitesse vertigineuse dans les projets immobiliers qui poussent à vitesse grand V et défigurent notre cité en y imposant des règles de vie pépère…

Mais ne t’y trompes pas, ceux là ne votent pas forcément à gauche au premier tour, contrairement aux classes populaires que toi et tes prédécesseurs avez repoussés au-delà des frontières de l’intra-muros. Comme partout ailleurs…

 

Car oui, à Nantes, on fait comme partout ailleurs, pas pire… pas mieux.

Vivre à Nantes est coûteux tout aussi coûteux que dans n’importe quelle métropole française quoi qu’on en pense.

Stationnements aux tarifs prohibitifs, loyers et prix de l’immobilier qui ne cessent de grimper sous la pression des investisseurs, et très peu de loisirs à bas coût… une petite inflammation du coût de la vie que, comme les autres, tu sembles impuissante à soigner dans ta cité puisque ce n’est pas toi qui décides.

Comme partout ailleurs, tu n’es là que pour les chrysanthèmes, les commémorations, les consultations…. Un joli bibelot dans un paysage sans saveur.

Certes tu te vanteras que les impôts n’augmentent pas à NANTES….à Nantes non, mais dans les communes limitrophes ? Si tu as le temps, entre deux brunchs vas jeter un œil chez ceux qui mettent au pot de l’agglo et que tu traites comme des parias, ces salauds qui polluent ton air parce que, chez toi comme chez les autres, les transports en commun sont loin d’être abordables.

Car oui, prendre le tram une fois de temps en temps pour s’encanailler et se rendre compte que le peuple ne sent pas toujours la rose, ça coute rien. Mais un abonnement à l’année pour celui qui a 2 gosses et ne gagne qu’un peu plus que le smic…c’est ça fait ça de moins dans le PEL.

Car comme partout ailleurs, dans les grandes villes, ici ça fonctionne comme ça :

  • Aux fortunés, fondus de pilate, dingues de marchés bios, de maisons BBC…aux créateurs de boitiers de lunettes ou de sous bocks en rotin, aux hipsters ligériens le droit de circuler à vélo et de profiter d’infrastructures financés par l’agglo…

 

  • Aux prolos de l’agglos l’obligation de prendre la voiture, de se cogner 1 heure de bouchon car on a décidé que l’auto dans le centre ville c’est caca : ça empêche Prunille et Cogolin de faire leur sieste pendant que maman fait du scrapbooking ; Aux braves couillons de payeurs de la banlieue le droit d’enrichir les parkings VINCI et de s’entendre dire que si on en est là : c’est parce qu’on le veut bien…

Ces prolos et classes moyennes, ces rejetés de la première ceinture qui, eux, sont restés fidèles à la gauche (les dernières élections l’ont prouvé)…mais jusqu’à quand.

 

Mais je ne t’en veux pas trop, tu as toi aussi le droit à ton quart d’heure de gloire car tu sens bien que la lutte finale c’est pas tendance, ça sent la frite et la sueur, ça lit Télé 7 jours pour le sudoku, ça braille et ça comprend rien…

 

Non, ce qui marche en ce moment, c’est la gauche décomplexée : celle de Valls et Macron qui n’ont pas honte de dire qu’il n’y a pas assez de jeunes milliardaires en France. Ces «socialistes» qui n’embêtent pas les banquiers, s’accouplent honteusement avec le patronat et nous font gober un Patriot Act à la française à grand coup de 49.3 dans le popotin.

Cette nouvelle gauche à laquelle opportunément tu appartiens car elle t’offrira peut-être une voie royale.

Cette nouvelle gauche qui parle tant du peuple mais qui ne supporte pas son contact.

Cette gauche qui sent l’huile essentielle au cyprès du Liban, mange des graines, se revendique sociale libérale, adhère à Amnesty pour sa conscience mais songe à faire un peu de défiscalisation en se retranchant derrière l’idée qu’ainsi, elle aide le bâtiment. Et quand le bâtiment va…

 

Cette nouvelle gauche, qui, un jour, rouge de colère, dans le secret de l’isoloir est capable du pire…..pas vu pas pris, et hop ! un coup dans l’UDI !

 

Alors tu aimerais savoir ce que l’on pense de ta première année ?

Eh bien…….la même chose que les 30 précédentes : tu perpétues l’héritage, c’est bien, ça plait aux journalistes de TF1.

 

Car Nantes, ça ressemble à quoi ?

 

Au plus près du cœur : c’est mignon.

Dès qu’on s’en éloigne….

  • On croise ces nouvelles esclaves d'une jeunesse inouïe, à moitié nues par moins 5 degrés, faisant le maximum pour attirer l'attention de potentiels clients. Nantes...qui s'est dotée d'un si coûteux et majestueux mémorial pour l'abolition de l'esclavage, voit revenir en 2015 les descendantes de ceux qui s'entassaient dans des cales de bateaux pour être vendus comme des animaux.
  • A peine plus loin, on traverse des dépotoirs habités par des populations engluées dans une misère crasse où la seule action visible des politiques locaux réside dans le fait de fournir des bennes à ordures à l'entrée de ces favelas pour que ces malheureux n'étalent pas trop leur misère...il est vrai que sur la carte postale, cela ne fait pas bon effet…on les "tolère" au bord du périphérique pour qu'ils n'envahissent pas trop les trottoirs de la ville, sous le regard méprisant et excédé des riverains.
  • L’insécurité galope aussi vite que de d’autres grandes villes.
  • Des avenues entières sont vendues aux promoteurs qui construisent des cages à « vieux beaux » dans les meilleurs emplacements.
  • Et si tu n’as pas 40€ à dépenser le dimanche…tu t’y emmerdes à mourir car tous ces nouveaux habitants la désertent : ils ont tous un pied à terre sur la côte !.

Cela dit, vous avez bien fait le job : même du haut de l’éléphant…on voit rien !

 

Mais de tout cela on ne parlera pas dans la compilation de marronniers qu’est la feuille de chou municipale que tu continues, à nos frais, à entretenir pour magnifier ton image.

Et tu nous diras sans doute que « c’est pas ta faute, c’est la loi du marché, c’est l’état qui joue pas son rôle… que tu subis et comprends la détresse et que tout ça c’est très injuste…»

Alors si sur ces sujets tu ne peux rien faire, si ton rôle se borne à recevoir des architectes et urbanistes tous plus mégalos les uns que les autres, si ton objectif c’est de refaire sans cesse la tapisserie et les peintures de ta « jolie cité »…alors, effectivement, une consultation s’impose.

Mais cette fois pour, avec tes autres copains maires de toutes les grandes villes de France, faire un vrai bilan de compétences, parce que, franchement, vous commencez à nous coûter un peu cher dès qu’on vous laisse le chéquier de la boite !

Et en ce qui concerne les dépenses, c’est pas les idées utiles qui manquent.

 Alors pourquoi vouloir vivre à Nantes plutôt qu’ailleurs… ? 

A part pour être les premiers arrivés, lors des grandes marées, pour ramasser des coques le croupion dans les embruns...je ne vois pas.

 

Alors pour cette été ma Jojo (on est intimes maintenant, avec tout ce qu’on se dit) je te souhaite un beau voyage.

 

Ton admirateur

K

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.