Con comme un lion

La mort du lion Cécil a soulevé, à juste titre, une vague d’indignation un peu plus haute que le clapot généré par la mort atroce et quotidienne de centaines de migrants en méditerranée. Il faut bien s’y résoudre, l’humanité est ainsi faite, capable de se mobiliser pour ce que l’on considère être des symboles mais relativement fataliste face aux fléaux qui massacrent un peu plus chaque jour nos semblables.

La mort du lion Cécil a soulevé, à juste titre, une vague d’indignation un peu plus haute que le clapot généré par la mort atroce et quotidienne de centaines de migrants en méditerranée. Il faut bien s’y résoudre, l’humanité est ainsi faite, capable de se mobiliser pour ce que l’on considère être des symboles mais relativement fataliste face aux fléaux qui massacrent un peu plus chaque jour nos semblables.

Les internautes y allant de leur couplet ne se sont pas retenus, c’est peu dire, et les menaces les plus effroyables ont été proférées à l’encontre du pitoyable dentiste, devenu priapique depuis, le pauvre, allant, pour certains, jusqu’à appeler Daesh à rendre justice à l’animal (!)

Un peu de retenue que diable ! Aussi minable qu’il soit, ce crime ne saurait excuser de tels débordements et déferlement de haine à l’encontre d’un idiot plus à plaindre qu’à blâmer.

Alors j’entends d’ici hurler ceux qui me diront «quelle horreur ! On ne peut et ne doit pas hiérarchiser les drames et la douleur et patati et patata !... »

 

CERTES : mais dans ce cas précis, le symbole a du plomb dans l’aile reconnaissez-le !

Cet animal (le lion mâle – je précise-) est tout de même une bête con comme ses pieds non ?!

 

A regarder d’un peu plus près la triste et stupide fin de Cécil, on se demande, tout de même, comment ce crétin mal coiffé a pu se voir arroger le titre de Roi des animaux alors qu’il s’est fait piéger, vous me l’accorderez, comme un abruti, mu qu’il était par ce défaut, que dis-je, ce pêché capital dont il se vante à longueur de fables et autres légendes à trois balles : la paresse… ?

 

La paresse, oui ! C’est bien ce qui a perdu cet imbécile qui, une fois de plus, a dû vouloir rouler les mécaniques à moindre effort auprès de ses trente femelles en leur disant un truc du genre : « les filles, ce soir, vous prenez pas la tête pour faire les courses, c’est Cécé qui rince !

Si si si j’insiste !!!! Vous avez travaillé comme des folles cette semaine, un peu bruyamment d’ailleurs, ça a contrarié ma sieste… vous avez bien mérité de vous la couler douce.

D’ailleurs, j’ai décidé qu’il me fallait bosser un peu plus : la valeur travail c’est aussi ce qui fait les rois et croyez moi mes louloutes, vous allez voir comment ça usine un roi !!!

On va se faire un apéro dinatoire tranquilou et, pour ce qui est du buffet, j’ai flairé un bon plan pas loin d’ici : c’est un peu au-delà de la réserve mais croyez-moi, d’après le fumet qui m’a caressé les narines, ça vaut le coup de faire 2 ou 300 mètres de plus.

J’en ai pour 1 heure pas plus commencez à mettre le couvert !»

 

Et, sans se retourner, il quitte sa harde sans hâte, avec cette suffisance, cette arrogance et cette nonchalance feinte qui caractérisent les grands cons de ce monde, roulant de l’arrière-train, le regard porté vers un horizon dont il ne devine même pas le danger.

Méfiantes, les femelles regardent s’éloigner lentement ce Rocco Siffredi de la savane qui occupe l’essentiel de ses journées à courir les speed-datings et à donner deux ou trois roustes à quelques jeunes prétendants un peu trop entreprenants.

Peu rassurées par l’insouciance du mâle, elles préparent tout de même deux ou trois antilopes, habituées qu’elles sont à faire face aux difficultés qu’impose la quête de nourriture dans une nature aussi hostile.

Quel con, grand Dieux, quel con…..

 

La suite on la connait : un gros beauf venu de Floride (ou d’un autre élevage à vieux beaux), raboteur de molaires professionnel, a envie de faire plaisir à son petit dernier en lui offrant une peluche ayant une autre allure que la mascotte pouilleuse brandie pendant 21 jours par les cyclo-représentants de chez NOVARTIS sur le podium du Tour De France.

Alors je pose une question : va-t-on indéfiniment en vouloir à cet homme d’avoir les moyens d’offrir ce qui se fait de mieux à ses enfants ????

 

Généreux, il aligne 55 000 dollars au nez de deux crevards afin qu’ils lui facilitent l’abattage de la bête ; deux gueux qui, pour ce vil prix, proposent une trouvaille aussi futée que minable : attacher une carcasse de buffle au pare-chocs d’un 4X4 pour attirer l’imprudent au-delà des frontières de sa réserve.

 

Fainéant compulsif, le Roi des blaireaux voit là une belle double opportunité : ramener la pitance sans en foutre une ramée et briller auprès de ses admiratrices en réglant ce dossier en un temps record ce qui lui permettra, au passage,de ne pas louper le début de la finale d’ «inter jungle».

Sans la moindre hésitation, l’idiot se jette sur l’appât et prend illico une flèche en pleine poire, car pour donner un peu de piment à sa trop facile traque, le crétin des Amériques n’a rien trouvé de mieux que de s’armer d’un arc ou d’une arbalète…un autre rêve d’enfant sans doute… mais là aussi, peut-on lui en vouloir de tout faire pour le réaliser ? Si lui, qui en a les moyens, ne le peut pas alors….qui ?

Un homme qui a gardé à ce point le goût du jeu ne peut être aussi mauvais qu’on le prétend !

 

Après 40 heures de traque (ce lion n’arrive même pas à retrouver le chemin du retour, ce qui aurait pu le sauver…reconnaissez qu’il est taré tout de même : à 13 ans !!!), fourbu d’avoir roulé sur des pistes trop mal entretenues, le boucher se résout à achever la bête d’une balle de fusil non sans avoir pris garde de ne pas en abimer la pelisse.

Enfin, après un petit selfie avec le cadavre (le bon goût de ces américains tout de même !!!), fait consciencieusement affuter ses plus fines lames et commence sa petite tambouille d’Hannibal Lecter de fond de chiotte : la tête pour la chambre du petit Jordan, qu’il a eu avec sa 7ème femme toute neuve, et la peau pour recouvrir son canapé ou les sièges de sa Cadillac, il ne sait pas encore.

La classe à Dallas !

 

HEUREUSEMENT QUE LES FEMELLES AVAIENT PREVU LE COUP !

En même temps, elles le connaissent bien… hâbleur, grande gueule, vantard mais fainéant comme un poux et infidèle comme pas permis, le beau parleur avait encore brillé par son incompétence et n’était toujours pas rentré alors que piaillaient les petits affamés.

Lassées de l’attendre, elles entament leur dîner et apprennent au dessert quel sort a été réservé à l’infortuné couillon non sans craindre pour leur progéniture car il y va des lions comme des cons : à peine parti un autre le remplace.

Du coup, le pouvoir passe AUSSITOT aux mains d’un certain Jéricho, le propre frère de Cécil qui décide aussitot qu'il lui faut d’occire la descendance de son grand frère pour asseoir son leadership car, privées de bébés, les lionnes retrouvent rapidement un état favorable à la reproduction.

Une façon pour le nouveau suzerain de s'assurer de l'exclusive paternité de sa descendance...(Vous noterez au passage la belle allégorie de notre système politique et des vertus de l’alternance.)

Si ça c’est pas un sale con !

 

Alors à toi, oligarque russe douteux, arrière petit cousin de l’Emir de je-ne-sais-où, ou grand patron du CAC 40 spécialisé dans la commercialisation des suppositoires à l’uranium appauvri… à toi qui es amateur de trophées et de sensations fortes, je dis « merci »

MERCI de réserver dès maintenant, comme tu le fais tous les étés, ton billet à l’agence SAFARI FACILE et de préparer ta valise de dollars afin de nous débarrasser au plus vite du nouveau con de la savane !!

Et surtout n’écoute pas tous ces pisse-froids qui tenteront de t’attendrir avec la souffrance animale et toutes ces calembredaines, regarde, en France la corrida est toujours là, et on n’est pas des gens cruels nous ! Nous sommes un peuple civilisé : chez nous, le taureau il participe à une grande fête où les gens se saoulent et se vomissent dessus pendant cinq jours ce qui fait que quand ils vont aux arènes avec 3 grammes dans chaque œil, eh bien....ils voient un animal fier de se faire torturer par un nabot épileptique en costume de carpe avec un calot en poil de taupe sur le crâne.

 

Alors, pour la dernière fois je pose la question : peut-on en vouloir à ce dentiste ???

NON, car Il est une des trop nombreuses victimes expiatoires de tous ces gens qui n’aiment pas les puissants et leur trouvent les pires défauts, quand bien même ils feraient le bien autour d’eux !

 

Car en effet, toutes ces cabales anti riches ourdies par les hordes bolchevo-anarcho-socialo-journalistiques depuis des mois sont proprement odieuses, obscènes même !!!

Mesquineries de pré-pauvres aigris par leur condition de cloportes !! Journaleux minables aux enquêtes, que dis-je, aux procès instruits à charge, vous ne savez même pas compter : cet homme n’a-t-il pas assuré le revenu de deux familles de crève la dalle sur trois générations ??? On la ramène moins là ??? Ca c’est imparable comme argument !

 

Et si, à cet acte d’une générosité extrême, on ajoute que, pour à peine le prix de trois jéroboams de piquette au VIP ROOM à St Trop’ il offre le meilleur à son rejeton (Cela dit le jéroboam au VIP à ce prix-là il est servi par une pouffe à moitié nue au Q.I de loche avec des fusées de feu d’artifice de chez GIFI dans le bac à glaçons – donc ça les vaut bien !)…. Alors là….on ne peut que s’incliner devant un tel océan de tendresse.

Une jolie tête de lion au-dessus du petit lit, réplique exacte du château de Disney World plutôt qu’une bestiole en acrylique bourrée d’acariens : d’autres tout aussi fortunés mais pingres se seraient laissé aller à la deuxième solution.

C’est pas de la générosité ça ??? C’est pas de l’altruisme ?

Et soit dit en passant, pour finir sur ce sujet, si les petits chinois travaillaient avec un peu plus d’application, les riches de ce monde ne seraient pas obligés de tronçonner du gnou ou de l’éléphanteau pour offrir des jouets dignes de ce nom à leurs enfants gavés de tout ! C’est vrai qu’il faut une sacrée dose d’imagination (ou de substance illicite) pour trouver une quelconque ressemblance avec le monde animal dans ce qui sort des chaines de fabrication de jouets de Shangaï !!!

Quand on a les moyens, on n’a pas forcément envie d’offrir à un enfant de 5 ans, en guise de compagnon de nuit, une peluche avec la coiffure de Houellebecq ou le brushing de Donald Trump (qui, je le dévoile au passage, utilise la même référence REGICOLOR que Régine depuis 10 ans : le R42 foxy lady, et, si je l’affirme avec autant d’assurance, c’est que je le tiens de la chef shampooineuse du salon « Atmosf’hair » de Razier en Marolle)

On savait les asiatiques assez brouillon sur les finitions mais cela se confirme à chaque noël : force est de constater que sur les jouets, le résultat final est souvent très peu soigné avec les chinois !!!

Alors ce n’est tout de même pas de leur faute si les enfants de riches ont une sensibilité plus aiguisée que le fils du prolo qui saura se contenter d’une girafe, dont le strabisme peut évoquer parfois le cap du gouvernement, ou d’un bourricot plus galeux qu’un clébard de SDF.

 

IL FAUT RESPECTER NOS RICHES , c’est la seule espèce en voie d’extinction qui le mérite !!!!

Même quand ils font du jet ski dans une réserve maritime protégée, qu’ils dézinguent de l’ortolan, qu’ils bouffent des hectolitres de flotte pour que leurs greens ne sèchent pas ou qu’ils labourent la montagne en Hummer, ils font le bien de l’entreprise qui leur a vendu la prestation !! Et ce sont des milliers d’emplois qui sont ainsi protégés ou créés grâce à eux… alors on leur dit quoi ???

 Rien, évidemment, tas d'envieux...

Odieuse démarche que celle de certains journalistes qui consiste à médire sur son prochain, à convoiter, à colporter….

 

Ainsi, durant tout l’été (et ce n’est pas fini, les vautours veulent encore se repaitre de leur dépouille !) le lynchage des Balkany m’a proprement arraché les larmes des yeux ! Vous avez de la chance sur MDP que l’exil forcé des congés payés m’ait empêché d’envoyer quelques commentaires sur le traitement de l’information concernant Isa et Pat.

J’ai failli chialer plus fort que devant E.T en entendant leur défense : « c’est tout de même pas ma faute si j’allais à l’école en Rolls...»"vous croyez que c'est facile d'habiter un 3000m2 dans le 16ème ?", j'entends résonner ces phrases qui m'arrachent les mêmes sanglots que la BO de Titanic couinée par Céline Dion…. Ce soir-là, ma femme m’a ramassé à la petite cuiller, inconsolable car impuissant; ivre de tristesse face aux silences assourdissants de Paul Bismuth qui semblait avoir perdu le numéro de ces deux malheureux...de ces Robinsons de la politique.

Il serait intéressant de connaitre le nombre d’emplois que ces gens ont créés rien qu’à la mairie de Levallois tiens !!!Personne ne se plaint à Levallois !! Faut dire que Patosh, il arrose large, on le surnomme « le GARDENA du 9.2 » dans le milieu euh…à la mairie.

Avez-vous entendu un Levalloisien se plaindre de la politique de « Zaza la Pure » et de « Pat au sourire d’évier » ? Pas un ! Et pourtant, il y aurait de quoi : pour être plus fliqué il faudrait carrément habiter un commissariat, il y a plus de caméras de vidéo que d’habitants et pas un gaucho pour s’en plaindre.

Ces gens-là ont travaillé dur pour en arriver là, car la valeur TRAVAIL, c’est leur ADN, leur raison de vivre.

 

C’est la marque de la vieille droite conservatrice, celle des Sarkozy, Juppé, Hortefeux, Morano, Wauquiez et autre Bertrand, cette grosse ficelle marketing qu’ils vont une fois de plus, vendre aux prolos pour 2017 pour les attirer en dehors des frontières de leur réserve.

Et eux, comme des cons….

  On le sait désormais, après étude de ce triste cas, les spécialistes du monde animal sont unanimes et formels : c’est la VALEUR TRAVAIL qui a fait mourir bêtement le lion Cécil !!!

Car s’il n’avait pas été contre sa nature, contre ses gênes, s'il s'était contenté de tenir son rôle, son rang dans la société; s'il était resté fidèle à sa philosophie, paresseux en apparence mais vaillant défenseur (jusqu'à la mort), de sa harde, il gambaderait, rosserait quelques jeunes cons, forniquerait encore aux quatre coins de sa réserve, narguerait son frère....

Libre

Méditons cette fable très con dont la morale pourrait être « à trop aller contre nature, on peut se perdre en route »

Et toi électeur de gauche, en 2017 bats-toi comme un lion et ne cède pas à la tentation d’arguments trop faciles.

Car en dehors de ta réserve, il y a pleins de gros cons qui attachent des trucs pas clairs aux pare-chocs de leur bagnole et qui n’attendent que toi….

K

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.